En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 919.02 PTS
+0.59 %
5 934.5
+0.86 %
SBF 120 PTS
4 655.99
+0.57 %
DAX PTS
13 282.72
+0.46 %
Dow Jones PTS
28 135.38
+0.01 %
8 487.71
+0.25 %
1.112
0. %

Féminicides: en Espagne, un modèle contesté par l'extrême droite

| AFP | 294 | Aucun vote sur cette news
Manifestation contre les violences contre les femmes à Madrid le 20 septembre 2019
Manifestation contre les violences contre les femmes à Madrid le 20 septembre 2019 ( LLUIS GENE / AFP/Archives )

Pionnière dans la lutte contre les féminicides, l'Espagne voit l'union sacrée autour des violences faites aux femmes brisée par la percée du parti d'extrême droite Vox, dont les féministes redoutent la diffusion du discours.

"Mon mari m'a maltraitée durant 40 ans", confiait Ana Orantes à la télévision espagnole en 1997. Elle y expliquait comment elle avait déposé plainte à quinze reprises avant d'obtenir le divorce.

La justice avait pourtant ordonné qu'elle partage leur maison avec son ex-mari. Treize jours après son témoignage à la télévision, sa fille la retrouvait brûlée vive par le même homme, chez elle.

Féminicides dans le monde
Féminicides dans le monde ( Maryam EL HAMOUCHI / AFP )

Depuis ce féminicide qui a bouleversé l'Espagne, le pays a fait de la lutte contre les "violences de genre" un combat national ayant abouti en 2004 à l'adoption d'une loi sous le gouvernement du socialiste Jose Luis Rodriguez Zapatero, qui vise à couvrir leurs dimensions sociales, judiciaires et éducatives.

Avec cette loi, les "raisons de genre" sont devenues des circonstances aggravantes en cas d'agression. Une centaine de tribunaux et un parquet spécialisés ont été créés et le procureur peut poursuivre un agresseur sans que la victime ait déposé plainte.

L'assistance juridique est gratuite pour les victimes et des bracelets électroniques permettent de surveiller les agresseurs. En octobre, la Cour Suprême a retiré son autorité à un père ayant tenté d'assassiner son ex-femme devant ses enfants, une décision qui devrait faire jurisprudence.

Union sacrée

Votée à l'unanimité au Parlement, la loi de 2004 était soutenue par "plus de 80% de la population", rappelle à l'AFP Marisa Soleto, directrice de l'ONG féministe +Fundacion Mujeres+.

Pour renforcer ces mesures, un "pacte d'État" a prévu en 2017 un budget d'un milliard d'euros sur cinq ans.

Manifestation contre les violences contre les femmes à Madrid le 20 septembre 2019
Manifestation contre les violences contre les femmes à Madrid le 20 septembre 2019 ( OSCAR DEL POZO / AFP/Archives )

Avant même l'adoption de cette loi, le quotidien El Pais a pris l'initiative dès 2001 de recenser le nombre de féminicides, qui font régulièrement les titres des journaux télévisés.

L'État comptabilise plus largement les violences sexistes depuis 2003. Chaque meurtre est publiquement dénoncé sur Twitter par le chef du gouvernement socialiste actuel Pedro Sanchez.

Mais cette union a été remise en cause par la montée du parti d'extrême droite Vox, devenu lors des législatives du 10 novembre la troisième force politique du pays.

Elections legislatives en Espagne
Elections legislatives en Espagne ( Patricio ARANA / AFP )

Vox réclame "l'abolition" de cette loi, la jugeant "idéologique" et "discriminatoire" envers les hommes et exige aussi "des poursuites efficaces pour les dénonciations calomnieuses" de violences machistes.

Le parti demande, en outre, "la suppression des organismes féministes radicaux subventionnés" et l'exclusion de l'IVG du système de santé publique.

Le nouveau parlement espagnol
Le nouveau parlement espagnol ( Thomas SAINT-CRICQ, Sabrina BLANCHARD / AFP )

Un discours anti-féministe "qu'on ne rencontre ni dans l'extrême droite italienne, ni en France. Il faut aller jusqu'en Pologne (gouvernée par les conservateurs nationalistes de Droit et Justice) pour trouver quelque chose y ressemblant un peu", affirme Marisa Soleto.

En janvier, Vox avait fait de l'abandon de mesures contre les violences sexistes une condition à son soutien à la droite du Parti Populaire (PP) pour qu'elle puisse prendre la tête du gouvernement régional en Andalousie. Une condition finalement abandonnée après avoir suscité une large indignation.

- Risque de contagion -

Bien que défendant les mesures contre les violences machistes, le PP "a durci son discours face à la surenchère de Vox", juge Ana Bernal, journaliste spécialiste du féminisme.

"Qu'on protège les victimes, indépendamment du sexe et de l'âge", appelait en janvier le président du PP, Pablo Casado. Dans un entretien au mensuel féminin Telva en mars, il estimait qu'il ne fallait pas "tomber dans ce que dit la gauche, à savoir protéger encore plus les femmes. Qu'allons-nous faire ? Les escorter dans la rue ?".

Meurtres de femmes dans le monde
Meurtres de femmes dans le monde ( Maryam EL HAMOUCHI / AFP )

Selon la sociologue du genre Maria Silvestre, "il s'est produit ce que la politologue américaine Pippa Norris appelait un +acquiescement+, quand un parti d'extrême droite commence à encourager un discours et que la droite démocratique, pour ne pas perdre des voix ou pour ne pas l'affronter, embrasse ce discours".

"Le plus grand risque avec Vox, c'est que son discours soit légitimé par la droite", juge cette chercheuse de l'université Deusto à Bilbao. Car pour Marisa Soleto, "nous n'aurions pas pu faire la moitié de ce que nous avons accompli si l'extrême droite avait été aussi présente qu'aujourd'hui".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/12/2019

L'opération se conclut à 590 ME pour 50% de participation...

Publié le 13/12/2019

La société anglaise Clugston, associée au Groupe CNIM en tant que génie civiliste pour plusieurs contrats de réalisation d'usines de valorisation de...

Publié le 13/12/2019

Wendel et d'autres actionnaires existants d'Allied Universal ont finalisé la cession d'une part majoritaire de leur participation dans la société à...

Publié le 13/12/2019

Au premier semestre, clos fin septembre, EuropCorp a essuyé une perte nette, part du groupe, de 22,7 millions d’euros contre une perte de 88,9 millions d’euros, un an plus tôt. Le premier…

Publié le 13/12/2019

En novembre 2019, le trafic de Paris Aéroport ressort en hausse de 0,9 % par rapport au mois de novembre 2018 avec 7,9 millions de passagers accueillis, dont 5,7 millions à Paris-Charles de Gaulle…