En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

Héritage Hallyday: avec le testament, "on mesure la valeur qu'on a"

| AFP | 338 | Aucun vote sur cette news
(g-d): Nathalie Baye, sa fille Laura Smet, David Hallyday et sa mère Sylvie Vartan aux obsèques de Johnny Hallyday, le 9 décembre 2017 à l'Eglise de la Madeleine à Paris
(g-d): Nathalie Baye, sa fille Laura Smet, David Hallyday et sa mère Sylvie Vartan aux obsèques de Johnny Hallyday, le 9 décembre 2017 à l'Eglise de la Madeleine à Paris ( Thibault Camus / POOL/AFP/Archives )

Avec un testament, comme celui de Johnny Hallyday, contesté par son fils et sa fille aînée, un enfant "mesure la valeur" qu'il a aux yeux de son père, estime Alberto Eiguer, psychiatre et spécialiste des thérapies familiales, directeur de la revue "Le Divan familial".

Q: Se retrouver en conflit devant un tribunal au sujet d'un testament, c'est un échec?

R: "On peut le dire. Parce qu'il me paraît qu'on peut se faire conseiller, trouver une solution, avant de s'en remettre aux juges. Bien sûr, le dialogue dans une famille est un exercice difficile. Mais le principal, dans toute famille, reste le lien humain et les valeurs qu'il porte. Il ne faut pas que l'argent l'abîme, ni qu'il soit le pourvoyeur ou le déclencheur de la haine. Cette haine peut faire très mal. Plus d'un en a perdu la vie. Heureusement, nous avons beaucoup avancé en tant que société, avec un droit qui essaie d'être plus équitable entre enfants légitimes et naturels, entre enfants biologiques et adoptés. La loi doit être facteur d'apaisement."

Q: L'affaire de l'héritage de Johnny Hallyday est très médiatisée. Mais est-elle si exceptionnelle?

R: "Autour d'un héritage, même des familles qui sont paisibles peuvent se déchirer, et pour toujours. Quand l'héritage est l'objet d'un document, le testament, on mesure la valeur qu'on a pour le parent décédé: s'il nous aime, ou nous a aimé, et quel est le destin qu'il voit pour nous. Léguer à un ou des enfants plutôt qu'à d'autres peut signifier beaucoup de choses. Cela peut être que le parent pense qu'on ne sera pas capable de gagner sa vie, ou à l'inverse que l'on peut faire quelque chose de bien de l'héritage, le faire fructifier. Et cela peut engendrer des conflits énormes, basés sur la rivalité, voire la haine."

Q: Et être déshérité, comment peut-on le prendre? Est-ce être nié dans son existence?

R: "C'est un désaveu. Ce serait trop fort de dire qu'on est nié dans son existence, mais c'est le révélateur de conflits, plus ou moins enfouis. J'ai en tête des exemples de divorce mal assumé: je te fais payer, mon enfant, ce que m'a fait subir ton père ou ta mère. Dans ce cas apparaît la toute-puissance que s'arroge le légataire, qui se pense capable de refaire l'histoire, de déterminer le bien et le mal, de régler par-delà la mort des conflits vieux parfois de 50 ans. Mais dans tous les cas de figure, les gens se déchirent parce qu'ils sont d'abord malheureux de la disparition. On préfère être en colère que de sentir toute la peur que suscitent la mort, l'absence et la solitude."

(Propos recueillis par Hugues HONORE)

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

L'ANR triple net EPRA ressort à 54,9 E/action au terme du semestre...

Publié le 20/07/2018

    Compte-rendu de l'Assemblée Générale annuelle du 20 juillet 2018   L'assemblée générale mixte (ordinaire et extraordinaire) des actionnaires de la société BIGBEN…

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…