En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 519.16 PTS
-0.17 %
5 513.00
-0.14 %
SBF 120 PTS
4 344.98
-0.13 %
DAX PTS
12 267.34
-0.59 %
Dowjones PTS
26 719.13
-0.13 %
7 728.78
+0.00 %
1.139
+0.24 %

A Strasbourg, Castaner déplore la "frilosité" des réformes du CFCM

| AFP | 264 | 3 par 2 internautes
Capture d'image d'une vidéo de l'AFPTV du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner rompant le jeune à côté d'Abdelhaq Nabaoui (g), président du conseil régional du culte musulman, le 29 mai 2019 à Strasbourg
Capture d'image d'une vidéo de l'AFPTV du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner rompant le jeune à côté d'Abdelhaq Nabaoui (g), président du conseil régional du culte musulman, le 29 mai 2019 à Strasbourg ( / AFPTV )

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a déploré mercredi soir à Strasbourg la "frilosité" des réformes menées par le Conseil français du culte musulman (CFCM), quelques heures après que celui-ci lui eut reproché sa "désinvolture".

"Je mène depuis plusieurs mois un dialogue avec le CFCM, notamment dans ses travaux de réforme. Je ne peux hélas que constater la frilosité du CFCM", a déclaré M. Castaner, à l'occasion d'un repas de rupture du jeûne du ramadan organisé dans la capitale alsacienne.

Le ministre de l'Intérieur a à l'inverse rendu un hommage appuyé au Conseil régional du culte musulman (CRCM) d'Alsace, "un modèle, un laboratoire d'idées", notamment via ses actions de prévention de la radicalisation et la création d'un conseil des imams d'Alsace.

Le CFCM avait dénoncé plus tôt dans la journée la "désinvolture à l'égard des musulmans de France" du ministre qui n'avait pas assisté à la rupture du jeûne du ramadan (iftar) organisée mardi soir à Paris.

"C'est la première fois depuis que le CFCM organise un iftar qu'un ministre de l'Intérieur (également chargé des cultes, ndlr) ne répond pas favorablement à notre invitation", avait déploré le délégué général de l'organisation, Abdallah Zekri.

En novembre, l'exécutif avait annoncé son intention de revoir la loi de 1905, afin de mieux organiser et encadrer le financement de l'islam en France.

L'une des principales mesures envisagées consisterait à transformer la gestion des mosquées pour qu'elles ne relève plus du régime des associations loi 1901 mais de celui des association loi 1905 qui permet davantage de contrôle.

Tout en souhaitant que "l'approche apaisée et constructive qui se bâtit ici à Strasbourg puisse être un exemple et une inspiration partout en France", M. Castaner a souligné que le régime du Concordat, en vigueur en Alsace où la loi de 1905 ne s'applique pas, constituait "un modèle très spécifique (qui) ne peut pas être étendu à d'autres cultes ou d'autres territoires", alors que des voix s'élèvent régulièrement pour demander son extension à l'islam.

M. Castaner a également écarté l'idée de créer une faculté de théologie musulmane au sein de l'université publique à Strasbourg, où existent des facultés de théologie catholique et protestante.

"Ma première conviction, c'est que la loi de 1905 est la pierre angulaire de la laïcité partout où elle s'applique en France", a ajouté le ministre mercredi soir.

Il a souligné la nécessité de "s'assurer que si la République ne s'immisce pas dans les cultes, aucun État étranger ne puisse le faire" et de veiller à ce que les cultes se dotent "de représentants réellement représentatifs".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 08 juillet 2019

CODE OFFRE : EVASION19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : EVASION19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 24/06/2019

Par courrier reçu le 21 juin 2019 par l'AMF, complété par un courrier reçu le 24 juin, la société par actions simplifiée Talence Gestion, agissant...

Publié le 24/06/2019

Le Directoire de Klépierre a décidé le 20 juin dernier de procéder à l’annulation d’environ 2,83 millions d’actions, rachetées entre le 3 juillet et le 25 juillet 2017, dans le cadre du…

Publié le 24/06/2019

L'indice Stoxx européen de l'automobile abandonne 1,4% à la mi-journée, la seule baisse sectorielle marquée du jour...

Publié le 24/06/2019

Offre à 1,50 Euro

Publié le 24/06/2019

Plus forte baisse de l’indice SBF 120, Eurofins perd 4,2% à 360,40 euros. Si le spécialiste de la bio-analyse, victime d’une cyber attaque le premier week-end de juin, annonce que ses…