En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 636.25 PTS
-0.65 %
5 636.50
+0.06 %
SBF 120 PTS
4 447.36
-0.59 %
DAX PTS
12 633.60
-
Dow Jones PTS
26 770.20
-0.95 %
7 868.49
+0. %
1.116
-0.1 %

100 jours de contestation à Hong Kong

| AFP | 192 | Aucun vote sur cette news
Un grand rassemblement pacifique réunit 1,7 million de personnes à Hong Kong, selon les organisateurs, le 18 août 2019
Un grand rassemblement pacifique réunit 1,7 million de personnes à Hong Kong, selon les organisateurs, le 18 août 2019 ( Philip FONG / AFP/Archives )

Voici les temps forts de la contestation à Hong Kong, qui a plongé l'ex-colonie britannique dans sa pire crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997.

Non à l'ingérence de Pékin

Le 9 juin, plus d'un million de personnes, selon les organisateurs, descendent dans les rues de Hong Kong pour manifester contre un projet de loi du gouvernement local autorisant les extraditions vers la Chine.

Les protestataires craignent un renforcement du contrôle de Pékin sur Hong Kong, qui jouit jusqu'en 2047, en vertu du principe "Un pays, deux systèmes", d'une large autonomie et de libertés inconnues dans le reste de la Chine.

La manifestation, la plus importante depuis 1997 sur ce territoire de 7,3 millions d'habitants, est marquée par des accrochages avec la police.

Le 12, des violences inédites font 79 blessés, un militant meurt en tombant d'un toit.

Deux millions de manifestants

Le 15 juin, la cheffe de l'exécutif local Carrie Lam annonce la suspension du projet de loi. Mais dès le lendemain, près de deux millions de manifestants, selon les organisateurs, exigent sa démission. Les blocages se multiplient.

Des manifestants saccagent le Parlement local de Hong Kong le 1er juillet 2019, 22e anniversaire de la rétrocession de la cité à la Chine
Des manifestants saccagent le Parlement local de Hong Kong le 1er juillet 2019, 22e anniversaire de la rétrocession de la cité à la Chine ( Philip FONG / AFP/Archives )

Le 1er juillet, 22e anniversaire de la rétrocession, des manifestants saccagent le Parlement local.

Durcissement

Le 21 juillet, des manifestants sont agressés à Yuen Long (nord) par des hommes suspectés d'appartenir aux triades, des gangs violents.

Les 27 et 28, des violences éclatent entre police et manifestants à l'issue de rassemblements interdits.

Le 5 août, une grève générale sème le chaos, perturbant transports en commun et liaisons aériennes. Pour la troisième nuit consécutive, des heurts opposent policiers et manifestants.

"Ceux qui jouent avec le feu périront par le feu", avertit Pékin.

Chaos à l'aéroport

Le 12, l'aéroport de Hong Kong, envahi par des milliers de manifestants, est contraint d'annuler ses vols. Deux hommes soupçonnés d'être des espions pro-Pékin sont passés à tabac, Pékin dénonce des actes "quasi-terroristes".

Des forces chinoises se rassemblent le 15 à Shenzhen, aux portes de Hong Kong.

Le 18 août, un grand rassemblement pacifique réunit 1,7 million de personnes, selon les organisateurs. Le président américain Donald Trump avertit qu'une répression dure compromettrait un accord commercial sino-américain.

Arrestations et escalade de la violence

Nouvelle escalade des violences le 25 avec la dispersion de manifestants au canon à eau et tir d'un coup de semonce.

Le 30 août, coup de filet contre les grandes figures de la mobilisation dont Joshua Wong, le visage du "Mouvement des parapluies" de 2014. Il est inculpé avant d'être libéré sous caution.

Le lendemain, Hong Kong connaît une journée de protestations parmi les plus violentes.

Le 1er septembre, les manifestants ciblent de nouveau l'aéroport et y sèment le chaos.

Retrait du projet de loi

La cheffe de l'exécutif local Carrie Lam en conférence de presse à Hong Kong le 5 septembre 2019 au lendemain du retrait définitif du projet de loi contesté
La cheffe de l'exécutif local Carrie Lam en conférence de presse à Hong Kong le 5 septembre 2019 au lendemain du retrait définitif du projet de loi contesté ( Philip FONG / AFP/Archives )

Le 4 septembre, Carrie Lam annonce le retrait définitif du projet de loi contesté, une concession jugée insuffisante par les protestataires qui réclament notamment l'introduction du suffrage universel et l'amnistie des quelque 1.100 personnes arrêtées.

Quête de soutiens étrangers

Le 8, des militants pro-démocratie se rassemblent devant le consulat des États-Unis, appelant Washington à faire pression sur la Chine.

Le lendemain, Joshua Wong est reçu à Berlin par le chef de la diplomatie allemande, provoquant la colère de Pékin. Le leader du mouvement pro-démocratie entame le 13 une visite aux Etats-Unis pour tenter d'y rallier des soutiens.

Le 15, des dizaines de milliers de personnes bravent une nouvelle fois l'interdiction de manifester. Le rassemblement dégénère en violences entre policiers et groupuscules radicaux, un drapeau chinois est incendié. Quelques heures plus tôt, des centaines de manifestants s'étaient rassemblés devant le consulat britannique, appelant Londres à faire davantage pour son ex-colonie.

Alors que de nombreux événements sportifs et culturels sont annulés en raison des manifestations devenues quasi-quotidiennes, les protestataires appellent à une grève générale d'une semaine en octobre.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2019

Clasquin, spécialiste de l'ingénierie en transport aérien et maritime et en logistique overseas, annonce l'intégration à compter du 1er octobre 2019...

Publié le 18/10/2019

Le chiffre d'affaires de Pharmasimple ressort à 14,3 millions d'euros en forte hausse de 64,4% par rapport à la même période de l'année dernière...

Publié le 18/10/2019

L'agence fédérale de l'aviation (FAA) américaine a accusé vendredi Boeing de lui avoir caché des documents importants liés à la certification du 737 MAX. Le titre Boeing chute à Wall Steet…

Publié le 18/10/2019

L'Assemblée Générale Extraordinaire de Dalet qui devait se tenir le 23 octobre 2019 à 14 heures a été reportée pour des raisons techniques...

Publié le 18/10/2019

Pharmasimple a récolté sur ce début d’année 2019 les premiers fruits de son plan de transformation entamée l’année dernière. Au premier semestre 2019, le chiffre d’affaires ressort ainsi…