En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
+0.00 %
4 785.0
-0.41 %
SBF 120 PTS
3 831.94
-
DAX PTS
10 788.09
-
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
+0.00 %
1.143
+0.38 %

Meurtre Khashoggi: ce que l'on sait sur les suspects saoudiens

| AFP | 284 | Aucun vote sur cette news
La porte du consulat d'Arabie saoudite en Turquie, à Istanbul, le 29 octobre 2018
La porte du consulat d'Arabie saoudite en Turquie, à Istanbul, le 29 octobre 2018 ( OZAN KOSE / AFP/Archives )

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi a été assassiné le 2 octobre par des agents saoudiens au consulat de son pays à Istanbul. Voici ce qu'on sait sur les suspects détenus en Arabie saoudite, ainsi que sur les hauts responsables limogés et les personnes sanctionnées par Washington:

- 21 suspects -

- Au total 21 suspects sont détenus, a annoncé le jeudi 15 novembre le bureau du procureur général à Ryad. Leur identité n'a pas été révélée.

- 11 ont été inculpés et seront déférés devant la justice, selon lui.

- Le procureur général a requis la peine de mort pour cinq des 11 inculpés, accusés d'avoir "ordonné et commis le crime" au consulat où Jamal Khashoggi, critique du pouvoir saoudien et collaborateur du Washington Post, a été "drogué" et son corps "démembré".

- Cinq responsables limogés -

Ahmet Abdulaziz Aljanobi (au centre), un des Saoudiens suspectés d'avoir dissimulé des preuves sur le meurtre de Jamal Khashoggi
Ahmet Abdulaziz Aljanobi (au centre), un des Saoudiens suspectés d'avoir dissimulé des preuves sur le meurtre de Jamal Khashoggi ( OZAN KOSE / AFP/Archives )

Le 20 octobre, les autorités saoudiennes ont annoncé le limogeage de cinq hauts responsables identifiés et la détention de 18 suspects non identifiés (ils sont maintenant 21).

Les hauts responsables limogés:

- Le vice-président des services de renseignement (General intelligence presidency - GIP), le général Ahmed al-Assiri, accusé selon le procureur d'avoir ordonné à une équipe de 15 agents saoudiens de ramener "de gré ou de force" Khashoggi en Arabie saoudite.

- Saoud al-Qahtani, conseiller à la Cour royale. Le bureau du procureur semble se référer à lui quand il parle d'un "ancien conseiller" qui a joué un rôle central dans les préparatifs de l'opération, notamment en rencontrant le chef de l'équipe d'agents sur le départ pour Istanbul.

Ahmed al-Assiri et Saoud al-Qahtani étaient deux proches collaborateurs du prince héritier Mohammed ben Salmane, fils du roi Salmane, qui a été totalement dédouané jeudi par les autorités saoudiennes.

- Mohammad al-Rumaih, chef adjoint au GIP (affaires de renseignement).

- Abdallah al-Shaya, chef adjoint au GIP (ressources humaines).

- Rashad al-Muhamadi, directeur au GIP (sécurité et protection).

Les autorités saoudiennes n'ont pas précisé si les cinq hauts responsables limogés étaient détenus.

- 17 Saoudiens sanctionnés par Washington -

Khaled Yahya Al Zarani, un Saoudiens suspectés d'avoir dissimulé le meurtre de Jamal Khashoggi, devant le consulat souadien à Istanbul, le 15 octobre 2018
Khaled Yahya Al Zarani, un Saoudiens suspectés d'avoir dissimulé le meurtre de Jamal Khashoggi, devant le consulat souadien à Istanbul, le 15 octobre 2018 ( OZAN KOSE / AFP/Archives )

Le Trésor américain a annoncé le jeudi 15 novembre des sanctions ciblées contre 17 responsables saoudiens pour leur "responsabilité ou leur complicité" dans le meurtre de Khashoggi. Parmi eux figurent:

- Saoud al-Qahtani, "pour son rôle dans la préparation et l'exécution de l'opération" contre le journaliste.

- Maher Mutreb, présenté par Washington comme un "subordonné" de M. Qahtani. L'opération a été "coordonnée et exécutée" par M. Mutreb, selon le communiqué du Trésor américain.

- Mohammed al-Otaibi, consul général saoudien à Istanbul qui avait la responsabilité de la mission diplomatique au moment des faits.

Des journaux turcs et occidentaux ont affirmé que M. Mutreb avait lui aussi des liens avec Mohammed ben Salmane.

Selon le Washington Post, la CIA a conclu que le prince Mohammed, surnommé MBS, avait commandité l'assassinat de Khashoggi. Le New York Times a été moins affirmatif: il n'y a pas de preuve évidente, mais l'influence de MBS est telle que le meurtre n'aurait pas pu se produire sans son aval.

Jeudi, à Ryad, le bureau du procureur général et le chef de la diplomatie saoudienne Adel al-Jubeir ont disculpé le fils du roi. "Le prince héritier n'a rien à voir avec cette question", a affirmé M. Jubeir.

- Restes introuvables -

L'enquête officielle saoudienne a conclu que le meurtre de Khashoggi avait été commis au consulat "après une altercation physique avec la victime" "qui a été retenue de force" et s'est vu injecter "une grande quantité de drogue".

Ceci a "entraîné une surdose ayant conduit à sa mort, qu'Allah bénisse son âme", a dit le bureau du procureur général. Son corps a ensuite été "démembré" et livré à un "collaborateur" à l’extérieur du consulat. Les restes de Khashoggi n’ont toujours pas été retrouvés.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…