En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 349.02 PTS
+0.83 %
5 347.00
+0.80 %
SBF 120 PTS
4 290.51
+0.76 %
DAX PTS
12 237.17
+0.61 %
Dowjones PTS
25 581.92
+1.67 %
7 380.59
+0.35 %
1.137
+0.19 %

Affaire Benalla: principales déclarations de Gérard Collomb devant les députés

| AFP | 149 | Aucun vote sur cette news
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb lors de son audition par la commission des Lois de l'Assemblée nationale à Paris le 23 juillet 2018
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb lors de son audition par la commission des Lois de l'Assemblée nationale à Paris le 23 juillet 2018 ( GERARD JULIEN / AFP )

Voici les principales déclarations du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, soumis lundi à un feu roulant de questions sur l'affaire Benalla, lors de son audition par la commission des Lois de l'Assemblée nationale.

- Quand et comment a-t-il été informé?

M. Collomb a affirmé avoir été prévenu le lendemain des faits de l'existence de la vidéo à l'origine de l'affaire. Sur ces images, on voit Alexandre Benalla, proche collaborateur d'Emmanuel Macron et qui avait alors un grand rôle dans la sécurité entourant le chef de l'Etat, frapper et malmener des manifestants le 1er mai à Paris, dans le Ve arrondissement.

"Ce n'est qu'en rentrant en début d'après-midi (le 2 mai) que, lors de l'un de nos points de situation quotidiens, mon directeur de cabinet et mon chef de cabinet m'informent de l'existence d'une vidéo montrant des faits de violence sur la Place de la Contrescarpe", a-t-il dit.

Son cabinet avait lui-même été mis au courant par le chargé de mission en charge des réseaux sociaux de l'Elysée, a-t-il précisé plus tard.

- Pourquoi n'a-t-il pas saisi la justice?

"Ce n'est pas au ministre qu'il appartient de le faire. (...) Je considère que c'est à ceux qui sont en responsabilité dans leurs administrations, au plus près du terrain, de recueillir les éléments permettant de justifier la transmission d'un signalement au titre de l'article 40, de le faire", a déclaré M. Collomb. Cet article du code de procédure pénale impose à tout fonctionnaire de signaler un délit au procureur quand il en a connaissance.

Le 2 mai, "je m'étais assuré que tant le cabinet du président de la République que la préfecture de police avaient été destinataires de l'information. Je pensais, comme c'est la règle, que les mesures appropriées avaient été prises. C'était à eux de prendre les sanctions et éventuellement d'informer les autorités judiciaires", a-t-il encore expliqué.

- Avait-il été prévenu de la présence d'"observateurs" à la manifestation?

Ce jour-là équipé d'un brassard, d'un casque et d'une radio de police, Alexandre Benalla accompagnait le 1er mai les forces de l'ordre en tant qu'"observateur", tout comme Vincent Crase, employé de LREM, lui aussi filmé en train de s'en prendre à des manifestants.

"Je n'ai jamais été informé. Je n'ai constaté qu'a posteriori qu'effectivement les deux observateurs (...) étaient présents sur les lieux et s'étaient rendus ensuite, d'ailleurs de manière à mon avis inopportune, dans la salle de commandement où j'étais allé regarder avec le préfet de police la suite des opérations".

Interrogé sur le fait de savoir qui avait "invité" Alexandre Benalla et Vincent Crase sur cette opération, il a répondu: "Je n'en sais rien".

Si la préfecture de police de Paris "était sans doute informée de la venue sur la manœuvre de M. Benalla", le préfet de police lui-même ne l'était "pas forcément", a-t-il précisé plus tard.

"Ce qu'on me dit, c'est qu'en tout cas le chef d'état-major était au courant du fait qu'il devait participer à la manifestation en tant qu'observateur. Il a donc été accueilli le matin du 1er mai, il lui a été remis un casque (comme) moyen de protection". "Il semble que ni le brassard de police ni le poste de radio ne lui ont été remis à cette occasion", a-t-il indiqué.

- Connaissait-il M. Benalla?

Interrogé sur les fonctions exercées, à sa connaissance, par M. Benalla au moment des faits, M. Collomb a répondu: "Je n'en savais strictement rien".

"J'ai évidemment dit que j'avais croisé M. Benalla", notamment lors de la campagne électorale d'Emmanuel Macron, a-t-il dit plus tard. "Mais dans une campagne électorale, il y a des dizaines de personnes" en charge de la sécurité, a-t-il ajouté.

Interrogé sur une accolade qu'il aurait donnée à M. Benalla dans la salle de commandement le 1er mai: "J'ai sans doute salué, comme j'ai salué tout le monde lorsque je suis arrivé dans ce poste de commandement, cette personne (Benalla). Comme il devait y avoir 40 personnes, je crois avoir certes salué l'ensemble des 40 personnes qui étaient présentes. Je ne sais pas si c'est votre habitude mais moi j'ai l'habitude d'être urbain".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/08/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 16/08/2018

Voluntis présentera cette version améliorée d'Insulia à l'occasion de la conférence de l'AADE - American Association of Diabetes Educator...

Publié le 16/08/2018

Voluntis annonce le lancement d’une nouvelle version d’Insulia, pour améliorer l’expérience utilisateur et rendre l’application disponible en espagnol. L’ajout de cette langue permettra…

Publié le 16/08/2018

Entre le 6 et le 10 août, Bic a racheté pour près de 6,14 millions d’euros de ses propres actions. Ces transactions portent sur environ 80 000 titres rachetés à un prix moyen pondéré de…

Publié le 16/08/2018

RIBERSociété Anonyme au capital de 3 400 483,84 euros Siège social : 31, rue Casimir Perier, 95873 Bezons 343 006 151 R.C.S Pontoise   DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT…