5 526.51 PTS
+0.58 %
5 533.5
+0.75 %
SBF 120 PTS
4 420.31
+0.58 %
DAX PTS
13 434.45
+1.15 %
Dowjones PTS
26 071.72
+0.21 %
6 834.33
+0.34 %
Nikkei PTS
23 808.06
+0.19 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Allemagne: les différends entre conservateurs et sociaux-démocrates

| AFP | 93 | Aucun vote sur cette news
La chancelière allemande Angela Merkel, Martin Schulz (g), patron du SPD, le 9 janvier 2018 à Berlin
La chancelière allemande Angela Merkel, Martin Schulz (g), patron du SPD, le 9 janvier 2018 à Berlin ( John MACDOUGALL / AFP )

Migrants, Union européenne ou investissements publics: voici les principaux points de discorde entre conservateurs d'Angela Merkel et sociaux-démocrates, susceptibles de compliquer la formation d'un gouvernement en Allemagne:

Réfugiés

Dans l'espoir d'endiguer la montée de l'extrême droite, les conservateurs misent sur un durcissement de la politique migratoire dans le pays, qui a accueilli plus d'un million de réfugiés -essentiellement syriens et afghans- depuis 2015.

Ils comptent limiter à 200.000 le nombre de demandeurs d'asile par an et prolonger l'interdiction du regroupement familial pour les réfugiés qui n'ont qu'un permis de séjour provisoire d'un an.

Le SPD exige, lui, de lever ce moratoire devant expirer fin mars, qui concerne uniquement les parents proches. "Nous parlons de moins de 70.000 personnes", a fait valoir son chef Martin Schulz.

Un compromis sur ce sujet est d'autant plus ardu que le parti bavarois CSU allié à la chancelière, inquiet de perdre sa majorité absolue lors d'élections régionales cet automne, se montre inflexible.

UE

Conservateurs et sociaux-démocrates s'accordent sur un point: l'Allemagne doit travailler main dans la main avec le chef de l'Etat français Emmanuel Macron pour réformer l'UE. Mais les deux camps s'opposent sur la manière.

Les sociaux-démocrates endossent complètement la proposition d'un budget de la zone euro pour des investissements communs. Les partis de l'Union d'Angela Merkel font, eux, la sourde oreille, car ils redoutent comme la peste une mutualisation de la dette.

L'idée française d'un ministre des Finances pour la région est reçue avec bienveillance des deux côtés. Mais le SPD lui attribuerait bien la mission d'endiguer la concurrence fiscale entre pays membres, tandis que les conservateurs le verraient davantage en garant d'une poursuite de la réduction des dettes, rôle où la Commission européenne lui paraît trop laxiste.

Finances

Les sociaux-démocrates, qui ont fait campagne pour plus de justice sociale, ont cruellement besoin d'un succès dans ce domaine s'ils souhaitent obtenir le feu vert de leurs militants à une éventuelle nouvelle coalition avec les conservateurs. Ils insistent sur une augmentation des dépenses dans l'éducation, l'immobilier, les infrastructures et la santé.

Pour les financer, il s'agit de faire passer les plus riches à la caisse. Ils demandent entre autres une augmentation progressive du taux d'imposition maximum de 42 à 45%. Pour faire passer la pilule, ils proposent en parallèle une augmentation du plafond du revenu annuel soumis à ce taux.

Ils plaident aussi pour une suppression de l'impôt de solidarité ("Soli-Zuschlag") -payé par les Allemands de l'ouest pour soutenir ceux de l'ex-RDA- dans un premier temps seulement pour les classes moyennes et défavorisées.

Mais les conservateurs, en particulier la CSU, refusent d'en entendre parler. Ces derniers proposent d'augmenter les dépenses de défense -ce dont le SPD ne veut pas-, de réduire les impôts et de supprimer le "Soli-Zuschlag" pour tous.

Le SPD vise aussi une réduction des inégalités face à l'assurance maladie en Allemagne via la création d'une couverture médicale universelle, un peu à l'image de la sécurité sociale française. Idée rejetée jusqu'ici par Angela Merkel.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2018

Dominique Carouge exerçait depuis le 1er janvier 2016 les responsabilités de Directeur Financier Adjoint et de Responsable des Opérations financières et du Contrôle...

Publié le 19/01/2018

COMMUNIQUE DE PRESSE                                                            Paris, le 19 janvier…

Publié le 19/01/2018

    EXEL Industries Société Anonyme au capital de 16 969 750 EUR Siège Social : 54, rue Marcel Paul 51206 Epernay Cedex RCS Epernay n° B 095 550 356…

Publié le 19/01/2018

Une fois converties en actions ordinaires, ces ADP seront admises à la négociation sur le marché Euronext Growth...

Publié le 19/01/2018

Visiativ a finalisé le rachat par Alliativ, société holding détenue par les deux fondateurs dirigeants Laurent Fiard et Christian Donzel, des 450 660 ADP 2012 (Action à Dividende Prioritaire)…

CONTENUS SPONSORISÉS