En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 269.92 PTS
-2.02 %
5 251.00
-2.19 %
SBF 120 PTS
4 172.22
-2.01 %
DAX PTS
11 364.17
-1.61 %
Dowjones PTS
25 502.32
-1.77 %
7 326.06
-2.23 %
1.130
-0.01 %

Affaire Benalla: Philippe et la majorité sonnent la charge contre les sénateurs

| AFP | 456 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre Edouard Philippe à l'Elysée, le 21 février 2019
Le Premier ministre Edouard Philippe à l'Elysée, le 21 février 2019 ( LUDOVIC MARIN / AFP )

"Incompréhensibles et injustes": Édouard Philippe à l'unisson de la majorité a fustigé jeudi les conclusions de l'enquête du Sénat sur l'affaire Benalla qui embarrasse l'exécutif, dénonçant un non respect de la séparation des pouvoirs et un rapport "très politique".

Le Premier ministre est monté au front, au lendemain de la publication d'un rapport du Sénat, dominé par l'opposition, qui accable la présidence de la République pour sa gestion du scandale autour d'Alexandre Benalla, ancien proche collaborateur d'Emmanuel Macron.

Pourtant épargné par l'enquête, mais rappelant être "responsable devant le Parlement", le Premier ministre a épinglé à la fois son bien-fondé et sa tonalité, dans une déclaration improvisée sur le perron de Matignon.

"Traditionnellement, la séparation des pouvoirs fait qu'il n'appartient ni à l'Assemblée nationale ni au Sénat de se prononcer sur l'organisation interne de la présidence de la République", a dit Édouard Philippe, soulignant que la justice était saisie de cette affaire qui "part d'une dérive personnelle".

Le président de la commission des Lois, Philippe Bas (g), les sénateurs Muriel Jourda (d) et Jean-Pierre Sueur présentent le rapport de la commission d'enquête sur l'affaire Benalla, le 20 février 2019 à Paris
Le président de la commission des Lois, Philippe Bas (g), les sénateurs Muriel Jourda (d) et Jean-Pierre Sueur présentent le rapport de la commission d'enquête sur l'affaire Benalla, le 20 février 2019 à Paris ( FRANCOIS GUILLOT / AFP )

"La commission d'enquête du Sénat et le Sénat ont choisi de se livrer à une appréciation qui est je crois très politique. Je n'en suis pas surpris mais comme j'ai un attachement très vif et très grand au principe de séparation des pouvoirs, j'en suis un peu déçu", a-t-il encore déploré.

Ce principe a été "scrupuleusement respecté", ont immédiatement répondu le président et les corapporteurs de la commission d'enquête du Sénat, soulignant en retour que "la mission fondamentale du Parlement dans ses pouvoirs de contrôle" doit être "pleinement respectée".

"Grand serviteur de l’État"

Si pour l'heure Emmanuel Macron est resté silencieux, le Premier ministre a particulièrement pris la défense du secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler, qu'il a connu durant ses études à Sciences-Po. "Un grand serviteur de l’État", a-t-il fait valoir en critiquant des "recommandations incompréhensibles et souvent injustes" des sénateurs.

Les rapporteurs ont demandé au bureau du Sénat de saisir la justice pour vérifier "un certain nombre d'omissions, d'incohérences et de contradictions" relevées lors des auditions des plus hauts collaborateurs du chef de l'État, dont M. Kohler, mais aussi du directeur de cabinet Patrick Strzoda et du chef du groupe de sécurité de la présidence, le général Lionel Lavergne.

Dès mercredi, la ministre de la Justice Nicole Belloubet avait trouvé "curieux qu'une commission d'enquête parlementaire enquête sur les services de l’Élysée". "Constitutionnellement ce n'est pas possible et ce n'est pas possible non pas pour des raisons politiques" mais pour "une question de séparation des pouvoirs", avait-elle tranché sur LCI.

Même ton du ministre chargé des Relations avec le parlement Marc Fesneau, qui estime sur Public Sénat que les sénateurs ont émis "des hypothèses sans apporter la preuve de quoi que ce soit".

"Torpille politique"

Le patron de La République en marche, Stanislas Guerini, a de son côté fustigé sur Radio Classique "une sorte de torpille politique qui était fomentée par les sénateurs LR, socialistes" et faite pour "abîmer l'Élysée". Il y voit "un jeu dangereux" dans un contexte de crise des "gilets jaunes".

François Bayrou, président du MoDem, partenaire de la majorité présidentielle, a déploré une "certaine délectation à pointer du doigt" d'éventuelles dérives à l’Élysée. Il a néanmoins jugé que "le pouvoir" devait être attentif à "ce qui doit être corrigé dans la manière dont sont organisées les institutions et leurs pratiques".

Membres de la commission d'enquête, le patron des sénateurs socialistes Patrick Kanner s'est désolé sur BFMTV d'être "le bouc émissaire de l'exécutif". Le Sénat "ne se laissera pas intimider", a réagi le chef de file de Républicains au Sénat Bruno Retailleau.

Pour le député souverainiste Nicolas Dupont-Aignan (DlF), "le pouvoir panique". Il estime que le Sénat a "sauvé l’honneur de notre démocratie en jouant son rôle de contre-pouvoir pendant que l’Assemblée Nationale a été humiliée par LREM". Une commission d'enquête sur le même sujet à l'Assemblée nationale, dominée par la majorité présidentielle, avait fait long feu.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/03/2019

Elis a signé un accord portant sur l’acquisition de 100 % de l’activité Tapis de « Blesk InCare » en Russie. La finalisation de la transaction est soumise aux conditions réglementaires…

Publié le 22/03/2019

L'assemblée générale mixte des actionnaires d'Argan a approuvé la distribution d’un dividende 2018 de 1,35 euro par action, avec option pour le paiement du dividende en action (sur la totalité…

Publié le 22/03/2019

Au 31 décembre 2018, la trésorerie s'élevait à 3,5 ME

Publié le 22/03/2019

L’Assemblée Générale Mixte des actionnaires d’Elior Group a décidé de distribuer un dividende de 0,34 euro par action, au titre de l’exercice clos le 30 septembre 2018 et a offert aux…

Publié le 22/03/2019

L'Olympique Lyonnais confirme que des discussions exclusives ont été engagées avec l'ASVEL SASP, pour une prise de participation minoritaire au sein...