En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 871.91 PTS
+1.21 %
5 870.5
+1.26 %
SBF 120 PTS
4 623.22
+1.1 %
DAX PTS
13 166.58
+0.86 %
Dow Jones PTS
28 015.06
+1.22 %
8 397.37
+1.07 %
1.106
+0. %

Barbarin en appel: derrière l'affaire, un débat juridique

| AFP | 209 | Aucun vote sur cette news
Le cardinal Philippe Barbarin au tribunal de Lyon, le 7 janvier 2019
Le cardinal Philippe Barbarin au tribunal de Lyon, le 7 janvier 2019 ( JEFF PACHOUD / AFP/Archives )

Les accusateurs et la défense du cardinal Philippe Barbarin, rejugé pour non-dénonciation d'agressions sexuelles, s'accordent sur un point: en condamnant l'archevêque de Lyon en première instance, le tribunal n'a pas répondu à toutes les questions juridiques que soulève l'affaire.

La décision de la cour d'appel, qu'elle confirme la condamnation ou relaxe le prélat, entraînera probablement un pourvoi en cassation qui ne portera que sur d'éventuels problèmes de droit.

En la matière, les avocats des deux camps ont affûté leurs armes en épluchant le jugement qui a condamné Mgr Barbarin à six mois de prison avec sursis.

Le débat porte sur la façon dont le délit de non-dénonciation s'inscrit dans le temps.

Une jurisprudence de 2009 en fait une infraction "instantanée" dont le délai de prescription, fixé à trois ans, commence à courir quand une personne apprend des faits susceptibles d'être dénoncés et qu'elle ne le fait pas.

En première instance, le tribunal est resté sur cette ligne en jugeant l'archevêque coupable d'avoir gardé le silence sur les abus qu'un prêtre lui avait avoués en 2010, mais que ce délit était prescrit lorsque la justice a été mise au courant par une victime en 2015.

Les magistrats ont jugé Philippe Barbarin coupable, également, de ne pas avoir dénoncé Preynat quand cette même victime s'était confiée à lui en 2014. Et en l'absence de prescription cette fois, ils l'ont condamné.

"La cour d'appel va devoir nous dire comment des faits, constitués en 2010 mais prescrits depuis, auraient pu revivre en 2014", objecte Me Jean-Félix Luciani, avocat du cardinal, "en déficit d'explications juridiques".

"En 2014, le degré d'information de Barbarin était d'une tout autre ampleur qu'en 2010. Ce n'est donc pas une obligation de dénoncer qui renaît mais une nouvelle obligation de dénoncer qui naît", estime Me Jean Boudot pour les parties civiles.

Pour elles, le délit reproché au cardinal doit être considéré comme "continu" dans le temps, l'obligation de dénoncer ce qu'il savait ayant perduré jusqu'à ce que le procureur soit informé en 2015 par un autre que lui.

A défaut, si l'on s'en tient à une infraction "instantanée", il faut la considérer comme "occulte" - car inconnue de la justice - jusqu'à cette date de 2015 qui devrait marquer le point de départ de la prescription, arguent les plaignants. Dans l'attente, eux aussi, de réponses juridiques de la cour d'appel.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 06/12/2019

Le groupe chinois Dongfgeng pourrait réduire sa part de façon à abaisser sa présence dans la future entité PSA-Fiat Chrysler, selon des sources citées par 'Reuters'.

Publié le 06/12/2019

Le chiffre d'affaires de Moulinvest s'établit à 64 ME au titre de l'exercice 2018-2019 contre 61,3 ME sur l'exercice précédent...

Publié le 06/12/2019

Tessi, spécialiste français des Business Process Services, a annoncé vendredi avoir achevé une augmentation de capital avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant brut de…

Publié le 06/12/2019

Elior Group a annoncé avoir procédé à l’annulation de près de 4,27 millions de ses propres actions, représentant 2,39% de son capital social. La décision d’annulation des titres…

Publié le 06/12/2019

"Ces opérations contribueront à renforcer à la fois le potentiel de croissance du résultat par action", assure le management d'Elior...