En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Affaire Benalla: principales déclarations de Gérard Collomb devant les députés

| AFP | 235 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb lors de son audition par la commission des Lois de l'Assemblée nationale à Paris le 23 juillet 2018
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb lors de son audition par la commission des Lois de l'Assemblée nationale à Paris le 23 juillet 2018 ( GERARD JULIEN / AFP )

Voici les principales déclarations du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, soumis lundi à un feu roulant de questions sur l'affaire Benalla, lors de son audition par la commission des Lois de l'Assemblée nationale.

- Quand et comment a-t-il été informé?

M. Collomb a affirmé avoir été prévenu le lendemain des faits de l'existence de la vidéo à l'origine de l'affaire. Sur ces images, on voit Alexandre Benalla, proche collaborateur d'Emmanuel Macron et qui avait alors un grand rôle dans la sécurité entourant le chef de l'Etat, frapper et malmener des manifestants le 1er mai à Paris, dans le Ve arrondissement.

"Ce n'est qu'en rentrant en début d'après-midi (le 2 mai) que, lors de l'un de nos points de situation quotidiens, mon directeur de cabinet et mon chef de cabinet m'informent de l'existence d'une vidéo montrant des faits de violence sur la Place de la Contrescarpe", a-t-il dit.

Son cabinet avait lui-même été mis au courant par le chargé de mission en charge des réseaux sociaux de l'Elysée, a-t-il précisé plus tard.

- Pourquoi n'a-t-il pas saisi la justice?

"Ce n'est pas au ministre qu'il appartient de le faire. (...) Je considère que c'est à ceux qui sont en responsabilité dans leurs administrations, au plus près du terrain, de recueillir les éléments permettant de justifier la transmission d'un signalement au titre de l'article 40, de le faire", a déclaré M. Collomb. Cet article du code de procédure pénale impose à tout fonctionnaire de signaler un délit au procureur quand il en a connaissance.

Le 2 mai, "je m'étais assuré que tant le cabinet du président de la République que la préfecture de police avaient été destinataires de l'information. Je pensais, comme c'est la règle, que les mesures appropriées avaient été prises. C'était à eux de prendre les sanctions et éventuellement d'informer les autorités judiciaires", a-t-il encore expliqué.

- Avait-il été prévenu de la présence d'"observateurs" à la manifestation?

Ce jour-là équipé d'un brassard, d'un casque et d'une radio de police, Alexandre Benalla accompagnait le 1er mai les forces de l'ordre en tant qu'"observateur", tout comme Vincent Crase, employé de LREM, lui aussi filmé en train de s'en prendre à des manifestants.

"Je n'ai jamais été informé. Je n'ai constaté qu'a posteriori qu'effectivement les deux observateurs (...) étaient présents sur les lieux et s'étaient rendus ensuite, d'ailleurs de manière à mon avis inopportune, dans la salle de commandement où j'étais allé regarder avec le préfet de police la suite des opérations".

Interrogé sur le fait de savoir qui avait "invité" Alexandre Benalla et Vincent Crase sur cette opération, il a répondu: "Je n'en sais rien".

Si la préfecture de police de Paris "était sans doute informée de la venue sur la manœuvre de M. Benalla", le préfet de police lui-même ne l'était "pas forcément", a-t-il précisé plus tard.

"Ce qu'on me dit, c'est qu'en tout cas le chef d'état-major était au courant du fait qu'il devait participer à la manifestation en tant qu'observateur. Il a donc été accueilli le matin du 1er mai, il lui a été remis un casque (comme) moyen de protection". "Il semble que ni le brassard de police ni le poste de radio ne lui ont été remis à cette occasion", a-t-il indiqué.

- Connaissait-il M. Benalla?

Interrogé sur les fonctions exercées, à sa connaissance, par M. Benalla au moment des faits, M. Collomb a répondu: "Je n'en savais strictement rien".

"J'ai évidemment dit que j'avais croisé M. Benalla", notamment lors de la campagne électorale d'Emmanuel Macron, a-t-il dit plus tard. "Mais dans une campagne électorale, il y a des dizaines de personnes" en charge de la sécurité, a-t-il ajouté.

Interrogé sur une accolade qu'il aurait donnée à M. Benalla dans la salle de commandement le 1er mai: "J'ai sans doute salué, comme j'ai salué tout le monde lorsque je suis arrivé dans ce poste de commandement, cette personne (Benalla). Comme il devait y avoir 40 personnes, je crois avoir certes salué l'ensemble des 40 personnes qui étaient présentes. Je ne sais pas si c'est votre habitude mais moi j'ai l'habitude d'être urbain".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…