En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.29 PTS
+0.57 %
4 812.50
+0.55 %
SBF 120 PTS
3 833.11
+0.62 %
DAX PTS
10 936.38
+0.41 %
Dowjones PTS
24 203.59
+0.57 %
6 714.44
+0.67 %
1.139
-0.07 %

Cesare Battisti, une vie de cavale

| AFP | 537 | Aucun vote sur cette news
Cesare Battisti pose lors d'un entretien avec l'AFP, le 20 octobre 2017 à Cananeia au Brésil
Cesare Battisti pose lors d'un entretien avec l'AFP, le 20 octobre 2017 à Cananeia au Brésil ( Miguel SCHINCARIOL / AFP/Archives )

Ecrivain de l'exil, l'ancien gauchiste italien Cesare Battisti, condamné pour meurtres et arrêté samedi en Bolivie, a vécu près de 40 ans dans une cavale quasi perpétuelle, rythmée par des séjours en prison et des batailles diplomatico-judiciaires pour éviter la justice de son pays.

La route de cet homme de 64 ans, condamné par contumace en Italie à la réclusion à perpétuité, l'a conduit au Mexique, en France et au Brésil où il a régulièrement été menacé d'extradition vers Rome déterminée à punir une des dernière figures des "années de plomb" de la décennie 70.

Polyglotte, polémiste infatigable à la voix douce, Battisti est né au sud de Rome le 18 décembre 1954 dans une famille communiste, mais aussi catholique, comme lui-même.

Après de brefs séjours en prison pour des délits de droit commun, il rejoint à la fin des années 1970 la lutte armée au sein du groupuscule des "Prolétaires armés pour le communisme" (PAC).

"Prétendre changer la société avec des armes, c'est une connerie. Mais enfin! A l'époque tout le monde avait des flingues!", assurait-il en 2011. "Il y avait des guérilleros dans le monde entier. L'Italie vivait une situation prérévolutionnaire".

Arrêté à Milan et écroué en 1979 en Italie, il s'évade en 1981. En 1993, il est condamné à la prison à perpétuité par contumace pour deux meurtres et deux complicités de meurtres commis en 1978 et 1979, crimes dont il se dit innocent.

Après un passage par le Mexique, Battisti trouve refuge en France de 1990 à 2004, bénéficiant de la protection de l'ancien président socialiste François Mitterrand, qui s'était engagé à n'extrader aucun militant d'extrême-gauche renonçant à la lutte armée.

Comme une centaine de militants italiens des années 70, il refait sa vie à Paris.

Cesare Battisti menacé d'arrestation et d'extradition
Cesare Battisti menacé d'arrestation et d'extradition ( / AFP )

Gardien d'immeuble pour assurer ses fins de mois, il entame une carrière d'écrivain, publiant une douzaine de polars à forte teneur autobiographique, qui brassent les thèmes d'un passé qui ne passe pas, de la rédemption et de l'exil d'ex-militants extrémistes.

D'une certaine façon ses titres font sens: "Les habits d'ombre", "Jamais plus sans fusil", "Avenida Révolucion", "Dernières cartouches", "Ma cavale" préfacé par Fred Vargas, son indéfectible soutien, ou encore "Ser Bambu" ("Etre Bambou", c'est-à-dire plier mais rester solide, selon l'expression brésilienne).

"Plutôt mourir au Brésil"

En 2004, le gouvernement de Jacques Chirac décide de mettre fin à la "jurisprudence Mitterrand" et d'extrader Battisti.

Malgré l'appui d'un collectif de personnalités de gauche composé de la romancière Fred Vargas et du philosophe Bernard-Henri Levy, la justice française rejette les recours de Battisti.

Il s'enfuit alors au Brésil sous une fausse identité avec, selon lui, l'aide des services secrets français. Mais en 2007, il est arrêté à Rio de Janeiro après trois années de clandestinité. Incarcéré pendant quatre ans, il observe une grève de la faim affirmant préférer "mourir au Brésil plutôt que de retourner en Italie".

"Ecrire pour ne pas me perdre dans le brouillard des journées interminables, me répétant que ce n'est pas vrai. Que ce n'est pas moi, cet homme que les médias ont transformé en monstre puis réduit au silence des ombres", écrit-il dans "Ma cavale" qu'il rédige en prison.

En 2009, la Cour suprême brésilienne autorise son extradition mais laisse la décision finale au président Lula qui refuse finalement de l'extrader. Furieuse, l'Italie rappelle son ambassadeur à Brasilia.

A sa libération en juin 2011, il obtient un répit: le Brésil lui accorde un permis de résidence permanente. Battisti s'installe à Cananeia, un port au sud-est du pays où il continue à écrire. Il rêve d'amnistie. "D'autres pays y ont bien réussi", affirme-t-il. Il a un fils.

Mais son existence est suspendue au gré des décisions contradictoires de la justice brésilienne. En 2015, une juge ordonne une nouvelle expulsion. La même année, il se marie avec sa compagne brésilienne dans un camping de Cananeia.

Il est interpellé deux ans plus tard à la frontière bolivienne, accusé de vouloir fuir. Il est placé sous surveillance électronique pendant quatre mois. Après l'élection en octobre dernier du président d'extrême droite Jair Bolsonaro qui avait promis son extradition, Battisti, usé par près de 40 ans d'une existence en suspens, passe à la clandestinité.

Jusqu'à à l'annonce de son arrestation à Santa Cruz de la Sierra, dans le centre de la Bolivie, dans la nuit de samedi à dimanche...

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

Conformément au dispositif proposé par le gouvernement d'une prime exceptionnelle de pouvoir d'achat, et compte tenu de la belle année 2018 qu'a réalisée le groupe, L'Oréal annonce le versement…

Publié le 16/01/2019

  FLEURY MICHON SA au capital de 13 382 658.85 Euros - RCS la Roche sur Yon B 572 058 329         BILAN SEMESTRIEL DU CONTRAT DE LIQUIDITE  CONTRACTE…

Publié le 16/01/2019

BlackRock a dévoilé des résultats inférieurs aux attentes au quatrième trimestre. Sur cette période, le premier gestionnaire d'actifs du monde a vu son bénéfice net chuter de 60% à 927…

Publié le 16/01/2019

Pierre et Vacances annonce l’acquisition de la start-up française RendezvousCheznous.com, une marketplace lancée en 2014, qui met en relation les vacanciers avec les hôtes locaux pour des…

Publié le 16/01/2019

Reconnu pour la qualité de son offre et la richesse de son écosystème de partenaires Paris, le 16 janvier 2019 - Atos, leader international de la transformation digitale, a été…