En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 220.96 PTS
+0. %
4 230.50
-
SBF 120 PTS
3 317.69
+0. %
DAX PTS
9 570.82
-
Dow Jones PTS
21 413.44
+2.24 %
7 635.66
+0. %

A son procès, François Fillon déplore des "dégâts irréparables"

| AFP | 651 | Aucun vote sur cette news
François Fillon à son arrivée au tribunal de Paris le 27 février 2020
François Fillon à son arrivée au tribunal de Paris le 27 février 2020 ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP )

L'ancien Premier ministre François Fillon, jugé à Paris pour avoir employé "fictivement" son épouse Penelope, a promis jeudi "la vérité" à ses juges, tout en dénonçant les "dégâts irréparables" causés selon lui par cette affaire.

Costume sombre, feuilles de papier à la main, François Fillon, 65 ans, s'est avancé à la barre pour sa première prise de parole depuis l'ouverture lundi de son procès devant le tribunal correctionnel.

Dessin d'audience du 26 septembre 2020, des trois prévenus, Marc Joulaud (gauche), Penelope Fillon (centre) et François Fillon (droite)
Dessin d'audience du 26 septembre 2020, des trois prévenus, Marc Joulaud (gauche), Penelope Fillon (centre) et François Fillon (droite) ( Benoit PEYRUCQ / AFP )

Le visage fermé, la voix claire, il a expliqué s'être décidé à faire une déclaration à la suite des propos tenus la veille par le parquet national financier, qui lui a "laissé le choix entre la peine de mort et la victimisation".

L'un des procureurs avait observé que "sous l'Ancien régime", le détournement de fonds publics, l'un des délits reprochés à François Fillon, était puni de "mort par pendaison".

François et Penelope Fillon sortent de leur immeuble parisien le 24 février 2020
François et Penelope Fillon sortent de leur immeuble parisien le 24 février 2020 ( Martin BUREAU / AFP )

Après avoir rejeté en début d'audience deux questions prioritaires de constitutionnalité (QPC) présentées par la défense, le tribunal a commencé à examiner le premier volet de l'affaire: l'emploi de Penelope Fillon comme assistante parlementaire de son époux, alors député de la Sarthe.

Mme Fillon, 64 ans, qui est jugée pour complicité et recel de détournement de fonds publics, a pris place entre ses deux anciens employeurs: son époux et l'ancien suppléant de ce dernier à l'Assemblée nationale Marc Joulaud, 52 ans.

Tous trois encourent dix ans d'emprisonnement, de lourdes amendes et des peines d'inéligibilité.

L'affaire avait éclaté en janvier 2017, pulvérisant la campagne du candidat de la droite à l'élection présidentielle.

"J'ai déjà été condamné sans appel par un tribunal médiatique", a vilipendé François Fillon, dénonçant des "violations répétées, continues, préméditées" de la présomption d'innocence.

"Les dégâts sont irréparables: l'élection présidentielle bien sûr", mais aussi "la place du courant de pensée que je représentais", a assuré le prévenu, ajoutant à l'adresse du tribunal: "Quelle que soit la décision que vous prendrez, rien n'y changera."

A son procès, prévu pour durer jusqu'au 11 mars, François Fillon entend "défendre" son "honneur, celui de (son) épouse et celui de Marc Joulaud". Il a promis "la vérité sur le travail essentiel accompli" par sa femme.

Mme Fillon et M. Joulaud n'ont pas souhaité faire de déclaration liminaire.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/04/2020

Sous la pression de la BCE, BNP Paribas a rejoint jeudi les autres grandes banques française, qui ont renoncé à verser un dividende.

Publié le 02/04/2020

Avec un ratio CET 1 de 18,4% au 31 décembre 2019, la Caisse régionale affiche une solvabilité largement supérieure aux exigences réglementaires...