En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 077.77 PTS
-0.76 %
5 079.00
-0.71 %
SBF 120 PTS
4 069.03
-0.85 %
DAX PTS
11 540.00
-0.42 %
Dowjones PTS
25 379.45
+0.00 %
7 116.09
+0.00 %
1.146
+0.08 %

Cyberattaque mondiale NotPetya: Londres et Washington accusent la Russie

| AFP | 494 | 4.50 par 2 internautes
Un ordinateur portable infecté par une cyberattaque à Geldrop, aux Pays-Bas, le 27 juin 2017
Un ordinateur portable infecté par une cyberattaque à Geldrop, aux Pays-Bas, le 27 juin 2017 ( Rob Engelaar / ANP/AFP/Archives )

La Maison Blanche a menacé jeudi la Russie de "conséquences internationales" pour avoir mené la cyberattaque NotPetya en juin 2017, une accusation également lancée par Londres et "catégoriquement" réfutée par le Kremlin.

Cette cyberattaque --qui avait affecté plusieurs milliers d'ordinateurs à travers le monde -- "irresponsable et sans discernement va avoir des conséquences sur le plan international" pour Moscou, indiqué la Maison Blanche quelques heures après que le Royaume-Uni eut déjà accusé Moscou d'être à l'origine de ce piratage.

NotPetya "s'est rapidement répandue à travers le monde, provoquant des milliards de dollars de dommages à travers l'Europe, l'Asie et les Amériques", a détaillé la Maison Blanche dans son communiqué, assurant que l'attaque NotPetya fut "la plus destructrice et coûteuse de l'histoire".

Démarrée en Ukraine et en Russie avant de se propager au monde entier, l'attaque au rançongiciel (ransomware) avait contaminé des milliers d'ordinateurs
Démarrée en Ukraine et en Russie avant de se propager au monde entier, l'attaque au rançongiciel (ransomware) avait contaminé des milliers d'ordinateurs ( Benjamin FATHERS / AFP/Archives )

Selon Washington, cette cyberattaque "faisait partie de l'effort actuel du Kremlin pour déstabiliser l'Ukraine et démontre de manière encore plus claire l'implication de la Russie dans le conflit en cours".

Un peu plus tôt, le Royaume-Uni avait pointé du doigt la responsabilité de Moscou, en particulier son armée, dans la cyberattaque.

"Le gouvernement britannique juge que le gouvernement russe, spécifiquement l'armée russe, était responsable de la cyberattaque destructrice NotPetya de juin 2017", a déclaré le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères Tariq Ahmad.

Constatant que le Kremlin avait positionné la Russie "en opposition directe avec l'Occident", il a appelé le pays à "être le membre responsable de la communauté internationale qu'il prétend être plutôt que d'essayer secrètement de la miner".

Le ministre de la Défense Gavin Williamson a renchéri en estimant que la Russie ne jouait "pas selon les règles en sapant la démocratie, (...) en ciblant des infrastructures clés et en faisant de l'information une arme".

"Nous sommes entrés dans une nouvelle ère de guerre" avec "un mélange destructeur et meurtrier de puissance militaire conventionnelle et de cyberattaques malveillantes", a-t-il ajouté, cité par l'agence Press Association.

- Objectif de 'perturber' -

Ces accusations ont été vivement contestées par le Kremlin. "Nous démentons catégoriquement de telles déclarations. Nous les jugeons dépourvues de preuves et infondées. Il ne s'agit de rien d'autre que de la continuation d'une campagne russophobe", a déclaré son porte-parole, Dmitri Peskov.

Démarrée en Ukraine et en Russie avant de se propager au monde entier, l'attaque au rançongiciel (ransomware) avait contaminé des milliers d'ordinateurs. Elle avait notamment perturbé des multinationales et infrastructures critiques, comme les contrôles sur le site de l'accident nucléaire de Tchernobyl et les ports de Bombay et d'Amsterdam.

Parmi les entreprises touchées figuraient le pétrolier russe Rosneft, le transporteur maritime danois Maersk, le laboratoire pharmaceutique américain Merck, le spécialiste français des matériaux de construction Saint-Gobain ou le publicitaire britannique WPP.

En Ukraine, pays le plus touché, en guerre avec des rebelles séparatistes prorusses, les opérations des banques avaient été affectées, comme les écrans d'information du principal aéroport. Les autorités avaient évoqué une attaque sans précédent, principalement destinée à "perturber".

- La Russie souvent désignée -

Londres comme Washington ont déjà à plusieurs reprises pointé du doigt la Russie.

La Première ministre Theresa May avait notamment cité, dans un discours prononcé en novembre 2017, outre "l'annexion illégale de la Crimée", des campagnes de "cyber espionnage" et "l'ingérence lors d'élections".

Aux Etats-Unis, une vaste enquête tente depuis des mois de faire la lumière sur des soupçons de collusion entre l'équipe de campagne du candidat républicain Donald Trump, élu président des Etats-Unis fin 2016, et la Russie.

Les principaux services de renseignement --CIA, NSA-- et le FBI ont déjà dénoncé l'ingérence de la Russie pour favoriser la candidature de Donald Trump face à Hillary Clinton, via les réseaux sociaux et le piratage d'informations provenant du camp démocrate. Cette semaine, le chef du renseignement Dan Coats a prévenu que la Russie tenterait de nouveau, avec les mêmes moyens, d'influencer les élections parlementaires américaines de novembre.

Les autorités britanniques soupçonnent aussi Moscou d'avoir essayé d'influer sur le référendum sur le Brexit en juin 2016 et dans les élections législatives un an plus tard.

En octobre 2017, le gouvernement britannique avait accusé la Corée du Nord d'être à l'origine de l'attaque mondiale "Wannacry" survenue en mai, qui avait notamment mis à mal le service public de santé britannique (NHS). Selon Londres, cette attaque aurait pu être motivée par la volonté de Pyongyang, isolé sur la scène internationale, d'accéder à des devises étrangères.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

Bernin, le 19 octobre 2018       INFORMATION RELATIVE AU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE VOTE ET D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL SOCIAL       (Article L. 233-8 II du Code du…

Publié le 19/10/2018

Le Comité des médicaments à usage humain (CHMP, Committee for Medicinal Products for Human Use) de l'Agence européenne des médicaments (EMA) a rendu un avis positif concernant la demande…

Publié le 19/10/2018

American Express a dévoilé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et relevé son objectif annuel. Au troisième trimestre, l’émetteur de cartes de crédit a enregistré un…

Publié le 19/10/2018

Schlumberger a réalisé au troisième trimestre 2018 un bénéfice net en hausse de 10,8% à 644 millions de dollars, ou 46 cents par action. Hors éléments exceptionnels, le BPA est ressorti à 46…

Publié le 19/10/2018

  Communiqué de presse   Source : Sanofi (EURONEXT : SAN) (NYSE : SNY)       Sanofi obtient un avis positif du CHMP pour son vaccin contre la dengue   Paris,…