En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 173.05 PTS
-
5 178.50
-
SBF 120 PTS
4 141.15
-
DAX PTS
11 776.55
+1.40 %
Dowjones PTS
25 798.42
+2.17 %
7 276.43
+2.94 %
1.158
+0.04 %

A Evry, ex-fief de Manuel Valls: "+Adios+" et "bonne chance" à Barcelone

| AFP | 385 | 5 par 1 internautes
L'ex Premer ministre Manuel Valls le 1er juillet 2018 à Paris
L'ex Premer ministre Manuel Valls le 1er juillet 2018 à Paris ( LUDOVIC MARIN / POOL/AFP/Archives )

Alors que Manuel Valls vient d'officialiser sa candidature à la mairie de Barcelone, dans son ex-fief d'Evry où il a été maire pendant onze ans, puis député, on lui souhaite "bonne chance" tout en assurant vouloir "tourner la page".

"Ah Manuel, c'était notre champion !", s'exclame Yves Braun, retraité de 64 ans. "Ca me rend triste de le voir partir à Barcelone parce que c'était un excellent maire", enchaîne-t-il.

A ses côtés, Véronique Daurey, retraitée de l'enseignement, ne peut s'empêcher de froncer les sourcils. "Pour moi c'est un arriviste", finit-elle par lâcher.

"Je l'aimais bien au départ, j'ai même voté pour lui plusieurs fois. Il était dynamique et avait cette façon de parler qui était très directe et franche... Mais tout ça, c'était juste pour servir ses ambitions. Alors qu'il s'en aille ! Et bon vent !", s'emporte-t-elle.

"On lui souhaite bonne chance", tente de nuancer Yves sous le regard réprobateur de son amie.

Assise à la terrasse d'un café du centre-ville, Fatou, 24 ans, étudiante en gestion, explique d'abord ne pas "(s)'intéresser à la politique" puis, admet avoir un avis "tranchant et tranché" sur Manuel Valls, qui a officialisé sa décision au Centre de culture contemporaine de Barcelone.

"La seule chose que j'aie envie de dire, c'est +Adios+. Les polémiques sur tout et tout le temps, c'est fini. Il fera ça ailleurs", exulte-t-elle avant de reprendre une gorgée de café.

A l'évocation de l'ancien député-maire, les réactions sont souvent tranchées, voire pour certains épidermiques. Habitué du "parler cash" et des saillies sèches, Manuel Valls s'est construit en briseur de tabous à gauche et a aussi dérouté et heurté nombre de ses administrés.

- "On l'aime ou on le déteste" -

"Valls, on l'aime ou on le déteste. Il n'y a pas de juste milieu", résume Marie, une infirmière de 31 ans qui veut garder l'image d'un maire "présent et disponible".

Lancé très jeune en politique, Manuel Valls, arrive à la tête de cette ville nouvelle de plus de 50.000 habitants en 2001.

Située à une heure de Paris, cette commune populaire, métissée et jeune (un quart de la population a moins de 30 ans), aux allures parfois futuristes, sera un véritable tremplin pour le natif de Barcelone, lui offrant sa première expérience à la tête d'une collectivité.

A Evry, il développera les thèmes qui deviendront les piliers de sa politique: sécurité, laïcité intransigeante et goût pour l'entreprise.

Il fait installer des caméras de surveillance dans la ville et augmente les effectifs de la police municipale.

En 2003, il n'hésite pas à prendre un arrêté municipal ordonnant la fermeture d'un magasin qui commercialise uniquement des produits "hallal", arguant d'une forme de "ségrégation".

"Il a beaucoup fait pour la sécurité. Il y a eu un avant et un après Valls", salue Christine, une commerçante du centre-ville.

Avec l'élection de François Hollande en 2012, il quitte sa ville pour devenir ministre de l'Intérieur, puis Premier ministre. "Même lorsqu'il était au gouvernement, il revenait souvent à Evry. C'était une présence discrète mais il était là", se souvient Christine.

Pourtant, depuis son élection sur le fil à la tête de la première circonscription de l'Essonne en juin 2017, "on ne l'a pas beaucoup vu à Evry", déplore Marie, l'infirmière.

"Qu'il aille à Barcelone ça ne me dérange pas. Après tout, il est catalan ! Ce qui me dérange un peu, c'est sa façon de faire. Nous sommes les derniers au courant alors qu'il est notre député. A nous de tourner la page", poursuit-elle.

Son adversaire de la France insoumise, Farida Amrani, qui réclamait sa démission depuis plusieurs semaines, s'est félicitée sur Twitter de l'annonce de Manuel Valls d'abandonner son mandat de député, regrettant toutefois une annonce "en catalan depuis Barcelone".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 17/10/2018

Michel Barnier, négociateur du Brexit pour l'Union Européenne, et Donald Tusk, président du Conseil Européen, le 16 octobre 2018 à Bruxelles ( OLIVIER HOSLET / POOL/AFP )L'Union européenne a…

Publié le 16/10/2018

Un employé s'occupe de plants de cannabis à des fins médicales, le 5 décembre 2016 à Smiths Falls au Canada ( Lars Hagberg / AFP/Archives )A partir de mercredi, les Canadiens pourront…

Publié le 16/10/2018

Antoine Griezmann congratulé par Olivier Giroud et Blaise Matuidi après son 2e but avec les Bleus contre l'Allemagne au Stade de France, le 16 octobre 2018 ( FRANCK FIFE / AFP )Une équipe de…

Publié le 16/10/2018

Toni Kroos (N.8) congratulé par Joshua Kimmich après avoir ouvert le score pour l'Allemagne face aux Bleus au Stade de France, le 16 octobre 2018 ( FRANCK FIFE / AFP )La France, championne du…

Publié le 16/10/2018

Le président du MoDem François Bayrou, le 10 mai 2018 à Aix-la-Chapelle en Allemagne ( LUDOVIC MARIN / AFP/Archives )Emmanuel Macron "a remis de l'ordre dans les esprits et dans les équipes",…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/10/2018

L'opération de Thales devrait être réalisée peu de temps après l'obtention de toutes les Autorisations Règlementaires, ce qui est envisagé au 1er trimestre 2019.

Publié le 16/10/2018

La box Noviacare by Pharmagest est associée à des capteurs dont l'objectif est d'accompagner le senior dans son quotidien et de détecter les situations à risque éventuelles...

Publié le 16/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 16/10/2018

Le tronçon complet de la L2 Nord sera mis en circulation le 25 octobre...

Publié le 16/10/2018

Stanislas de Gramont a réalisé l'essentiel de sa carrière chez Danone où il a exercé différentes fonctions de direction générale...