En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 860.66 PTS
+1.38 %
4 862.50
+1.42 %
SBF 120 PTS
3 876.62
+1.43 %
DAX PTS
11 047.58
+1.18 %
Dowjones PTS
24 370.10
+0.67 %
6 718.45
+0.00 %
1.140
+0.15 %

Alexandre Benalla a restitué mercredi ses passeports diplomatiques

| AFP | 243 | Aucun vote sur cette news
L'ancien conseiller à la sécurité d'Emmanuel Macron le 19 septembre 2018 au Sénat à Paris
L'ancien conseiller à la sécurité d'Emmanuel Macron le 19 septembre 2018 au Sénat à Paris ( Alain JOCARD / AFP/Archives )

Alexandre Benalla a restitué mercredi ses passeports diplomatiques aux enquêteurs chargés des investigations sur leur utilisation controversée par l'ex-collaborateur de l'Elysée, a appris l'AFP auprès de sources concordantes.

Les passeports ont été restitués par l'intermédiaire de son avocat à la brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) et ont été saisis par les policiers dans le cadre de l'enquête ouverte le 29 décembre pour "abus de confiance", selon une source proche de l'enquête et le parquet de Paris.

Les investigations visent aussi l'"usage sans droit d'un document justificatif d'une qualité professionnelle" et l'"exercice d'une activité dans des conditions de nature à créer dans l'esprit du public une confusion avec l'exercice d'une fonction publique ou d'une activité réservée aux officiers publics ou ministériels".

Les enquêteurs cherchent à déterminer l'utilisation faite par Alexandre Benalla de ces documents, au coeur d'une nouvelle controverse embarrassante pour l'exécutif qui a éclaté fin décembre. Alexandre Benalla avait déjà été au coeur d'une tempête politico-judiciaire née de révélations sur son rôle présumé dans des interpellations violentes menées au côté de la police le 1er mai à Paris.

Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, avait été saisi par le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, après des informations de presse faisant état d'un voyage en Afrique de l'ancien collaborateur de la présidence effectué avec ces passeports qu'il avait obtenus le 24 mai, après sa mise à pied liée à ces violences en marge des manifestations du 1er mai et pour lesquelles il été mis en examen deux fois.

En l'occurrence, Alexandre Benalla, reconverti dans le consulting selon son entourage, s'est rendu au Tchad trois semaines avant Emmanuel Macron, venu réveillonner avec les troupes basées à N'Djamena.

Or, l'ex-conseiller avait affirmé, sous serment le 19 septembre, devant la commission d'enquête du Sénat, avoir laissé ces documents dans son bureau de l'Elysée, dont il a été congédié fin juillet après la révélation des violences le 1er mai.

La présidence avait demandé au ministère des Affaires étrangères d'en obtenir la restitution dès le licenciement de l'ex-chargé de mission. Le Quai d'Orsay a affirmé avoir alors réclamé à deux reprises - en juillet et septembre -, les passeports à M. Benalla. En vain, selon le ministère.

L'entourage de M. Benalla avait pour sa part indiqué que ses passeports lui avaient été redonnés "début octobre", mais s'est refusé à tout commentaire sur leur éventuel usage.

"L'ensemble des déplacements effectués depuis son départ de la Présidence de la République l'ont été à titre strictement privé, sans aucun lien avec l'Élysée", a ensuite indiqué Alexandre Benalla dans un communiqué transmis à l'AFP par son avocate Jacqueline Laffont début janvier.

Selon lui, "l'utilisation d'un passeport diplomatique à ces occasions n'a en effet eu d'autre objet ou effet que d'accélérer les formalités d'embarquement à l'aéroport".

Cette nouvelle affaire a donné lieu à une passe d'armes entre l'Elysée et son ancien collaborateur qui fut un élément central du dispositif sécuritaire autour du couple présidentiel.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

Les marchés actions européens évoluent en hausse à l’approche de la mi-séance. Les investisseurs ont repris espoir quant à une possible résolution du conflit commercial entre la Chine et les…

Publié le 18/01/2019

Casino bondit de 6,55% à 38,58 euros, après avoir publié des chiffres d’activité rassurants pour le quatrième trimestre, dans un contexte économique marqué par le mouvement des " Gilets…

Publié le 18/01/2019

Ryanair recule en Bourse de 1,87% à 9,88 euros, après avoir lancé un nouveau « profit warning » pour son exercice 2018-2019 qui s’achèvera fin mars. La compagnie aérienne à bas coûts…

Publié le 18/01/2019

Après le report aux Etats-Unis...

Publié le 18/01/2019

Nissan et Mitsubishi ont déclaré vendredi que Carlos Ghosn, leur ancien président, avait indûment reçu une rémunération avoisinant les 8 millions d'euros via leur filiale commune aux Pays-Bas…