En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 029.72 PTS
-0.54 %
6 019.00
-0.64 %
SBF 120 PTS
4 769.97
-0.5 %
DAX PTS
13 579.33
-0.62 %
Dow Jones PTS
28 992.41
-0.78 %
9 446.69
-1.88 %

A Ivry et Saint-Denis, la banlieue rouge communiste menacée dans ses fiefs

| AFP | 315 | 1 par 2 internautes
Le drapeau du Parti communiste français (PCF) lors d'une manifestation à Paris en octobre 2016
Le drapeau du Parti communiste français (PCF) lors d'une manifestation à Paris en octobre 2016 ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

La banlieue rouge du XXIe siècle sera-t-elle encore communiste ? Aux portes de Paris, les fiefs historiques d'Ivry-sur-Seine et Saint-Denis sont menacés par d'autres formations de gauche attirées par ces villes "symboles" en pleine mutation.

Dans le Val-de-Marne, au sud de Paris, Ivry "la rouge" et ses 60.000 habitants votent inlassablement PCF aux municipales depuis près d'un siècle.

Un emblème aujourd'hui âprement disputé à gauche. Membres de la majorité municipale pendant près de 12 ans, les écologistes, alliés aux Insoumis et aux socialistes, ont décidé de présenter une liste concurrente.

Le socialiste Mathieu Hanotin, ex-directeur de campagne de Benoît Hamon au siège du PS en janvier 2017
Le socialiste Mathieu Hanotin, ex-directeur de campagne de Benoît Hamon au siège du PS en janvier 2017 ( THOMAS SAMSON / AFP/Archives )

Côté banlieue nord, un autre bastion, Saint-Denis, avait déjà vacillé en 2014. Dans la ville la plus peuplée de Seine-Saint-Denis, communiste depuis la Libération, le socialiste Mathieu Hanotin avait manqué la victoire de 181 voix. Aux européennes, ce sont les Insoumis qui se sont imposés comme première force à gauche, en se positionnant juste derrière LREM, vainqueur du scrutin. Les communistes ne sont arrivés que cinquièmes.

Cette fois, le PCF est confronté à deux grands challengers à gauche. Si le maire sortant Laurent Russier se présente avec le soutien d'EELV, il a face à lui une liste "citoyenne" soutenue par LFI et menée par un de ses adjoints, et celle de l'élu socialiste qui veut sa revanche.

Or la ville est à une "période charnière de son histoire", assure le maire. Avec les JO-2024, des milliers de logements vont sortir de terre. Et les travaux de la gare Pleyel, la plus grande du futur métro du Grand Paris, sont en cours. Résultat, la campagne pour les municipales est "la plus clivante" depuis "des années", poursuit l'édile.

Au coeur des débats, la question du logement et de la "gentrification", dans une ville qui compte plus de 40% de logements sociaux et où les prix au m2 sont bien inférieurs à ceux d'autres communes de proche banlieue, prises d'assaut par des habitants venus de Paris.

Communistes "notabilisés"

A Ivry, la liste du parti écologiste EELV est conduite par Sabrina Sebaihi, pour les municipales de mars 2020
 
A Ivry, la liste du parti écologiste EELV est conduite par Sabrina Sebaihi, pour les municipales de mars 2020   ( LIONEL BONAVENTURE / AFP/Archives )

A Ivry, il est aussi beaucoup question d'aménagement urbain. La tête de liste EELV Sabrina Sebaihi accuse la mairie de vouloir "bétonner la ville" en pointant le projet pharaonique de construction de logements et de bureaux, Ivry Confluences, engagé depuis 2011 et qui s'étend sur un cinquième de la ville.

Dans cette commune populaire où EELV est arrivé en tête aux européennes, les questions environnementales s'annoncent déterminantes. La reconstruction du plus grand incinérateur d'Europe, projet soutenu par le maire sortant mais dénoncé par les écologistes, a profondément clivé les habitants, y compris l'électorat communiste.

"Les questions écologiques ne sont pas suffisamment prises en compte" par les communistes, accuse Sabrina Sebaihi.

Pour le chercheur Emmanuel Bellanger, le communisme municipal s'est construit sur l'accompagnement des habitants "en période de crise ou de guerre", via davantage de services publics ou de logements sociaux. Mais le logiciel a évolué: "Aujourd'hui, la question sociale c'est aussi la question environnementale" et les élus devront démontrer leur capacité à faire face à une nouvelle crise, écologique celle-là.

Les adversaires du PCF multiplient aussi les critiques contre un parti vieillissant, se comportant en "rentier" de la mémoire ouvrière.

Un meeting de la France insoumise (LFI), lors de la capagne présidentielle  le 5 juin 2016 à Paris
Un meeting de la France insoumise (LFI), lors de la capagne présidentielle le 5 juin 2016 à Paris ( JOEL SAGET / AFP/Archives )

A Saint-Denis, Bally Bagayoko, le candidat soutenu par LFI, revendique son enfance au sein d'une famille nombreuse d'origine malienne et se présente comme le véritable héritier du "communisme municipal", avec un "visage différent, issu des quartiers populaires, de la diversité, dont il ne faut pas avoir honte".

Même tonalité à Ivry, où l'insoumis Mourad Tagzout défend "une mémoire ouvrière (qui) n'appartient à personne": "Pourquoi serions-nous moins légitimes que le PCF pour porter et représenter cet héritage ?"

La France insoumise peut "incarner une nouvelle banlieue rouge", en faisant figure d'"alternative à des élus communistes qui se sont notabilisés" et qui "ne portent plus la radicalité de leurs prédécesseurs", complète Emmanuel Bellanger.

Reste une question, LREM et la droite peuvent-elles tirer parti de l'arrivée des nouveaux habitants ? Pas nécessairement note le chercheur, pour qui les Parisiens qui s'installent dans ces villes populaires ne représentent pas "la grande bourgeoisie". Mais plutôt une "classe moyenne intellectuelle, sensible à la question sociale, à la densité des services publics", caractéristique de ces villes rouges... et plus nécessairement communistes.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2020

Une petite erreur s'est glissée dans le titre de notre dépêche précédente à propos de Mediawan. Mediawan a nommé Victoire Grux et non Victoria Grux au poste de directrice de la…

Publié le 21/02/2020

DLSI Groupe a publié un chiffre d'affaires consolidé 2019 en hausse de 1,8% à 234,4 millions d'euros. Le spécialiste des prestations de travail temporaire précise dans son communiqué que…

Publié le 21/02/2020

L'international progresse de 8,7% sur l'exercice

Publié le 21/02/2020

IMPLANETLe spécialiste des implants vertébraux et des implants chirurgicaux du genou publiera (avant Bourse) ses résultats annuelsYMAGISLe spécialiste des technologies numériques pour l'industrie…

Publié le 21/02/2020

DBV Technologies vient d'annoncer que la FDA avait indiqué que la réunion du Comité Consultatif sur les produits allergènes se tiendra le 15 mai 2020 pour discuter de la demande de licence de…