En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 810.74 PTS
+0.51 %
4 807.50
+0.45 %
SBF 120 PTS
3 832.83
+0.61 %
DAX PTS
10 931.24
+0.36 %
Dowjones PTS
24 239.33
+0.72 %
6 681.10
+0.17 %
1.140
+0.01 %

Cybersécurité: une loi draconienne entre en vigueur au Vietnam

| AFP | 377 | Aucun vote sur cette news
Des adolescents dans un centre internet public à Hanoï le 4 janvier 2018
Des adolescents dans un centre internet public à Hanoï le 4 janvier 2018 ( HOANG DINH NAM / AFP )

Une loi obligeant les entreprises de l'internet à supprimer tout contenu jugé "toxique" par les autorités communistes est entrée en vigueur mardi au Vietnam, ses critiques dénonçant "un modèle totalitaire de contrôle de l'information".

La nouvelle loi sur la cybersécurité, votée en juin par les députés, s'est attirée les critiques des Etats-Unis, de l'Union européenne et des avocats de la liberté du web qui l'accusent de s'inspirer de la censure exercée par la Chine sur l'internet.

Le texte contraint les entreprises internet à retirer sous 24 heures tout commentaire menaçant la "sécurité nationale". Ces entreprises, dont les géants américains Facebook ou Google, devront fournir les données des utilisateurs si elles sont réclamées par le gouvernement et ouvrir des bureaux de représentation au Vietnam.

Le puissant ministère de la Sécurité publique, qui a assuré aux députés en octobre que la loi visait à déjouer des cyberattaques et éradiquer "les forces hostiles et réactionnaires" utilisant l'internet, a publié en novembre un projet de décret d'application donnant aux entreprises concernées douze mois pour se conformer aux nouvelles exigences.

Facebook s'est dit engagé dans la protection des droits de ses utilisateurs et de leur capacité à s'exprimer librement et en toute sécurité. "Nous supprimerons tout contenu qui viole les critères (de Facebook) quand nous en sommes avertis", selon un communiqué transmis par courriel à l'AFP.

Interrogé par l'AFP, Google, qui selon Hanoï a entamé les démarches pour ouvrir un bureau au Vietnam, n'a pas voulu faire de commentaire à ce stade.

La liberté d'information au Vietnam se réduit depuis 2016, estiment les critiques. L'ONG de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW) a demandé aux autorités communistes de réviser la nouvelle loi et d'en repousser l'application.

"Cette loi est conçue pour accroître les pouvoirs de surveillance du ministère de la Sécurité publique afin d'identifier les critiques et d'accroître le monopole du pouvoir par le parti communiste", a estimé Phil Robertson, directeur adjoint de HRW pour l'Asie.

L'entrée en vigueur de la loi intervient une semaine après l'annonce par l'Association des journalistes vietnamiens d'une charte pour l'utilisation des réseaux sociaux leur interdisant de poster des informations, images ou commentaires "allant contre" l'Etat.

Daniel Bastard de Reporters Sans Frontières a dénoncé cette charte et la nouvelle loi comme relevant d'"un modèle totalitaire de contrôle de l'information".

Selon ses critiques, la nouvelle loi risque de faire réfléchir à deux fois les start-ups envisageant de s'installer au Vietnam qui souhaite devenir un centre de la fintech en Asie du Sud-Est.

Plus de la moitié des 93 millions d'habitants au Vietnam ont accès à internet et le pays se situe parmi les 10 premiers au monde en pourcentage d'utilisateurs Facebook.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse   Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social      Dijon, le 16 janvier 2019…

Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse     Bilan semestriel du contrat de liquidité de Crossject au 31/12/2018      Dijon, le 16 janvier 2019     CROSSJECT (ISIN : FR0011716265 ;…

Publié le 16/01/2019

Au titre de son premier trimestre 2018/2019, Manutan a affiché un chiffre d'affaires de 192,6 millions d'euros, une croissance de 2,9% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. "La…

Publié le 16/01/2019

Elis annonce avoir finalisé l’acquisition de 100 % de Metropolitana en Colombie. Le groupe, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 4 millions d’euros, dispose de deux usines…

Publié le 16/01/2019

Ramsay Générale de Santé annonce le versement d’une prime exceptionnelle, dite "prime Macron", à l’ensemble de ses salariés français dont la rémunération est inférieure à 40 000 euros…