5 361.37 PTS
+0.16 %
5 361.50
+0.06 %
SBF 120 PTS
4 282.74
-0.04 %
DAX PTS
12 995.06
-0.07 %
Dowjones PTS
22 997.44
+0.18 %
6 122.61
+0.13 %
Nikkei PTS
21 336.12
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Allemagne: l'AfD ou l'histoire d'une radicalisation croissante

| AFP | 91 | Aucun vote sur cette news
Alexander Gauland et Alice Weidel, chefs de file de l'AfD, avant une conférence de presse à Berlin le 25 septembre 2017
Alexander Gauland et Alice Weidel, chefs de file de l'AfD, avant une conférence de presse à Berlin le 25 septembre 2017 ( John MACDOUGALL / AFP )

L'Alternative pour l'Allemagne est-il ou non un parti d'extrême droite? Le pays, longtemps divisé sur cette question, penche désormais pour une réponse affirmative, après une campagne électorale virulente du mouvement nationaliste.

Le qualificatif d'extrême droite a une connotation particulièrement lourde et infamante dans un pays hanté par son passé nazi et qui s'est reconstruit après-guerre sur la promesse du "plus jamais ça".

L'AfD, créée en 2013, n'est ainsi pas répertoriée à ce jour comme d'extrême droite par les autorités allemandes, en l'occurrence le Renseignement intérieur, qui a pour mission de surveiller cette mouvance et qui publie chaque année un rapport à son sujet.

Dans sa conception officielle, l'extrémisme de droite en Allemagne s'apparente davantage aux néo-nazis ou aux groupuscules qui gravitent autour de cette idéologie.

Législatives allemandes : les transferts de voix
Législatives allemandes : les transferts de voix ( Matthias BOLLMEYER / AFP )

Dans le dernier rapport du Renseignement intérieur, on trouve à la catégorie extrême droite le très radical NPD, Parti national-démocratique d'Allemagne, qui dispose d'encore quelques élus locaux, ainsi que des groupuscules comme "La IIIème voie", "La Droite".

Pour l'AfD, qui elle-même ne se définit pas sur l'échiquier politique mais affiche sa proximité avec le parti d'extrême droite autrichien du FPÖ, les avis ont longtemps été partagés.

Le mouvement a pris son essor sur un programme anti-euro, critique des plans d'aide financiers aux pays en difficulté de la zone euro comme la Grèce. Il attirait alors surtout les cadres les plus conservateurs du parti d'Angela Merkel (CDU), déçus du cap centriste de sa politique.

- Fin de la repentance -

La direction alors en place est débarquée en 2015, et remplacée par des responsables, au premier rang desquels Frauke Petry, qui vont faire de l'AfD un parti anti-migrants et anti-islam, surtout après l'arrivée de plus d'un million de demandeurs d'asile en 2015-2016.

Frauke Petry, membre de l'AfD, à Berlin, le 25 septembre 2017
Frauke Petry, membre de l'AfD, à Berlin, le 25 septembre 2017 ( Odd ANDERSEN / AFP )

Le parti est alors décrit par les médias allemands et la plupart des politologues comme mouvement de droite populiste.

Mais il va à l'occasion de la campagne des élections législatives se radicaliser un peu plus, sous l'impulsion d'un courant identitaire et extrémiste. En cela, il est à contre-courant de partis du même type en Europe, comme le Front national en France, qui ont cherché à élargir leur audience par une stratégie de "dédiabolisation".

Cette fois-ci c'est le tabou de la repentance allemande pour les crimes du IIIème Reich qui tombe. Un responsable de l'AfD, Björn Höcke, critique ainsi la construction au coeur de Berlin d'un mémorial pour les victimes de la Shoah. Un "mémorial de la honte", dit-il.

Les dirigeants de l'AfD Joerg Meuthen, Alexander Gauland, Alice Weidel et Frauke Petry avant une conférence de presse à Berlin le 25 septembre 2017
Les dirigeants de l'AfD Joerg Meuthen, Alexander Gauland, Alice Weidel et Frauke Petry avant une conférence de presse à Berlin le 25 septembre 2017 ( John MACDOUGALL / AFP )

L'homme fort de l'AfD, Alexander Gauland, un ancien de la CDU, enfonce le clou en appelant les Allemands à être fiers des performances de leurs soldats durant la Deuxième guerre mondiale.

Et Angela Merkel est, elle, vilipendée comme "traître à la patrie" par les sympathisants du mouvement.

Signe de la radicalisation en cours, Frauke Petry, pourtant partisane d'une ligne déjà dure, a claqué la porte du mouvement lundi en dénonçant les dernières sorties extrémistes de M. Gauland. Le signe que la tendance identitaire de l'AfD a pris le dessus sur celle nationale-conservatrice.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/10/2017

South Park : l'Annale du Destin est disponible au prix public conseillé de 59,99 euros...

Publié le 17/10/2017

La cotation de Les Toques Blanches du Monde sur le marché Euronext Access va reprendre...

Publié le 17/10/2017

Areas proposera 2 nouveaux concepts de restauration : 42 RAW et le Bar Jacobsen...

Publié le 17/10/2017

ESI Group obtient ce prix pour la 2e année consécutive...

Publié le 17/10/2017

Le Gaïa Index permet de déterminer l'engagement des valeurs moyennes françaises dans les critères extra financiers...

CONTENUS SPONSORISÉS