En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 969.49 PTS
-1.66 %
4 977.50
-1.44 %
SBF 120 PTS
3 987.78
-1.53 %
DAX PTS
11 275.27
-2.16 %
Dowjones PTS
25 317.41
-0.50 %
7 141.21
+0.00 %
1.146
-0.01 %

Abandon de la banque de la démocratie: le MoDem va déposer une proposition de loi

| AFP | 328 | Aucun vote sur cette news
La députée Modem Sarah El Haïry à l'Assemblée nationale, le 16 mai 2018
La députée Modem Sarah El Haïry à l'Assemblée nationale, le 16 mai 2018 ( Eric FEFERBERG / AFP/Archives )

Une députée MoDem, Sarah El Haïry, a indiqué mardi qu'elle allait déposer une proposition de loi pour instaurer une banque de la démocratie, destinée au financement public des campagnes électorales, projet abandonné lundi par la garde des Sceaux.

"Les propos et la fin de non-recevoir de Mme Belloubet ne sont pas acceptables en l'état. Sans débat et simplement avec un avis de l'administration, on enterre ce projet. Ce ne sera pas si simple", prévient la députée du mouvement centriste, partenaire de la majorité.

"Le sujet n'est pas clos" et "nous trouverons les voies et moyens pour faire en sorte que ce qui est une nécessité démocratique soit remis sur la table", a renchéri le chef de file des députés MoDem, Marc Fesneau, en conférence de presse.

Le projet de banque de la démocratie "participe de la moralisation de la vie publique et aussi d'une dynamique démocratique qu'il faut conforter", a-t-il appuyé, affirmant également que c'était "un engagement de campagne".

Mesure initialement portée par le président du MoDem, François Bayrou, la création d'une "banque de la démocratie" pour un financement public des campagnes électorales avait été rendue possible par ordonnances dans un délai de neuf mois par la loi de septembre 2017 sur la confiance dans la vie publique.

Mais ce délai d'habilitation pour légiférer par ordonnance "est tombé", a souligné lundi soir Mme Belloubet, alors qu'elle annonçait à l'Assemblée l'abandon de ce projet, en invoquant une "analyse" de l'inspection générale de l'administration et de l'inspection générale des finances.

D'après leurs conclusions, "les questions notamment d'accès au crédit relèvent moins d'une absence d'offre bancaire, que viendrait combler la banque de la démocratie, que de questions d'information ou de délai qui pourraient être réglées par le médiateur du crédit qui, lui, a été institué dans la loi confiance de 2017", a expliqué la garde des Sceaux.

Mardi matin, l'Élysée a d'ailleurs indiqué que "le président de la République (envisageait), sur proposition du Premier ministre, de nommer Jean-Raphaël Alventosa en qualité de médiateur du crédit aux candidats et aux partis politiques".

Pour Sarah El Haïry, "un tel enterrement dans la fosse commune des réactions au détour d'un débat constitutionnel n'est pas acceptable".

Elle a appelé à ce que "le débat (ait) lieu", et reproché à Mme Belloubet, dans un entretien à l'AFP, de "méconnaître la totalité de la réalité et des difficultés des candidats".

Le Rassemblement national (ex-FN) avait déjà dénoncé mardi le "mépris" du "Parlement et de la démocratie".

"L'instauration d'une banque de la démocratie relève d'une loi et le devoir d'un gouvernement démocratique est de mettre en application les lois. Il est d'ailleurs piquant de constater que ce refus délibéré d'exécuter la volonté du législateur vient de la ministre de la Justice, celle justement qui a en charge l'application de la loi", avait poursuivi le parti d'extrême-droite dans un communiqué.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2018

Eurofins a fait état d’une progression de 30,6% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre, à 955 millions d’euros. La croissance organique est ressortie à plus de 5%, en ligne avec…

Publié le 23/10/2018

AXA annonce avoir conclu un accord avec Fairfax Financial Holdings Limited afin de céder toutes ses activités d’assurance en Ukraine et de quitter le marché ukrainien. Selon cet accord, Fairfax…

Publié le 23/10/2018

STMicroelectronics est une nouvelle fois victime des prévisions décevantes d'un de ses concurrents...

Publié le 23/10/2018

Après avoir pris appui sur le support à 114.5 euros, le titre rebondit nettement et comble le trou de cotation baissier ouvert le 11 octobre. Du côté des indicateurs techniques, le RSI présente…

Publié le 23/10/2018

Plus forte baisse de l’indice CAC 40, Atos flanche de 18,13% à 73,82 euros. Fragilisé depuis fin juillet par une croissance organique décevante au premier semestre et par les "arrangements…