5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
-
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

USA: le secteur technologique s'oppose à une loi contre le trafic humain

| AFP | 225 | Aucun vote sur cette news
Le sénateur républicain, Rob Portman, a présenté une loi qui rendrait les propriétaires de site internet responsables des contenus illégaux postés par des tiers
Le sénateur républicain, Rob Portman, a présenté une loi qui rendrait les propriétaires de site internet responsables des contenus illégaux postés par des tiers ( Paul Vernon / AFP/Archives )

Le secteur technologique ferraille avec les parlementaires américains concernant une proposition de loi destinée à endiguer le trafic d'êtres humains en rendant les propriétaires de sites internet responsables des contenus illégaux postés par des tiers.

Les promoteurs du texte affirment qu'il donnerait davantage d'outils aux forces de l'ordre pour éliminer les sites internet faisant la part belle au trafic de personnes à but sexuel, mais les entreprises d'internet et les défenseurs des droits civils estiment que cette mesure empièterait sur le principe fondamental de la liberté de la toile mondiale.

Présentée par le sénateur républicain Rob Portman, le texte bénéficie d'un soutien bipartisan. Il semble viser le site Backpage qui a été accusé de faciliter la prostitution infantile et le trafic humain pour la prostitution.

"Internet a révolutionné le trafic illégal à des fins de prostitution et la législation fédérale n'a tout simplement pas suivi le rythme", a relevé M. Portman, en présentant le texte.

Dans une lettre adressée aux parlementaires, l'Association de l'industrie informatique et de la communication et des groupes du secteur dont les géants Google, Facebook et Microsoft ont prévenu que la loi envisagée "aurait un impact dévastateur sur les services légitimes sur internet sans avoir d'impact marqué pour mettre un terme aux trafics criminels".

Pour certains critiques, des outils légaux existent déjà pour lutter contre ces sites litigieux sans empiéter sur la liberté d'expression.

Le patron du site de petites annonces Backpage, Carl Ferrer, a été arrêté en octobre 2016, accusé de proxénétisme notamment sur mineur, et d'être à la tête d'une véritable "maison close en ligne", selon les autorités américaines.

A l'époque, selon elles, Backpage hébergeait des petites annonces allant de l'immobilier aux cours de musique en passant par les vêtements ou les voitures, mais il générait la quasi totalité de ses revenus à travers sa section de services pour adultes.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS