En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 834.0
-1.12 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 104.50
-2.00 %
6 615.67
-2.25 %
1.130
-0.47 %

Affaire Benalla: les juges s'intéressent à d'autres fuites potentielles d'images de la Préfecture

| AFP | 575 | Aucun vote sur cette news
Alexandre Benalla lors de son audition devant le Senat, à Paris, le 19 septembre 2018
Alexandre Benalla lors de son audition devant le Senat, à Paris, le 19 septembre 2018 ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )

Les juges qui enquêtent sur l'affaire Benalla et les fuites de la vidéosurveillance policière cherchent à établir si la Préfecture de police (PP) de Paris a diffusé le 1er mai d'autres images, à la vue d'un large public, via son compte Twitter, a appris mercredi l'AFP de source proche du dossier.

Dans cette affaire qui a empoisonné l'exécutif tout l'été, l'enquête porte à la fois sur les violences du 1er-Mai, place de la Contrescarpe à Paris qui ont rattrapé Alexandre Benalla et la fuite d'images de vidéosurveillance sorties illégalement de la PP et transmises à l'ex-chargé de mission de l'Elysée au soir des révélations du Monde, le 18 juillet, avec le concours de trois policiers.

Sur ce dernier volet, les juges ont ordonné le 28 septembre de nouvelles investigations, à la suite d'une demande déposée par Me Antoine Maisonneuve, l'avocat de l'un des policiers mis en examen, Laurent Simonin, chef d'état-major adjoint de la puissante Direction de l'ordre public et de la circulation (DOPC) de la PP, selon la source proche du dossier.

Cette demande soumettait aux juges des interrogations sur les pratiques de la PP en matière d'extraction et de diffusion des images de vidéoprotection, dont le caractère est confidentiel et l'utilisation strictement encadrée.

En cause: la publication le 1er mai sur le compte Twitter @Prefpolice de deux images d'un groupe de "black blocs" à Paris, avec pour légende: "manifestation du 1er mai, présence d'environ 1.200 individus cagoulés et masqués au niveau du pont d'Austerlitz".

Le tweet a été partagé plus d'un millier de fois, cité par d'autres "tweetos" et relayé le jour-même par le Parisien. Un site de la mouvance autonome a diffusé l'une des photos, en l'attribuant aux "caméras de la PVPP", le plan de vidéoprotection pour Paris.

Dans le cadre d'une commission rogatoire en cours, ces investigations doivent dire si ces images provenaient de la vidéosurveillance de la PP et si elles ont été diffusées hors du cadre légal sur le réseau social, selon la source proche du dossier.

"La Préfecture a été interrogée et a répondu à ce sujet dans le cadre de l’instruction en cours", a-t-elle répondu à l'AFP sans autre commentaire.

Laurent Simonin et deux autres hauts gradés de la PP, soupçonnés d'avoir remis des images des incidents de la place de la Contrescarpe à Alexandre Benalla, ont été suspendus et mis en examen pour "violation du secret professionnel" et "détournement d'images" issues des caméras de vidéoprotection de la préfecture.

L'un d'eux avait concédé "une grosse connerie". Le résultat de "copinages malsains" avait jugé le préfet de police Michel Delpuech devant la commission d'enquête parlementaire cet été.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...