En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 860.88 PTS
+1.39 %
4 865.00
+1.47 %
SBF 120 PTS
3 877.20
+1.45 %
DAX PTS
11 049.51
+1.20 %
Dowjones PTS
24 370.10
+0.67 %
6 718.45
+0.00 %
1.140
+0.15 %

Khashoggi: qui sont les deux hauts responsables saoudiens limogés?

| AFP | 334 | 4.33 par 3 internautes
Le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane (g) et le ministre de l'Intérieur le prince Abdel Aziz ben Saud ben Nayef, le 10 juillet 2017 à La Mecque
Le prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane (g) et le ministre de l'Intérieur le prince Abdel Aziz ben Saud ben Nayef, le 10 juillet 2017 à La Mecque ( Bandar AL-JALOUD / Saudi Royal Palace/AFP/Archives )

L'Arabie saoudite a limogé samedi deux des principaux collaborateurs du prince héritier Mohammed ben Salmane après avoir admis que le journaliste Jamal Khashoggi avait été tué dans son consulat d'Istanbul.

Le général Ahmed al-Assiri, chef adjoint du renseignement saoudien, et Saoud al-Qahtani, conseiller "médias" à la cour royale, faisaient tous deux partie du cercle rapproché du prince Mohammed Ben Salmane, surnommé MBS. Leur limogeage s'est accompagné de l'arrestation de 18 suspects saoudiens.

Ahmed al-Assiri

Agé d'une soixantaine d'années, le général Assiri était un conseiller de haut rang proche de la cour royale et assistait souvent aux réunions à huis clos du prince héritier avec des dignitaires étrangers en visite dans le royaume.

Le général saoudien Ahmed al-Assiri, porte-parole de la coalition militaire intervenant au Yémen , le 16 mars 2016 lors d'une interview avec l'AFP à Ryad
Le général saoudien Ahmed al-Assiri, porte-parole de la coalition militaire intervenant au Yémen , le 16 mars 2016 lors d'une interview avec l'AFP à Ryad ( FAYEZ NURELDINE / AFP/Archives )

Avant d'être promu chef adjoint du Renseignement général en 2017, le général Assiri était le porte-parole de la coalition militaire intervenant au Yémen depuis 2015 contre les rebelles Houthis soutenus par l'Iran.

Parlant couramment le français, l'anglais et l'arabe, il avait acquis à l'étranger la réputation de harceler les journalistes dont les articles critiquaient les "bavures" saoudiennes au Yémen.

Au printemps 2017, il avait été la cible d'un jet d'oeuf lors d'une conférence à Londres et le gouvernement britannique s'était excusé pour cette "agression".

Le quotidien panarabe à capitaux saoudiens Al-Hayat a qualifié le général Assiri --formé à la prestigieuse école militaire française Saint-Cyr-- de "pilote saoudien le plus connu au monde".

Avant son limogeage samedi, le New York Times avait rapporté que l'Arabie saoudite attribuerait la responsabilité de la disparition de Khashoggi au général Assiri pour tenter de dédouaner MBS.

Saoud al-Qahtani

Homme-clé de l'entourage du prince héritier, Saoud al-Qahtani était jusqu'à samedi conseiller "médias" à la cour royale. Il a organisé des interviews avec MBS pour des journalistes étrangers et a également dirigé le "Centre d'études et d'affaires médiatiques", une unité opérant au sein de la cour royale.

Selon des sources saoudiennes, M. Qahtani, 40 ans, a animé des campagnes de propagande en ligne contre les adversaires du royaume, comme le Qatar et l'Iran.

Avec 1,3 million d'adeptes sur Twitter, ce haut responsable était connu pour ses messages hostiles aux dissidents et à ses rivaux.

Le pouvoir saoudien depuis l'ascension du prince Salmane
Le pouvoir saoudien depuis l'ascension du prince Salmane ( Kun TIAN / AFP )

Dans un article paru dans le Washington Post au début de l'année, Jamal Khashoggi affirmait que Qahtani entretenait une "liste noire" pour les journalistes critiques du royaume et qu'il était connu pour les intimider.

Dans une interview posthume publiée vendredi par le magazine Newsweek, Khashoggi a qualifié M. Qahtani et un autre haut responsable saoudien, Turki al-Cheikh, de "voyous".

"Les gens les craignent. Vous les défiez, vous risquez de finir en prison, et c'est ce qui s'est passé", a déclaré feu Jamal Khashoggi.

Il a qualifié M. Qahtani d'"homme le plus important dans les médias", affirmant qu'il contrôlait les activités de relations publiques du gouvernement saoudien.

L'an dernier, M. Qahtani a écrit sur Twitter: "Je ne fais rien de mon propre chef, sans des ordres. Je suis l'employé et l'exécuteur de mon roi et de mon prince héritier".

bur-mah-sy-ac/ras/on/hj

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 4.33
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

Les marchés actions européens évoluent en hausse à l’approche de la mi-séance. Les investisseurs ont repris espoir quant à une possible résolution du conflit commercial entre la Chine et les…

Publié le 18/01/2019

Casino bondit de 6,55% à 38,58 euros, après avoir publié des chiffres d’activité rassurants pour le quatrième trimestre, dans un contexte économique marqué par le mouvement des " Gilets…

Publié le 18/01/2019

Ryanair recule en Bourse de 1,87% à 9,88 euros, après avoir lancé un nouveau « profit warning » pour son exercice 2018-2019 qui s’achèvera fin mars. La compagnie aérienne à bas coûts…

Publié le 18/01/2019

Après le report aux Etats-Unis...

Publié le 18/01/2019

Nissan et Mitsubishi ont déclaré vendredi que Carlos Ghosn, leur ancien président, avait indûment reçu une rémunération avoisinant les 8 millions d'euros via leur filiale commune aux Pays-Bas…