En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 373.84 PTS
+0.54 %
5 375.5
+0.63 %
SBF 120 PTS
4 315.99
+0.65 %
DAX PTS
12 333.74
+1.01 %
Dowjones PTS
25 669.32
+0.43 %
7 377.54
+0.00 %
1.140
-0.31 %

Kosovo: Thaçi prêt à collaborer avec la justice internationale

| AFP | 375 | Aucun vote sur cette news
Le président du Kosovo Hashim Thaçi, le 30 décembre 2017 à Pristina
Le président du Kosovo Hashim Thaçi, le 30 décembre 2017 à Pristina ( Armend NIMANI / AFP/Archives )

Le président du Kosovo Hashim Thaçi est prêt à répondre "à tout moment" au tribunal international chargé d'enquêter sur les allégations de crimes commis par l'ancienne rébellion indépendantiste, même s'il considère cette instance "injuste".

"Je n'ai rien à cacher", a déclaré l'ancien chef politique de l'Armée de libération du Kosovo (UCK), lors d'un entretien cette semaine avec l'AFP avant le dixième anniversaire, le 17 février, de la proclamation d'indépendance de cette ancienne province albanaise de la Serbie.

A la question de savoir s'il répondrait à une demande éventuelle des enquêteurs de l'entendre, Hashim Thaçi a martelé: "A n'importe quelle heure, dans n'importe quelles circonstances, à tout moment, avec tous mes moyens": "Dans sa collaboration avec la justice, le Kosovo a toujours été exemplaire."

Installée à La Haye mais répondant à la législation kosovare, cette cour fait suite au rapport du Conseil de l'Europe de Dick Marty, accusant de crimes de guerre d'anciens responsables de l'UCK, contre des Serbes, des Roms ou des adversaires politiques kosovars albanais.

Hashim Thaçi, qui réfute toute culpabilité, est régulièrement cité parmi les possibles inculpés.

"Je suis très fier de mon rôle lors de la guerre menée par l'UCK pour la libération et l'indépendance du pays", a dit le président qui a souhaité que "le processus ne soit pas personnalisé" et assuré n'avoir "aucune information" sur d'éventuelles inculpations.

Une partie des députés kosovars souhaite remettre en cause cette cour internationale, lui reprochant notamment de n'avoir comme ambition de ne juger que des crimes commis par les Kosovars, et non pas les Serbes.

"C'est la première fois dans l'histoire, qu'un tribunal poursuivra les membres d'un seul groupe ethnique", a regretté Hashim Thaçi, qui y voit une "injustice historique". "Le Kosovo n'a attaqué personne. Il ne faisait que se défendre contre le génocide de Slobodan Milosevic", alors président serbe.

Il a rappelé qu'en 2015, il avait "personnellement soutenu" l'établissement de ce tribunal souhaité par les Occidentaux, traditionnels alliés du Kosovo face à la Serbie qui, épaulée par Moscou, ne reconnaît pas l'indépendance.

"Je n'ai pas changé d'avis", a-t-il assuré, expliquant: "J'avais pris cette décision pour conserver le partenariat stratégique avec les Etats-Unis, l'Union européenne et l'Otan".

"Le Kosovo respectera toutes ses obligations internationales", a-t-il assuré. "Sous aucun prétexte, nous ne permettrons que quoi que ce soit fasse dérailler le partenariat du Kosovo avec l'Occident."

La guerre du Kosovo (1998-99) avait fait plus de 13.000 morts, dont une grande majorité de Kosovars albanais (plus de 11.000) et plus de 2.000 Serbes.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/08/2018

Les marchés européens ont repris le chemin de la hausse ce lundi, dans un contexte pourtant non dénué de tensions. Les investisseurs espèrent des avancées dans la résolution du différend…

Publié le 20/08/2018

Vinci (+0,49% à 82,32 euros) évolue dans le vert à la Bourse de Paris, alors sa filiale Eurovia, spécialisée dans la construction d’infrastructures, vient de réaliser une acquisition aux Etats…

Publié le 20/08/2018

Le gouvernement italien a décidé de lancer le processus de révocation de toutes les concessions d'Autostrade, concessionnaire du tronçon d'autoroute qui s'est effondré à Gênes la mardi dernier.…

Publié le 20/08/2018

D'après le Ministre iranien du pétrole, cité aujourd'hui par l'agence 'Reuters'...

Publié le 20/08/2018

Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel Brie Picardie Société coopérative à…