En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

A la Fête de l'Huma, les communistes réfléchissent à leur "révolution"

| AFP | 266 | Aucun vote sur cette news
Le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent (c), le 17 septembre 2017 à la Fête de l'Humanité, à La Courneuve près de Paris
Le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent (c), le 17 septembre 2017 à la Fête de l'Humanité, à La Courneuve près de Paris ( Thomas SAMSON / AFP )

Sortir de l'image d'un "parti ringard" pour "avancer au rythme de la société": le Parti communiste veut faire sa "révolution", sans "écarter aucune question d'entrée", une aventure qui emballe ou déconcerte ses militants à la Fête de l'Humanité.

"Le temps est venu que le Parti communiste (...) fasse, avec force et courage, sa propre révolution", a déclaré, dans une adresse aux personnalités présentes à La Courneuve le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent.

Une transformation du parti selon lui "urgente" dans "un paysage politique bouleversé" alors que le pays a été confronté ces dernières années à "une offensive généralisée des forces libérales".

Si aucun débat n'y est spécifiquement consacré, toute la Fête de l'Humanité bruissait cette année de ce changement à venir, y compris du nom du parti, trop assimilé aux expériences des pays socialistes.

Sonnés par les défaites électorales successives - même si le parti a conservé un groupe à l'Assemblée -, nombre de communistes vivent également douloureusement l'hostilité qui préside aux relations entre leurs cadres et ceux de La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier, dont l'absence à cette Fête a fait jaser, s'en est une nouvelle fois pris dimanche à une direction du PCF "en perdition".

"C'est un parti un peu ringard, d'un autre temps. Tout le monde est d'accord pour dire qu'il est composé de gens plutôt bien mais ce n'est pas un parti d'avenir", reconnaît Serge Gimenez, médecin généraliste de 63 ans dont 44 au Parti communiste.

"Après le résultat des dernières élections, le PCF n'est pas mort mais il faut qu'il évolue, notamment dans sa communication", suggère Benjamin, jeune militant en route pour un concert. "On est présent sur les réseaux sociaux mais pas plus que ça", soupire-t-il. Mathieu, un Insoumis de 31 ans, remarque qu'"on ne voit que des cheveux blancs à la Fête de l'Huma".

Des participants à la Fête de l'Humanité, le 17 septembre 2017 à La Courneuve près de Paris
Des participants à la Fête de l'Humanité, le 17 septembre 2017 à La Courneuve près de Paris ( Thomas Samson / AFP )

Dans son discours de clôture, Pierre Laurent d'ailleurs ne s'y est pas trompé, lançant un "appel à toute la jeunesse de France". "Soyez chez vous au Parti communiste et aidez-nous à faire notre révolution", a-t-il proposé.

Mais tous les militants ne partagent pas cette idée d'une indispensable modernisation. "Ca ne sert à rien, si on s'appelait le parti de la marguerite, les médias continueraient à parler de nous comme des +anciens communistes+", analyse Gisèle Cailloux, 71 ans, militante dans les Hauts-de-Seine.

- "Effacé derrière Mélenchon" -

En revanche, estime Deinz, la quarantaine, "il faut essayer de comprendre pourquoi le Parti communiste est isolé, pourquoi il ne s'adresse plus autant qu'avant aux quartiers populaires, pourquoi il ne trouve plus autant de place dans les entreprises".

Un avis partagé par Nelly, secrétaire départementale du PCF dans le Jura. "On a perdu un peu cette particularité d'être le parti des gens, le parti du terrain, le parti du peuple", constate-t-elle. Elle se souvient de l'époque où par sa présence partout sur le territoire, "les communistes jouaient un peu le rôle d'assistants sociaux". "Il faut refaire en sorte que les gens nous trouvent utiles à leur quotidien", propose-t-elle.

Des participants à la Fête de l'Humanité, le 17 septembre 2017 à La Courneuve près de Paris
Des participants à la Fête de l'Humanité, le 17 septembre 2017 à La Courneuve près de Paris ( Thomas Samson / AFP )

Plus tranchés, Gisèle Cailloux et Cédric Goulmot, 24 ans, qui tiennent le stand de la section de Suresnes, accusent le PCF de s'être "effacé derrière Mélenchon". "Il faut qu'on repasse à l'offensive sur le plan des idées et surtout des luttes", dit la militante. "On a l'impression qu'on n'a pas agi comme si on était un parti important ces dernières années, juste comme un parti qui aiderait Jean-Luc Mélenchon à prendre le pouvoir", abonde son camarade.

Devant ces nombreux questionnements, la direction du parti a décidé de ne pas faire le tri mais de "hiérarchiser" les débats. Pour ce faire, un questionnaire de quatre pages sera adressé d'ici au 18 novembre aux quelques 120.000 (dont 55.000 actifs) adhérents du PCF. Les militants pourront également y décider s'ils préfèrent que le Congrès extraordinaire de 2018 se tienne au printemps ou à l'automne.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 24/06/2018

L'Aquarius, bateau de l'ONG SOS-Méditerranée et Médecins sans Frontières (MSF) lors d'un exercice de sauvetage en mer, le 23 juin 2018 entre Lampedusa et la Tunisie ( PAU BARRENA / AFP )Les…

Publié le 23/06/2018

Toni Kroos exulte après avoir offert la victoire à l'Allemagne face à la Suède dans le groupe F du Mondial à Sotchi, le 23 juin 2018 ( Odd ANDERSEN / AFP )L'Allemagne reste l'Allemagne, et…

Publié le 23/06/2018

Le Lifeline bat pavillon néerlandais selon l'ONG éponyme qui l'exploite. Le navire n'apparaît pas dans les registres navals néerlandais, selon la représentation des Pays-Bas auprès de…

Publié le 23/06/2018

Le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'un meeting à Istanbul le 23 juin 2018 ( Aris MESSINIS / AFP )Le président turc Recep Tayyip Erdogan, briguant un nouveau mandat aux pouvoirs…

Publié le 23/06/2018

Des manifestants devant la Maison Blanche à l'appel de l'association pour les libertés civiles ACLU pour protester contre la séparation des familles à la frontière américano-mexicaine, le 22…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

L'Assemblée générale fut également l'occasion de détailler les conditions de réalisation du résultat de l'exercice 2017...

Publié le 22/06/2018

Bluelinea a réalisé une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un montant de 1,5 million d'euros. Cette augmentation de capital…

Publié le 22/06/2018

Biocorp annonce le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles, avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant cible de l'opération est de 4,5…

Publié le 22/06/2018

Bluelinea annonce la réalisation d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un...

Publié le 22/06/2018

Nouvelle histoire en cinq épisodes.