5 357.14 PTS
-
5 340.0
-1.11 %
SBF 120 PTS
4 274.04
-
DAX PTS
13 068.08
-
Dowjones PTS
24 508.66
-0.31 %
6 389.91
+0.00 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

2030? 2035? Philippe pas un "fétichiste de la date" pour les 50% de nucléaire

| AFP | 209 | 4 par 1 internautes
Le Premier ministre Edouard Philippe, le 15 novembre 2017 à Paris
Le Premier ministre Edouard Philippe, le 15 novembre 2017 à Paris ( Martin BUREAU / AFP/Archives )

Edouard Philippe a affirmé mercredi soir ne pas être un "fétichiste de la date" pour diminuer à 50% la part du nucléaire dans l'électricité française, en qualifiant d'"horizon sain" la nouvelle fourchette de 2030-2035 fixée par l'exécutif.

L'objectif des 50% "sera atteint à un rythme qui sera crédible, pour garantir la sûreté et la sécurité de la production d'énergie, l'accessibilité à cette énergie et à un coût supportable pour les Français de la transition" énergétique, a déclaré le Premier ministre, invité de l'émission "En direct de Médiapart".

Le gouvernement a renoncé à l'objectif, fixé par François Hollande et repris durant la campagne par Emmanuel Macron, d'atteindre ces 50% (contre 75 à 80% actuellement) en 2025, en le repoussant sans année précise, entre 2030 et 2035.

"Je me fixe ça (2030-2035), pardon je ne suis pas un fétichiste de la date en la matière parce que (...) ça s'organise, parce que c'est redoutablement complexe, parce que sur chaque territoire ça pose des problèmes qui peuvent être différents", a-t-il plaidé.

"Il y a quand même toute une série de territoires où le tissu humain, social, industriel, s'est organisé autour de ça (le nucléaire). On peut le regretter ou s'en féliciter, mais c'est comme ça", a souligné le Premier ministre.

"C'est bien beau de se fixer une date si c'est pas réalisable, donc moi je ne suis pas un fétichiste, je dis que c'est un horizon qui est un horizon sain", a poursuivi le chef du gouvernement, soulignant les "difficultés" posées par la double nécessité de réduire la consommation d'électricité et favoriser l'essor des renouvelables.

"Aucune" éolienne en mer ne fonctionne aujourd'hui au large des côtes françaises, sept ans après le lancement des premiers appels d'offres sous le quinquennat Sarkozy, a-t-il notamment souligné.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Les deux plus hauts dirigeants du groupe vont le quitter. Guillaume Faury remplacera Fabrice Brégier...

Publié le 15/12/2017

Communiqué de presse Ecully, le 15 décembre 2017   Transfert des actions de Spineway sur le groupe de cotation E2 (offre au public) d'Euronext Growth…

Publié le 15/12/2017

Une partie de l'électricité est achetée par Kimberly-Clark...

Publié le 15/12/2017

Les syndicats du distributeur n'ont pas tous la même stratégie pour la fin de l'année. Mais tous attendent la direction au tournant dès 2018...

Publié le 15/12/2017

La production hydroélectrique augmentera à partir de 2020...

CONTENUS SPONSORISÉS