En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 848.03 PTS
-
5 844.0
-
SBF 120 PTS
4 605.13
-
DAX PTS
13 070.72
-0.27 %
Dow Jones PTS
27 881.72
-0.1 %
8 354.29
-0.1 %
1.109
0. %

Catapultes et flèches enflammées: un vent moyenâgeux souffle sur Hong Kong

| AFP | 473 | Aucun vote sur cette news
Un militant lance une flèche enflammée pour mettre feu à une barricade à l'université chinoise de Hong Kong le 13 novembre 2019
Un militant lance une flèche enflammée pour mettre feu à une barricade à l'université chinoise de Hong Kong le 13 novembre 2019 ( Anthony WALLACE / AFP )

Catapultes en bois, flèches enflammées lancées avec des arcs, armes incendiaires artisanales et herses en bambous pour obstruer les routes: face à la police, les manifestants pro-démocratie hongkongais combinent des tactiques modernes avec des techniques reminiscentes du Moyen Age.

Depuis le début de la semaine, un grand nombre de rues, carrefours et routes du centre financier du sud de la Chine ont été bloqués par des herses en bambous et des chevaux de frise, constitués de pavés disposés au sol.

Les universités sont devenues l'épicentre du mouvement, et au cours des derniers jours, certaines se sont transformées en un véritable champ de bataille. Des affrontements, entre la police et les manifestants pro-démocratie, ont eu lieu pendant plusieurs heures sur certains campus.

Les étudiants, rejoints par des manifestants pro-démocratie radicaux vêtus de noir - qui sont généralement en première ligne lors des affrontements violents - affirment défendre leurs campus menacés par la police.

Hong Kong : armes utilisées
Hong Kong : armes utilisées ( John SAEKI / AFP )

Au fil des jours, les plus radicaux ont renforcé l'arsenal, jusque-là composé essentiellement de briques et de cocktails Molotov, avec tout un éventail d'armes improbables.

Au premier rang figurent du matériel de sport, notamment des javelots, des arcs et des flèches, pris dans les réserves des universités. Des raquettes de tennis sont utilisées pour renvoyer les balles en caoutchouc tirées par la police.

Avec les chaises et les matelas des chambres étudiantes, ils érigent des barricades et se protègent des tirs de balles en caoutchouc.

Des militants pro-démocratie construisent des murs pour bloquer une route à Hong Kong le 14 novembre 2019
Des militants pro-démocratie construisent des murs pour bloquer une route à Hong Kong le 14 novembre 2019 ( DALE DE LA REY / AFP )

Dans l'une des villes les plus modernes d'Asie, au pied des gratte-ciels, ces manifestants, qui ont quotidiennement recours aux nouvelles technologies pour organiser le mouvement, s'inspirent de techniques dignes du Moyen-Age.

Ils ont ainsi construit des catapultes géantes en bois afin de tirer des cocktails Molotov, des chausse-trappes - un piège métallique constitué de tubes en plastique et de clous - sont disposés au sol afin d'empêcher les policiers d'avancer le long d'un dédale de briques.

Environ un millier de manifestants étaient jeudi après-midi sur le pied de guerre à l'Université Polytechnique de Hong Kong, en prévision d'une charge de la police.

"Fabrique d'armes"

Le campus de cette université se situe près du Cross Harbour tunnel, une des principales routes qui relie la partie de Hong Kong qui touche le continent chinois à l'île de Hong Kong où se trouve le centre financier.

Blocage du Cross Harbour Tunnel, d'habitude une des artères les plus actives de Hong Kong, le 14 novembre 2019
Blocage du Cross Harbour Tunnel, d'habitude une des artères les plus actives de Hong Kong, le 14 novembre 2019 ( ISAAC LAWRENCE / AFP )

Les manifestants ont bloqué mercredi soir cet axe routier clé et ont installé une catapulte afin de dissuader la police de franchir leur barricade.

"S'ils viennent plus tard, nous allons la charger de briques, de cocktails Molotov et de flèches inflammables", a prévenu un manifestant de 23 ans, se faisant appeler Ah Fai.

Des photos de l'AFP montrent une flèche enflammée être tirée mercredi, depuis un pont, par un manifestant en direction de la police.

Un militant avec un arc et une flèche à l'université polytechnique de Hong Kong le 14 novembre 2019
Un militant avec un arc et une flèche à l'université polytechnique de Hong Kong le 14 novembre 2019 ( DALE DE LA REY / AFP )

Sur une vidéo circulant sur les réseaux sociaux, des manifestants jubilent après avoir réussi à envoyer une flèche enflammée avec une catapulte.

Après plus de cinq mois de contestation, ce mouvement sans véritable leader, demeure caractérisé par un réel sens de l'ingéniosité et de l'action collective.

Devant un gouvernement inflexible et une police qu'ils accusent de brutalité, les manifestants sont de plus en plus violents et paranoïaques.

Jeudi, les étudiants de l'Université Polytechnique de Hong Kong ont mis en place une barrière "douanière" au niveau de laquelle ils fouillent tous les personnes souhaitant entrer, y compris les journalistes.

"C'est pour empêcher tout policier en civil d'entrer ", a expliqué Michael un étudiant de 23 ans.

"Je ne connais pas son efficacité, mais c'est mieux que rien", selon lui.

Des pavés posés sur la chaussée pour bloquer une route à Hong Kong le 13 novembre 2019
Des pavés posés sur la chaussée pour bloquer une route à Hong Kong le 13 novembre 2019 ( ANTHONY WALLACE / AFP )

La police a accusé les manifestants d'avoir transformé le campus de la prestigieuse Université chinoise de Hong Kong, devenu mardi soir un champ de bataille, en une "fabrique d'armes".

"La vérité parle d'elle-même", a déclaré jeudi à la presse le porte-parole de la police hongkongaise, John Tse, accusant les "émeutiers" d'avoir jeté des cocktails Molotov de ponts et lancé des flèches enflammées sur une patrouille policière.

De son côté, la police fait usage de matraques, balles en caoutchouc, gaz lacrymogènes, canons à eau et armes de poing.

Lundi, un manifestant a été blessé par balle à bout portant par un policier et un homme criant des slogans favorables à Pékin a été transformé en torche humaine, avec un liquide inflammable, par un manifestant.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2019

Theradiag renforce sa présence à l'international...

Publié le 10/12/2019

Deux mois après l'intervention, aucune complication n'est survenue et la patiente se porte bien. I.Ceram confirme sa volonté de se positionner en tant que leader mondial des implants en céramique…

Publié le 10/12/2019

Boeing a engrangé en novembre ses premières commandes de B-737 Max depuis que la flotte de cet l'appareil est clouée au sol, en mars dernier.

Publié le 10/12/2019

Le contrat est transféré à compter de 2020...

Publié le 10/12/2019

Les distributions afférentes à l'exercice 2019 sont donc de 0,43 euro par action...