5 505.16 PTS
+0.20 %
5 502.5
+0.15 %
SBF 120 PTS
4 400.83
+0.15 %
DAX PTS
13 233.16
+0.37 %
Dowjones PTS
26 115.65
+1.25 %
6 810.28
+0.00 %
Nikkei PTS
23 763.37
-0.44 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Virus Bad Rabbit: 200 organisations touchées surtout en Russie et Ukraine

| AFP | 642 | Aucun vote sur cette news
Les différents type de cyberattaque
Les différents type de cyberattaque ( Valentina BRESCHI, Jonathan WALTER / AFP )

Près de 200 organisations, surtout en Russie et en Ukraine, ont été affectées par le virus informatique Bad Rabbit, quatre mois après la cyberattaque mondiale NotPetya qui avait démarré dans ces deux pays, a indiqué mercredi la société spécialisée Kaspersky Lab.

Selon la société russe de sécurité informatique, "presque 200 cibles ont été touchées", principalement en Russie mais aussi en Ukraine et, dans une moindre mesure, en Turquie et en Allemagne.

Kaspersky Lab, qui indique que l'attaque a démarré mardi matin, ajoute que les victimes ont "manuellement installé" Bad Rabbit, qui se présentait sous la forme d'un programme d'installation du logiciel Adobe Flash pour contaminer les ordinateurs.

Plusieurs médias russes ont été touchés dont Fontanka, le principal site d'information de Saint-Pétersbourg (nord-ouest), et l'agence de presse Interfax dont le site internet était toujours indisponible mercredi matin.

"Nous n'avons réussi que partiellement à rétablir nos capacités de travail. Malheureusement, tous nos systèmes ne fonctionnent pas", a indiqué Interfax mercredi matin.

En Ukraine, le fonctionnement des systèmes informatiques de l'aéroport international d'Odessa (sud) a été affecté. Le métro de Kiev, déjà touché par la cyberattaque NotPetya en juin, a indiqué ne pas accepter temporairement le paiement par cartes bancaires, sans toutefois évoquer une attaque quelconque.

"Ce n'était pas une attaque ciblée. Il n'y a pas que des entités ukrainiennes à avoir été touchées", a assuré la police ukrainienne dans un communiqué.

Fin juin, une cyberattaque au "ransomware" (logiciel de rançon), provoquée par le virus informatique NotPetya et qui avait commencé en Russie et en Ukraine, avait touché des milliers d'ordinateurs dans le monde.

Avant cela, le 12 mai, le virus "Wannacry" avait affecté des centaines de milliers d'ordinateurs dans le monde entier, paralysant notamment les services de santé britanniques et des usines du constructeur automobile français Renault. Ses auteurs réclamaient aussi une rançon pour débloquer les appareils.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2018

Le titre voit rouge après le point annuel

Publié le 18/01/2018

L'analyste, neutre, vise 49 euros...

Publié le 18/01/2018

Zalando se replie de 0,19% à 46,61 euros après avoir dévoilé les résultats préliminaires de son quatrième trimestre. Son Ebit ajusté devrait ressortir entre 107 et 120 millions d'euros au…

Publié le 18/01/2018

Avec un retour des investisseurs sur le dossier

Publié le 18/01/2018

Oddo repasse à l'achat...

CONTENUS SPONSORISÉS