En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 810.34 PTS
-0.89 %
4 800.0
-0.95 %
SBF 120 PTS
3 820.33
-0.97 %
DAX PTS
10 744.03
-1.12 %
Dowjones PTS
24 100.51
-
6 594.96
+0.00 %
1.134
+0.30 %

100.000 signatures pour le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne

| AFP | 281 | Aucun vote sur cette news
Philippe Grosvalet, président du département de Loire-Atlantique, à Nantes, le 2 avril 2015
Philippe Grosvalet, président du département de Loire-Atlantique, à Nantes, le 2 avril 2015 ( JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP/Archives )

Une pétition réclamant le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne a recueilli plus de 100.000 signatures et a été présentée mardi au président du département, qui va examiner les suites à donner aux revendications de l'association Bretagne réunie.

"Nous ne pouvons pas ignorer une démarche d'une telle ampleur et je prends acte de la mobilisation citoyenne qui s'exprime à travers cette pétition", a déclaré dans un communiqué le président du département Philippe après avoir reçu des représentants de Bretagne réunie.

Cette association explique avoir réuni sur papier des signatures qui représentent 10% du corps électoral de Loire-Atlantique. Elle a mobilisé pour ce faire des centaines de bénévoles depuis les élections présidentielle et législatives de 2017 afin de démarcher quelque 150.000 personnes dans la rue ou lors d'événements sportifs et culturels.

La pétition a été lancée selon le droit d'option, un dispositif effectif jusqu'au 1er mars 2019 qui permet à un département de changer de région.

Le seuil des 10% contraint désormais le conseil départemental à inscrire à l'ordre du jour de sa prochaine session la possibilité d'organiser une consultation de la population par référendum.

Le conseil départemental a cependant toute liberté de décider de ne pas organiser cette consultation, et même si elle avait lieu et si la population se prononçait favorablement, il faudrait encore que les assemblées des trois entités concernées (département de Loire-Atlantique, région Pays de la Loire et région Bretagne) votent à la majorité des trois cinquièmes pour que le rattachement soit effectif.

"C'est la seule solution qui existe au niveau légal", a toutefois fait valoir Romain Bily, secrétaire général de Bretagne réunie.

Il reconnaît que la requête revient à "demander à la région Pays de la Loire de scier la branche sur laquelle elle est assise" car la Loire-Atlantique est son département le "plus riche économiquement, le plus peuplé".

Mais M. Bily estime que si un "oui" l'emportait en cas de consultation, l'Assemblée nationale et le Sénat interviendraient en faveur du rattachement.

"La Bretagne a gardé ses frontières pendant 1.200 ans", a-t-il affirmé à l'AFP. Selon lui, l'appartenance de la Loire-Atlantique à la Bretagne "est tellement une évidence, que pour nous c'est une blessure qu'on ressent d'entendre dire +non, tu n'es pas Breton+".

La Loire-Atlantique a été séparée de la Bretagne en 1941 par décret du gouvernement de Vichy.

Plus d'un millier de personnes avaient manifesté à Nantes fin septembre à l'appel de la Coordination Démocratique de Bretagne, qui regroupe plusieurs associations mais dont ne fait pas partie Bretagne réunie. Elles réclament pour leur part l'organisation d'un référendum auto-organisé pour la "réunification de la Bretagne".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/12/2018

Nissan n’a toujours pas trouvé de remplaçant à Carlos Ghosn pour occuper le poste de président de son conseil d’administration. Des discussions sont toujours en cours, a indiqué aujourd’hui…

Publié le 17/12/2018

L'équipe de TradingSat propose aux investisseurs actifs en quête de produits de couverture, dans ces conditions de marché dégradées, une prise de position sur un cracker (de mnémo SHC) qui a la…

Publié le 17/12/2018

Accenture annonce la signature d’un accord portant sur l’acquisition d’Adaptly, agence spécialisée dans la publicité numérique et basée à New-York, qui accompagne les plus grandes marques…

Publié le 17/12/2018

A la demande de la société, Euronext a annoncé ce matin que la cotation des actions Harvest était suspendue sur Euronext Growth Paris, dans l'attente...

Publié le 17/12/2018

Offre de mobilité verte qui vise à simplifier l'accès aux véhicules électriques...