5 319.17 PTS
-0.32 %
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-0.39 %
DAX PTS
12 993.73
-0.41 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 396.80
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

A l'ONU, le fossé se creuse entre Washington et ses partenaires

| AFP | 166 | Aucun vote sur cette news
Le président américain Donald Trump et l'ambassadrice américaine aux Nations Unies Nikki Haley à l'ONU à New York le 18 septembre 2017
Le président américain Donald Trump et l'ambassadrice américaine aux Nations Unies Nikki Haley à l'ONU à New York le 18 septembre 2017 ( TIMOTHY A. CLARY / AFP/Archives )

La décision de Donald Trump de ne pas reconnaître que l'Iran applique l'accord nucléaire de 2015 devrait singulièrement compliquer les relations au Conseil de sécurité de l'ONU sur différents dossiers, de la Corée du Nord à la Syrie.

"L'accord est mort", tranche un diplomate sous anonymat. Selon lui, le renvoi de la balle par le président américain à son Congrès fragilise trop ce document de plusieurs dizaines de pages détaillées, validé par une résolution de l'ONU, pour lui faire tenir la route sur la durée.

Conclu après une dizaine d'années d'âpres discussions, il vise à encadrer les activités nucléaires iraniennes pour empêcher Téhéran d'acquérir l'arme atomique. L'accord international est contrôlé par l'agence onusienne chargée du nucléaire (AIEA) qui assure que Téhéran tient ses engagements, contrairement aux affirmations de Donald Trump.

L'accord de 2015 sur le nucléaire en Iran
L'accord de 2015 sur le nucléaire en Iran ( afp / AFP )

Signataires, Paris, Berlin et Londres ont réaffirmé unanimement leur volonté d'appliquer l'accord. Plus virulente, la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, a contredit le président américain en assurant qu'il n'avait pas le pouvoir d'y mettre fin seul et "à tout moment", comme il l'a affirmé.

Après les décisions de quitter l'Accord de Paris sur le climat et l'Unesco, ces propos illustrent un fossé qui se creuse entre Washington et ses plus proches alliés européens, incapables d'inverser la décision américaine sur l'Iran malgré de multiples échanges depuis plus d'un mois.

Réactions au refus de Trump de certifier l'accord sur le nucléaire iranien
Réactions au refus de Trump de certifier l'accord sur le nucléaire iranien ( Vincent LEFAI / AFP )

"Cette décision va sévèrement compliquer la diplomatie au Conseil de sécurité sur de multiples sujets", prédit Richard Gowan, expert de l'European council on foreign relations. "Trump s'est montré méprisant à l'égard de ses principaux alliés au Conseil, le Royaume-Uni et la France, en ignorant leurs vues sur l'Iran. A l'ONU, la Chine et la Russie vont essayer de souligner l'isolement des Etats-Unis".

"Tout cela arrange bien les Russes et les Chinois qui s’engouffrent dans le vide laissé par les Américains", abonde Alexandra Novosseloff de l'International Peace Institute.

- Dossier nord-coréen -

Selon Richard Gowan, "les divisions sur l'Iran pourraient rendre difficiles les discussions sur d'autres crises à l'agenda de l'ONU, comme la Syrie ou l'Ukraine". Comment croire à l'avenir les "promesses diplomatiques" des Etats-Unis ? "Très peu de diplomates gardent leur confiance" en Washington, assure-t-il.

L'ambassadrice américaine aux Nations Unies Nikki Haley lors d'une réunion du conseil de sécurité de l'ONU à New York le 28 septembre 2017
L'ambassadrice américaine aux Nations Unies Nikki Haley lors d'une réunion du conseil de sécurité de l'ONU à New York le 28 septembre 2017 ( TIMOTHY A. CLARY / AFP/Archives )

"Les dossiers sont séparés, ont chacun leurs difficultés propres, et les Etats-Unis sont difficiles en négociation sur tous les dossiers", relativise Alexandra Novosseloff. "Beaucoup de dossiers au Conseil passent au-dessous du radar de la Maison Blanche", confirme un diplomate sous anonymat. En reconnaissant que "cela risque d'être plus compliqué pour ceux auxquels s'intéressera la présidence américaine".

Jusqu'à présent, la représentante américaine à l'ONU, Nikki Haley, bénéficie d'un fort crédit auprès de ses homologues du Conseil de sécurité. "Elle a un rôle très exceptionnel, une influence interne considérable. Elle prend ses ordres directement à la Maison Blanche, quand elle les prend", notait récemment l'un d'eux, européen.

Sur l'Iran, celle qui a rang de ministre dans l'administration américaine s'est distinguée de ses collègues à la Défense ou au Département d'Etat. Le chef du Pentagone, Jim Mattis, s'est prononcé pour garder l'accord alors que Nikki Haley embrassait la position de Donald Trump.

Les sanctions contre la Corée du Nord
Les sanctions contre la Corée du Nord ( Sophie RAMIS / AFP )

Selon une source diplomatique, c'est d'elle qu'est venue l'idée de non-certification de l'accord nucléaire iranien sans le "déchirer" comme le voulait initialement le président américain. Mais sur le fond, "elle ne connaît pas" le sujet du nucléaire iranien. "Les arguments pragmatiques n'ont aucun poids face à une décision idéologique", regrette cette source.

Dans le dossier nord-coréen, Nikki Haley a réussi cet été à convaincre Chinois et Russes de s'associer à deux nouveaux trains de sanctions internationales contre Pyongyang. Le premier lui avait valu un mois de négociations, le deuxième avait été bouclé en une semaine.

Qu'en sera-t-il des futures discussions sur cette crise ?

Le Conseil de sécurité de l'ONU
Le Conseil de sécurité de l'ONU ( Vincent LEFAI / AFP )

Si jamais c'était le cas, "Pyongyang devrait encore moins avoir envie d'une négociation sérieuse avec les Etats-Unis, et voit maintenant que Trump est prêt à renier des engagements nucléaires", note Richard Gowan. "Cela va être encore plus difficile de persuader Pékin et Moscou d'approuver de nouvelles sanctions au Conseil de sécurité sur la Corée du Nord", ajoute-t-il, une affirmation largement partagée à l'ONU.

Nikki Haley a rejeté dimanche cet argumentaire, estimant sur la chaîne ABC que la remise en question de l'accord avec l'Iran "envoie un message parfait" à la Corée du Nord.

Pyongyang doit savoir, a-t-elle dit, que "nous n'allons pas nous engager dans un mauvais accord".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Gennevilliers, le 17 novembre 2017, Communiqué de presse Réalisation définitive de la fusion-absorption par Prologue de sa filiale Imecom…

Publié le 17/11/2017

Les fluctuations d'activité rencontrées par le fret ferroviaire n'ont pour l'instant pas d'impact sur l'activité de la société...

Publié le 17/11/2017

L'actuel Directeur Général d'EuropaCorp Television, Thomas Anargyros, s'est porté acquéreur. La transaction ne comprend pas Taken...

Publié le 17/11/2017

Le centre, situé à proximité de la gare Montparnasse, dégage un loyer annuel de 690 kE...

Publié le 17/11/2017

Une stratégie de réorganisation structurelle dont la finalisation demeure sujette à l'approbation de l'extension des agréments de sa filiale de gestion monégasque par les autorités…

CONTENUS SPONSORISÉS