En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 896.92 PTS
-
4 879.5
-
SBF 120 PTS
3 892.27
-
DAX PTS
10 924.70
-
Dowjones PTS
24 597.38
+0.29 %
6 767.97
+0.06 %
1.136
+0.02 %

A Evry, ex-fief de Manuel Valls: "+Adios+" et "bonne chance" à Barcelone

| AFP | 581 | 5 par 1 internautes
L'ex Premer ministre Manuel Valls le 1er juillet 2018 à Paris
L'ex Premer ministre Manuel Valls le 1er juillet 2018 à Paris ( LUDOVIC MARIN / POOL/AFP/Archives )

Alors que Manuel Valls vient d'officialiser sa candidature à la mairie de Barcelone, dans son ex-fief d'Evry où il a été maire pendant onze ans, puis député, on lui souhaite "bonne chance" tout en assurant vouloir "tourner la page".

"Ah Manuel, c'était notre champion !", s'exclame Yves Braun, retraité de 64 ans. "Ca me rend triste de le voir partir à Barcelone parce que c'était un excellent maire", enchaîne-t-il.

A ses côtés, Véronique Daurey, retraitée de l'enseignement, ne peut s'empêcher de froncer les sourcils. "Pour moi c'est un arriviste", finit-elle par lâcher.

"Je l'aimais bien au départ, j'ai même voté pour lui plusieurs fois. Il était dynamique et avait cette façon de parler qui était très directe et franche... Mais tout ça, c'était juste pour servir ses ambitions. Alors qu'il s'en aille ! Et bon vent !", s'emporte-t-elle.

"On lui souhaite bonne chance", tente de nuancer Yves sous le regard réprobateur de son amie.

Assise à la terrasse d'un café du centre-ville, Fatou, 24 ans, étudiante en gestion, explique d'abord ne pas "(s)'intéresser à la politique" puis, admet avoir un avis "tranchant et tranché" sur Manuel Valls, qui a officialisé sa décision au Centre de culture contemporaine de Barcelone.

"La seule chose que j'aie envie de dire, c'est +Adios+. Les polémiques sur tout et tout le temps, c'est fini. Il fera ça ailleurs", exulte-t-elle avant de reprendre une gorgée de café.

A l'évocation de l'ancien député-maire, les réactions sont souvent tranchées, voire pour certains épidermiques. Habitué du "parler cash" et des saillies sèches, Manuel Valls s'est construit en briseur de tabous à gauche et a aussi dérouté et heurté nombre de ses administrés.

- "On l'aime ou on le déteste" -

"Valls, on l'aime ou on le déteste. Il n'y a pas de juste milieu", résume Marie, une infirmière de 31 ans qui veut garder l'image d'un maire "présent et disponible".

Lancé très jeune en politique, Manuel Valls, arrive à la tête de cette ville nouvelle de plus de 50.000 habitants en 2001.

Située à une heure de Paris, cette commune populaire, métissée et jeune (un quart de la population a moins de 30 ans), aux allures parfois futuristes, sera un véritable tremplin pour le natif de Barcelone, lui offrant sa première expérience à la tête d'une collectivité.

A Evry, il développera les thèmes qui deviendront les piliers de sa politique: sécurité, laïcité intransigeante et goût pour l'entreprise.

Il fait installer des caméras de surveillance dans la ville et augmente les effectifs de la police municipale.

En 2003, il n'hésite pas à prendre un arrêté municipal ordonnant la fermeture d'un magasin qui commercialise uniquement des produits "hallal", arguant d'une forme de "ségrégation".

"Il a beaucoup fait pour la sécurité. Il y a eu un avant et un après Valls", salue Christine, une commerçante du centre-ville.

Avec l'élection de François Hollande en 2012, il quitte sa ville pour devenir ministre de l'Intérieur, puis Premier ministre. "Même lorsqu'il était au gouvernement, il revenait souvent à Evry. C'était une présence discrète mais il était là", se souvient Christine.

Pourtant, depuis son élection sur le fil à la tête de la première circonscription de l'Essonne en juin 2017, "on ne l'a pas beaucoup vu à Evry", déplore Marie, l'infirmière.

"Qu'il aille à Barcelone ça ne me dérange pas. Après tout, il est catalan ! Ce qui me dérange un peu, c'est sa façon de faire. Nous sommes les derniers au courant alors qu'il est notre député. A nous de tourner la page", poursuit-elle.

Son adversaire de la France insoumise, Farida Amrani, qui réclamait sa démission depuis plusieurs semaines, s'est félicitée sur Twitter de l'annonce de Manuel Valls d'abandonner son mandat de député, regrettant toutefois une annonce "en catalan depuis Barcelone".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 14/12/2018

Des bougies en hommage aux victimes de l'attentat de Strasbourg, photographiées le 13 décembre à Strasbourg ( Alain JOCARD / AFP )Après une angoissante chasse à l'homme, Strasbourg cherchera…

Publié le 13/12/2018

Une photo de Cherif Chekatt, l'auteur présumé de l'attentat du marché de Noël de Strasbourg, obtenue par l'AFP le 12 décembre 2018 ( Handout / AFP )La fin de deux jours de traque. Chérif…

Publié le 13/12/2018

Facebook a ouvert le jeudi 13 décembre 2018 à New York une boutique éphémère pour expliquer comment le réseau utilise les données personnelles des utilisateurs ( TIMOTHY A. CLARY / AFP…

Publié le 13/12/2018

Ismaila Sarr (N.7) qualifie le Stade rennais, grâce à son doublé contre le FC Astana en Ligue Europa, le 13 décembre 2018 au Roazhon Park ( Jean-François MONIER / AFP )Destins croisés pour…

Publié le 13/12/2018

L'actrice Isabelle Huppert, ici lors d'une remise de prix au festival de cinéma de Rome le 20 octobre 2018, sera de retour en février 2019 à New York pour jouer dans l'adaptation en anglais de…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2018

Onxeo examine toutes les voies de recours et de négociation possibles...

Publié le 13/12/2018

Le Conseil d'administration d'ARTEA (Code ISIN : FR0012185536/ Mnémonique : ARTE), réuni le 20 novembre 2018, a décidé la mise en oeuvre du programme de rachat…

Publié le 13/12/2018

Ivry, 13 décembre 2018   Information réglementée PUBLICATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE…

Publié le 13/12/2018

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropaCorp a essuyé une perte nette, part du groupe de 88,9 millions d’euros contre - 70,6 millions d’euros, un an plus tôt. Le groupe a enregistré des…

Publié le 13/12/2018

Depuis le dernier trimestre 2017, début du partenariat entre le spécialiste du marketing point de vente MEDIA 6 et Lucibel, la collaboration entre les...