En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 215.85 PTS
+0.38 %
5 209.00
+0.29 %
SBF 120 PTS
4 136.68
+0.39 %
DAX PTS
11 457.70
+0.30 %
Dowjones PTS
26 028.93
+0.69 %
7 085.57
+0.72 %
1.133
-0.05 %

A la surprise générale, Alain Juppé va rejoindre le Conseil constitutionnel

| AFP | 517 | Aucun vote sur cette news
Alain Jupp, le 9 mars 2017 à Bordeaux
Alain Jupp, le 9 mars 2017 à Bordeaux ( NICOLAS TUCAT / AFP/Archives )

Surprise de taille, l'ancien Premier ministre Alain Juppé est en passe de succéder à Lionel Jospin au Conseil constitutionnel, où il rejoindra les sénateurs Jacques Mézard et François Pillet.

Le nom de M. Juppé, qui a dans la foulée fait part de sa "profonde émotion" de quitter ses fonctions de maire de Bordeaux, a été proposé mercredi par le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand.

"C'est une très bonne nouvelle pour la République", a réagi le Premier ministre Edouard Philippe en saluant la "densité" et la "hauteur de vue" de celui qui a été son "mentor" en politique.

La surprise est d'autant plus grande que, depuis plusieurs semaines, c'est le Premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, qui semblait tenir la corde pour devenir "sage" au sein de la juridiction suprême.

Ancien Premier ministre de Jacques Chirac (1995-1997), fondateur de l'UMP, Alain Juppé, 73 ans, avait connu un sévère échec lors de la primaire de la droite de 2016 pour l'élection présidentielle, en s'inclinant face à François Fillon.

Alain Juppé
Alain Juppé ( Laurence SAUBADU, Paul DEFOSSEUX / AFP )

Depuis l'élection d'Emmanuel Macron, il s'est montré bienveillant, voire laudateur, à l'endroit du président de la République, en étant l'un des artisans d'une liste de rassemblement pro-Europe pour les élections européennes de mai, au-delà de la seule République en marche.

Autrefois réputé sévère et austère, l'ancien patron du RPR a cultivé au fur et à mesure des années une image de grand modéré, à l'opposé de la ligne incarnée par Laurent Wauquiez chez Les Républicains, parti que M. Juppé a fini par quitter il y a quelques semaines.

Mercredi, Richard Ferrand - qui appartenait au PS avant de rejoindre En Marche! en 2016 - a loué "un homme d'État". Désormais promu "sage", M. Juppé sera astreint à un strict devoir de réserve.

Avec cette nomination, la Macronie envoie un signe évident à la droite modérée. Mais elle empêche également à M. Juppé d'apporter un clair soutien au président en vue des Européennes.

La majorité a d'ailleurs salué sans tarder la nomination - "une très bonne nouvelle" pour la garde des Sceaux, Nicole Belloubet -, alors que la droite s'est voulue loyale: "Je le félicite pour sa nomination au Conseil et lui dit mon respect, malgré mon profond désaccord sur son soutien au pouvoir macronien", a tweeté le député LR Éric Ciotti.

Le Conseil constitutionnel, le 15 octobre 2018
Le Conseil constitutionnel, le 15 octobre 2018 ( BERTRAND GUAY / AFP )

Le député Insoumis Alexis Corbière a toutefois rappelé qu'Alain Juppé avait été condamné en 2004 à 14 mois d'emprisonnement avec sursis dans le dossier des emplois fictifs de la mairie de Paris: "Je suis surpris: je crois que le Conseil constitutionnel doit au moins être vierge de toute condamnation", a-t-il asséné.

Fabius et Jospin

L'entrée de l'ancien Premier ministre au Palais-Royal ouvre une séquence d'incertitude à la mairie de Bordeaux, que M. Juppé avait conquise en 1995.

"J'ai décidé, il y a plusieurs mois, de ne pas me représenter à l'élection municipale de mars 2020. Je comptais annoncer cette décision au lendemain des élections européennes fin mai prochain. Ma nomination bouleversera ce calendrier", a indiqué dans un communiqué M. Juppé, alors que sa première adjointe, Virginie Calmels, n'a jamais caché ses ambitions de succession.

Le Conseil constitutionnel
Le Conseil constitutionnel ( Paul DEFOSSEUX, Laurence SAUBADU / AFP )

De manière moins spectaculaire, l'ancien ministre Jacques Mézard a été proposé par le président de la République pour intégrer le Conseil constitutionnel.

Élu du Cantal, radical de gauche, M. Mézard, 71 ans, avait soutenu Emmanuel Macron dès le lancement de son mouvement En Marche !, devenant avec les socialistes Gérard Collomb et Nicole Bricq l'un des principaux relais du futur président au Sénat.

Il avait finalement été écarté du gouvernement lors du remaniement d'octobre.

Le président du Sénat, Gérard Larcher, a pour sa part proposé le sénateur (DVD) du Cher François Pillet, un ancien avocat de 68 ans, réputé discret mais respecté.

Les trois nominations doivent encore être validées par les commissions des Lois de l'Assemblée nationale et du Sénat.

Face à ce trio masculin, l'ancienne ministre de l'Environnement d'Alain Juppé, Corinne Lepage, a lancé une pique acide: "Un Conseil constitutionnel féminisé et rajeuni. Chic ! Et très écolo...", a-t-elle ironisé sur Twitter.

Le Conseil constitutionnel, renouvelés par tiers tous les trois ans, compte neuf membres dont quatre femmes.

Avant Alain Juppé, deux ex-Premiers ministres ont été nommés membres de cette "cour suprême" qui veille à la conformité des lois avec la Constitution: Lionel Jospin (qui y siège depuis 2015) et Laurent Fabius, qui en est le président depuis 2016 et dont le mandat court jusqu'en 2025.

Un autre ancien Premier ministre, Jacques Chirac, en est également membre, mais en tant qu'ancien président de la République.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/02/2019

Mise à disposition du Document de Référence 2018 (Rapport financier 2018 inclus)       Bezons, 22 février 2019 - Atos, un leader international de la transformation numérique, a…

Publié le 22/02/2019

Balyo annonce que son Conseil d’Administration, réuni ce jour, a décidé de procéder à l’émission d’environ 11,75 millions de Bons de Souscription d’Actions (« BSA ») attribués…

Publié le 22/02/2019

Vallourec annonce la création d'un nouveau Comité spécialisé, chargé d'assister le Conseil de Surveillance dans le suivi des questions de responsabilité sociale, environnementale et sociétale…

Publié le 22/02/2019

Touax a enregistré en 2018 un chiffre d'affaires de 154,5 millions d'euros, en repli de près de 9%. A périmètre et devises constants, il recule de 6,6%. Le chiffre d’affaires locatif annuel…

Publié le 22/02/2019

Au cours de 2018, les produits des activités de Touax s'établissent à 154,5 ME et 158,4 ME à périmètre et devises constants contre 169,7 ME en 2017,...