En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 817.70 PTS
+1.59 %
4 815.5
+1.71 %
SBF 120 PTS
3 833.27
+1.69 %
DAX PTS
10 819.34
+1.86 %
Dowjones PTS
24 565.14
+0.58 %
6 743.80
+0.91 %
1.132
-0.28 %

Adel Abdel Mahdi, un indépendant qui fait consensus en Irak et au-delà

| AFP | 439 | Aucun vote sur cette news
Le Premier ministre désigné Adel Abdel Mahdi (c) durant une séance au Parlement, le 2 octobre 2018 à Bagdad
Le Premier ministre désigné Adel Abdel Mahdi (c) durant une séance au Parlement, le 2 octobre 2018 à Bagdad ( STRINGER / IRAQI PARLIAMENT/AFP )

Adel Abdel Mahdi, vétéran de la politique irakienne de 76 ans, fait figure d'indépendant capable de rassembler jusqu'aux ennemis sur la scène politique irakienne éclatée.

C'est à ce chiite natif de Bagdad et économiste de formation, grand habitué des cercles diplomatiques en Irak, qu'échoit la lourde tâche de dessiner le futur gouvernement.

Cet équilibriste de la politique irakienne au physique massif, une fine moustache barrant son visage au teint hâlé, a plusieurs atouts en main.

Il bénéficie tout autant de l'aval de Téhéran que de Washington, un consensus nécessaire dans le pays pris en étau entre ses deux grands alliés --ennemis l'un de l'autre.

Il est également crédité d'entretenir de bonnes relations avec de nombreux dirigeants kurdes, un avantage de taille pour normaliser les relations avec le Kurdistan autonome qui a voté il y a un an massivement pour faire sécession de Bagdad.

Fils d'un ministre du temps de la monarchie, abolie dans le sang en 1958, Adel Abdel Mahdi rejoint à ses débuts le parti Baas, qui portera au pouvoir à la fin des années 1970 Saddam Hussein.

Il devient ensuite un opposant notoire au dictateur, d'abord dans les rangs des communistes puis dans ceux des islamistes, et revient en Irak à sa chute dans la foulée de l'invasion emmenée par les Américains en 2003.

- "Lourde responsabilité" -

Il est alors un haut dirigeant du Conseil suprême islamique en Irak, un mouvement proche de l'Iran dont le chef, le dignitaire chiite Ammar al-Hakim a fondé depuis un nouveau parti, al-Hikma.

Il s'est retiré il y a quelques années des formations politiques et est aujourd'hui un indépendant.

Membre des autorités intérimaires mises en place par le commandement militaire américain et brièvement ministre des Finances de cette autorité de transition, il devient vice-président de la République après les premières élections multipartites d'Irak, en 2005.

Nommé ministre du Pétrole en 2014 par le Premier ministre d'alors Haider al-Abadi, auquel il succède aujourd'hui, il démissionne toutefois au bout de deux ans. Il s'est illustré à ce poste par son aisance à discuter avec les autorités locales du Kurdistan l'épineuse question des revenus de l'or noir.

Ce francophone formé dans des universités françaises qui parle également un anglais parfait, devra composer avec plusieurs figures auxquelles il a déjà eu affaire par le passé pour former son gouvernement.

Il retrouve Hadi al-Ameri, chef de la très puissante organisation Badr, mouvement armé proche de l'Iran, aujourd'hui chef de liste de l'Alliance de la Conquête, arrivée deuxième aux législatives. Dans les années 1980 et 1990 tous deux dépendaient du même mouvement chiite opposé à Saddam Hussein, le Conseil suprême islamique irakien.

M. Abdel Mahdi sera également face à l'ancien Premier ministre Nouri al-Maliki, à la place duquel il avait déjà été pressenti en 2010, ainsi qu'à Moqtada Sadr, turbulent leader chiite qui n'a cessé de conclure et de rompre des alliances gouvernementales depuis les législatives de mai qu'il a remporté.

Répondant à un message de félicitations de M. Abadi, M. Abdel Hadi a déjà évoqué la tâche qui l'attend. Il y a fait référence comme étant "une lourde responsabilité".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social Article 223-16 du Règlement Généralde l'Autorité des Marchés…

Publié le 11/12/2018

CGI Finance, filiale du groupe Société Générale et n°1 des financeurs indépendants en concession automobile, a pris une participation minoritaire au capital de Reezocar, start-up française…

Publié le 11/12/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 11/12/2018

Dans le sillage du baril de pétrole, Vallourec rebondit de 7,4% à 1,94 euro, et efface ainsi ses pertes du début de semaine...

Publié le 11/12/2018

A l'occasion de l'inauguration du Train 3 du projet de Yamal LNG en présence du Premier ministre de la Russie Dmitri Medvedev, Total annonce le début des exportations de gaz naturel liquéfié (GNL)…