En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Affaire Benalla: les 5 suspects présentés à un juge d'instruction, Collomb lundi à l'Assemblée

| AFP | 481 | Aucun vote sur cette news
Alexandre Benalla, le 16 juillet 2018 à l'aéroport de Roissy pour l'arrivée de l'équipe de France de football
Alexandre Benalla, le 16 juillet 2018 à l'aéroport de Roissy pour l'arrivée de l'équipe de France de football ( Thomas SAMSON / AFP/Archives )

Le séisme de l'affaire Benalla n'a pas fini de provoquer des répliques, jusqu'au sommet de l'Etat: le ministre de l'Intérieur sera auditionné lundi à l'Assemblée, tandis que l'ex-collaborateur de l'Elysée, un employé de LREM et trois haut gradés de la police doivent être présentés dimanche à un juge d'instruction.

Les gardes à vue des cinq suspects, dont celle d'Alexandre Benalla, collaborateur d'Emmanuel Macron, ont été levées samedi soir dans l'enquête sur les violences commises le 1er mai à Paris. Ils seront présentés dimanche à un juge d'instruction.

Outre M. Benalla, trois policiers soupçonnés de lui avoir transmis des images de video-surveillance filmées au moment des faits ainsi que Vincent Crase, gendarme réserviste et employé de La République en marche, qui se trouvait avec lui le 1er mai, seront déférés au parquet dans la perspective de l'ouverture d'une information judiciaire.

En outre, la femme et l'homme frappés par le collaborateur d'Emmanuel Macron Alexandre Benalla, lors des manifestations du 1er mai, ont demandé à être entendus ultérieurement par les enquêteurs.

Emmanuel Macron (c, à l'époque candidat à la présidentielle, précédé par son garde du corps Alexandre Benalla (d), dans une librairie de Bordeaux, le 13 décembre 2016
Emmanuel Macron (c, à l'époque candidat à la présidentielle, précédé par son garde du corps Alexandre Benalla (d), dans une librairie de Bordeaux, le 13 décembre 2016 ( NICOLAS TUCAT / AFP/Archives )

Au cœur de la tourmente, le chef de l'Etat est resté jusqu'alors silencieux. Il devait passer le week-end à travailler à Paris ou à La Lanterne près de Versailles.

L'opposition a maintenu une forte pression sur l'exécutif pour obtenir des explications sur le rôle d'Alexandre Benalla. Invité comme observateur dans le dispositif policier encadrant les défilés de la Fête du travail, celui-ci a été filmé frappant ou malmenant des manifestants.

Licencié vendredi, M. Benalla "rendra des comptes à la justice, mais Emmanuel Macron, lui, va devoir rendre des comptes aux Français", a lancé le président de LR Laurent Wauquiez dans Le Figaro. L'affaire est "du niveau du Watergate", estime le leader des Insoumis Jean-Luc Mélenchon, qui accuse Emmanuel Macron de "s’organise(r) une milice personnelle".

- "Affaire individuelle" -

Au Palais Bourbon, les débats sur le projet de révision constitutionnelle n'ont pas avancé d'un pouce et la séance nocturne a été annulée samedi soir et reprendra dimanche à 9h30.

Alexandre Benalla
Alexandre Benalla ( / AFP )

LR a demandé des explications sur un badge accordé à Alexandre Benalla, qui lui permettait d'accéder à l'hémicycle. Ce badge a été attribué sur "demande du directeur de cabinet" d'Emmanuel Macron, mais désactivé vendredi, selon la présidence de l'Assemblée.

Dans les couloirs, le ton est monté, entre Marine Le Pen et Christophe Castaner, dans une scène inédite devant la presse et quelques députés sidérés. La première a reproché au second son absence dans l'hémicycle déplorant que ses "amis de LREM refusent" de le convoquer devant la commission d'enquête parlementaire.

Le domicile de M. Benalla à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) a été perquisitionné dans la journée. Fâcheux téléscopage d'événements: il devait se marier samedi matin dans la commune, selon une source à la mairie.

Alexandre Benalla (g) accompagne le président Emmanuel Macron lors du défilé du 14 juillet 2018 à Paris
Alexandre Benalla (g) accompagne le président Emmanuel Macron lors du défilé du 14 juillet 2018 à Paris ( PHILIPPE WOJAZER / POOL/AFP/Archives )

Les trois policiers suspendus pour lui avoir transmis mercredi soir des images de vidéo-surveillance, ont à leur tour été placés en garde à vue samedi matin. C'est justement mercredi soir que cette affaire a été révélée par le journal Le Monde.

En plus de l'enquête préliminaire de la justice, ouverte jeudi à l'initiative du parquet de Paris, une autre, administrative, a été lancée par la "police des polices".

- "Faire toute la lumière" -

Gérard Collomb sera entendu lundi à 10H00 par la commission des Lois, dotée des prérogatives d'enquête, a annoncé sa présidente Yaël Braun-Pivet (LREM). Le préfet de police Michel Delpuech sera, lui, auditionné à 14H00.

Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb à la sortie de l'Elysée, le 6 juillet 2018 à Paris
Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb à la sortie de l'Elysée, le 6 juillet 2018 à Paris ( ludovic MARIN / AFP/Archives )

M. Collomb a aussi rendez-vous mardi devant la commission des Lois du Sénat.

Comme le réclamaient l'opposition à l'Assemblée, le groupe majoritaire a finalement accepté la publicité de l'ensemble des auditions, sauf dans le cas où un fonctionnaire demanderait le huis clos.

Mais la commission, dont les travaux doivent durer un mois, n'a pas été en mesure d'acter la suite du programme. Les Républicains réclament d'entendre jusqu'au secrétaire général de l'Elysée Alexis Kohler et Christophe Castaner, délégué général de La République en marche. Les Insoumis demandent impérativement la présence d'Alexandre Benalla.

"La majorité impose une liste très limitée ne permettant pas de faire toute la lumière sur les faits", selon les députés socialistes.

Mme Braun-Pivet a suggéré la responsable de la police des polices et le directeur de cabinet du président de la République, Patrick Strzoda, entendu jeudi comme témoin dans l'enquête judiciaire.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 16/12/2018

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand le 11 décembre 2018 à Paris ( Thomas SAMSON / AFP/Archives )Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand (LREM) a invité…

Publié le 16/12/2018

Fleurs et bougies sont déposées place Kleber à Strasbourg en hommage aux victimes de l'attentat, le 16 décembre 2018 ( SEBASTIEN BOZON / AFP )"Etre là pour montrer qu'on n'est pas à terre".…

Publié le 16/12/2018

Les femmes, Arabes israéliens et juifs ultra-orthodoxes sont sous-représentés dans le secteur high-tech en Israël, selon une étude publiée le dimanche 16 décembre 2018 ( JACK GUEZ /…

Publié le 16/12/2018

Le président américain Donald Trump (d) et son homologue chinois Xi Jinping (g), accompagnés de leurs délégations, au G20 à Buenos Aires, le 1er décembre 2018 ( SAUL LOEB / AFP )Le compte…

Publié le 16/12/2018

Un homme prend une photo avec son téléphone à Shenzhen (Chine) le 7 novembre 2018. ( WANG Zhao / AFP )C'était un gros village de pêcheurs, perdu aux portes de Hong Kong. Aujourd'hui, la…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...