En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 372.61 PTS
-0.48 %
5 364.50
-0.58 %
SBF 120 PTS
4 296.08
-0.57 %
DAX PTS
12 534.86
-0.21 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
+0.00 %
1.171
-0.05 %

Absentéisme des élus: Pécresse (LR) serre la vis en Ile-de-France

| AFP | 427 | Aucun vote sur cette news
La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, le 15 novembre 2017 à Paris
La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, le 15 novembre 2017 à Paris ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Pour "lutter contre l'absentéisme" des élus de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse serre la vis et a fait voter mercredi un régime "plus strict" renforçant les sanctions financières en cas d'absences non justifiées.

Ces mesures sont plus "strictes" sur quatre points, selon la modification du règlement intérieur du conseil régional soumis aux voix, après que Mme Pécresse eut "constaté que de nombreux élus de la majorité comme de l'opposition ne siègent pas suffisamment en plénière comme en commissions", selon un communiqué.

Toute absence non justifiée entraînera désormais automatiquement une diminution de l’indemnité d’élu au prorata des absences injustifiées. Un "seuil de déclenchement" à 30% avait été institué fin 2015 après l'élection de Mme Pécresse. Il se situait à 40% auparavant.

Alors qu'il n'y avait pas auparavant de délai pour justifier de son absence, le délai sera de huit jours.

Selon l'exécutif régional, un élu qui reçoit 2.300 euros en moyenne, verra son indemnité réduite de 360 euros s'il n'assiste pas sans justifications à trois réunions sur les 25 moyennes semestrielles.

Le "champ" des réunions prises en compte dans le calcul de l'assiduité va être élargi et les vice-présidents devront assister aux réunions de la commission de finances.

En contrepartie, le "congé de paternité" devient une excuse acceptable à côté du congé de maternité de même que l'impossibilité à assister à une réunion quand une autre est organisée au dernier moment en même temps.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/07/2018

'Octopath Traveler' de Nintendo sur Switch prend la tête du classement...

Publié le 23/07/2018

Par l'intermédiaire d'une filiale britannique

Publié le 23/07/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 23/07/2018

Le titre poursuit sa phase de rebond technique. Du côté des indicateurs, la moyenne mobile à 20 séances se retourne à la hausse sous les cours tandis que le RSI est bien orienté au-dessus des…

Publié le 23/07/2018

Une aventure boursière peu concluante