En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 160.52 PTS
-0.15 %
5 169.00
+0.07 %
SBF 120 PTS
4 093.58
-0.17 %
DAX PTS
11 309.21
+0.09 %
Dowjones PTS
25 898.37
+0.06 %
7 065.56
+0.15 %
1.134
+0.28 %

La justice américaine se mêle des faux abonnés sur les réseaux sociaux

| AFP | 214 | Aucun vote sur cette news
Les sociétés auraient vendu pour quelque 15 millions de dollars de comptes et d'engagement sur les réseaux sociaux entre 2015 et 2017
Les sociétés auraient vendu pour quelque 15 millions de dollars de comptes et d'engagement sur les réseaux sociaux entre 2015 et 2017 ( NICOLAS ASFOURI / AFP/Archives )

Des sociétés qui vendaient de faux abonnés à des utilisateurs des réseaux sociaux se sont engagées auprès de la justice à ne plus recommencer, dans le cadre d'un accord à l'amiable qui pose pour la première fois l'illégalité de ce genre d'activités.

La société Devumi et trois autres sociétés dirigées par German Calas vendaient des faux abonnés et de faux "likes" à des utilisateurs de Twitter, YouTube, LinkedIn et SoundCloud, en utilisant des "bots" - des comptes générés par ordinateur - ou des comptes "personnels" générés en fait par une seule et même personne, a expliqué mercredi le bureau de la procureure de New York, Letitia James, dans un communiqué.

Ces faux comptes, qui permettent de doper artificiellement la popularité des utilisateurs qui y ont recours, "prolifèrent sur les réseaux sociaux", a déploré la procureure.

"C'est la première fois qu'un organisme chargé de faire respecter la loi pose comme illégal le fait de vendre du faux engagement sur les réseaux sociaux", s'est-elle félicitée.

"Avec cet accord à l'amiable, nous envoyons le signal clair que tous ceux qui profitent de cette tromperie et usurpent des identités violent la loi et doivent rendre des comptes".

Le texte de l'accord à l'amiable passé entre les sociétés et le bureau du procureur, dont l'AFP a obtenu une copie, ne mentionne aucune sanction imposée à German Calas.

Mais il donne de multiples détails sur le fonctionnement de ses sociétés, qui auraient vendu pour quelque 15 millions de dollars de comptes et d'engagement sur les réseaux sociaux entre 2015 et 2017.

Ces sociétés vendaient par exemple, pour 3.997 dollars, "des paquets d'abonnés", dont le nombre pouvait atteindre 500.000, sur Twitter. Un paquet de 100 abonnés sur YouTube se vendait, lui, 29 dollars.

Des paquets de vues sur YouTube, très prisées par les artistes et les "influenceurs" étaient également commercialisés.

A l'heure où les réseaux sociaux sont omniprésents et où les abonnés se comptent souvent en millions, gonfler son nombre d'abonnés ou de vues est devenu très lucratif: un utilisateur de Twitter suivi par un million d'abonnés peut gagner 20.000 dollars ou plus en faisant de la publicité pour une marque.

L'annonce de cet accord à l'amiable avec les sociétés de M. Calas, qui ont toutes fermé courant 2018 après que l'enquête se soit ébruitée, intervient un an après la publication d'une enquête du New York Times sur Devumi.

Interrogé par le journal, M. Calas avait alors rejeté toute accusation de vente de faux comptes.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2019

Le patrimoine immobilier de Selectirente est constitué de 344 murs de commerces d'une valeur de 233 ME...

Publié le 19/02/2019

  RÉSULTATS 2018 EN PROGRESSION   Paris, 19 février 2019       RÉSULTATS FINANCIERS 2018[1] SUPÉRIEURS AUX OBJECTIFS Chiffre d'affaires : 4,1…

Publié le 19/02/2019

Le produit net des opérations se chiffre à environ 21 ME, ce qui porte la valeur de la coentreprise Proseat à 8,5 fois l'Ebitda moyen (2016-2018)...

Publié le 19/02/2019

Cette acquisition permet au groupe français de devenir un des leaders de ce marché aux USA...

Publié le 19/02/2019

Paris, le 19 février 2019, 19h00   Chiffre d'affaires T4 2018 Priorité au retour à la rentabilité sur le nouveau périmètre     …