En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 552.34 PTS
+0.03 %
5 543.00
-0.12 %
SBF 120 PTS
4 380.30
+0.15 %
DAX PTS
12 260.07
+0.26 %
Dowjones PTS
27 154.20
-0.25 %
7 834.90
-0.88 %
1.122
+0.00 %

"45 degrés, zéro engagement" du gouvernement, dénonce Greenpeace

| AFP | 350 | Aucun vote sur cette news
Greenpeace France continue à bloquer un cargo de soja à Sète (Hérault) pour dénoncer l'absence d'engagement du gouvernement sur les causes du réchauffement climatique
Greenpeace France continue à bloquer un cargo de soja à Sète (Hérault) pour dénoncer l'absence d'engagement du gouvernement sur les causes du réchauffement climatique ( FRED TANNEAU / AFP/Archives )

"45 degrés, zéro engagement" : au lendemain d'une journée de canicule exceptionnelle qui a vu des records absolus de température, Greenpeace France continue samedi à bloquer un cargo de soja à Sète (Hérault) pour dénoncer l'absence d'engagement du gouvernement sur les causes du réchauffement climatique.

Des activistes de Greenpeace bloquent depuis vendredi les grues de déchargement du quai d'un cargo transportant du soja et ont déployé une banderole de 15 mètres sur laquelle on peut lire "Elevage industriel = déforestation".

Sur la coque du navire, ils ont peint le message "45 degrés, zéro engagement".

"Quand parlera-t-on enfin des causes et pas uniquement des conséquences de cette canicule ?", interroge Cécile Leuba, chargée de campagne Forêt chez Greenpeace France. "L’origine du dérèglement climatique s’explique aussi par ce qu’il se passe ici, à Sète, avec ce cargo chargé de soja, sans que notre gouvernement ne dise un mot".

"L’association Greenpeace a raison quand elle s’attaque à la déforestation qui frappe durement l’Amérique latine et toute la planète", a réagi l'ancien ministre communiste et président du port de Sète-Sud de France Jean-Claude Gayssot dans un communiqué adressé samedi après-midi à l'AFP.

"Choisir le port de Sète comme tribune, pourquoi pas ?", poursuit M. Gayssot, soulignant qu'il ne représente pourtant "que 0,5% de l’importation du soja en Europe !" "Bloquer par cette action toute activité commerciale pendant plusieurs jours et renvoyer ces activités vers d’autres ports au détriment des travailleurs de Sète n’est pas une solution acceptable", estime M. Gayssot, qui appelle les responsables de l'association à "reprendre langue avec nous afin de débloquer cette situation et afin de faire avancer à l’échelle de toutes les façades maritimes du Monde cette juste bataille pour la sauvegarde de la planète".

Derrière le soja, explique Mme Leuba, "se cachent de la déforestation et des émissions massives de gaz à effet de serre qui réchauffe notre planète !"

Le cargo bloqué contient 50.000 tonnes de soja, en provenance du port de Salvador au Brésil. 89% du soja exporté par ce port provient du Cerrado, une des zones les plus détruites par la déforestation au Brésil et ces cargaisons servent principalement à nourrir des animaux d’élevage industriel, souligne l'organisation.

"Au même moment au G20, Emmanuel Macron se revendique porte-étendard de l’ambition climatique, déclarant ne pas vouloir signer de communiqué final s’il ne mentionne pas l’accord de Paris", dénonce l'association de défense de l'environnement.

"L’accord de Paris, il ne suffit pas de le mentionner, il faut surtout l’appliquer", souligne Cécile Leuba. "Ce sera impossible pour la France sans mettre un terme à cette déforestation importée, comme on le voit dans ce cargo, et sans réduire sa production de viande, d’œufs et de produits laitiers et opérer la transition vers un élevage écologique".

La déforestation et l’élevage représentent 12 et 14,5% des émissions de GES mondiales.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2019

Le chiffre d'affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31,9 KE...

Publié le 19/07/2019

Derichebourg a signé un contrat de prêt de 130 millions d’euros avec la Banque européenne d’investissement, destiné à contribuer au financement à long terme d’un programme pluriannuel…

Publié le 19/07/2019

Le chiffre d’affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31 900 euros contre 77 300 un an plus tôt. Il provient de la refacturation des frais partagés liés à l’organisation…

Publié le 19/07/2019

Les investissements de ce programme pluriannuel concerneront principalement l'amélioration des taux de valorisation des matières traitées

Publié le 19/07/2019

Le mnémonique deviendra ALUNT