En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 260.64 PTS
-
5 253.00
+0.05 %
SBF 120 PTS
4 158.74
-
DAX PTS
11 346.65
-
Dowjones PTS
25 516.83
+0.06 %
7 316.96
+0.00 %
1.130
-0.06 %

"Attaque terroriste" à la prison de Condé-sur-Sarthe: ce que l'on sait

| AFP | 487 | Aucun vote sur cette news
Des policiers devant le centre pénitentiaire d'Alençon, le 5 mars 2019 à Condé-sur-Sarthe, dans l'Orne
Des policiers devant le centre pénitentiaire d'Alençon, le 5 mars 2019 à Condé-sur-Sarthe, dans l'Orne ( JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP )

Un détenu radicalisé a poignardé deux surveillants mardi matin à la prison ultrasécurisée de Condé-sur-Sarthe (Orne), une attaque qualifiée de "terroriste" par la ministre de la Justice Nicole Belloubet. Voici ce que l'on sait sur cette agression.

Les faits

Vers 09H45, le détenu Michaël Chiolo a attaqué deux surveillants avec un couteau en céramique.

Selon le procureur de Paris Rémy Heitz, le détenu a crié "Allah Akbar" en se jetant sur les surveillants lors de l'agression et a dit "vouloir venger" Chérif Chekatt, l'auteur de l'attentat du marché de Noël de Strasbourg le 12 décembre 2018.

"Le caractère terroriste de cette attaque ne fait aucun doute", a estimé la ministre de la Justice Nicole Belloubet. La section antiterroriste du parquet de Paris s'est aussitôt saisie de l'enquête.

Le détenu s'est ensuite retranché avec sa compagne au sein de l'unité de vie familiale de la prison. Près de dix heures après, peu avant 19H00, les forces de l'unité du Raid ont donné l'assaut. Le détenu a été blessé "sans gravité" et hospitalisé tandis que sa compagne est "décédée des suites de ses blessures", a annoncé M. Heitz lors d'un point-presse sur place.

Pour Nicole Belloubet, le couteau en céramique, non repérable par le détecteur de métaux, aurait pu avoir été apporté par la compagne du détenu.

La ministre, qui s'est également rendue sur place, a annoncé dans la soirée avoir diligenté une mission de l'Inspection générale de la justice qui devra déterminer comment le couteau été introduit dans la prison et pourquoi il n'a pas été "repéré". Son rapport devra être remis "dans un mois précisément", a indiqué la ministre.

Un hélicoptère de l'armée devant le centre pénitentiaire d'Alençon, le 5 mars 2019 à Condé-sur-Sarthe, dans l'Orne
Un hélicoptère de l'armée devant le centre pénitentiaire d'Alençon, le 5 mars 2019 à Condé-sur-Sarthe, dans l'Orne ( JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP )

Comment vont les surveillants agressés ?

La vie des deux surveillants, âgés d'une trentaine d'années, n'est "pas en danger", selon Nicole Belloubet. Le plus grièvement blessé, "éventré" selon le délégué FO, a subi une intervention chirurgicale. L'autre surveillant a été touché à la mâchoire, au visage et dans le dos, selon cette source.

Mme Belloubet qui a rencontré l'un d'eux à l'hôpital a indiqué qu'il était "extrêmement choqué".

Qui est Michaël Chiolo?

Cet homme de 27 ans, converti à l'islam en 2010, est un détenu de droit commun qui purge une peine de 30 ans de réclusion. Il avait été condamné en décembre 2015 pour avoir étouffé un homme de 89 ans, après l'avoir séquestré et "momifié" à son domicile près de Metz en 2012.

Il a aussi été condamné à un an de prison pour apologie de terrorisme au cours de sa détention à Mulhouse, pour avoir demandé le 14 novembre 2015 à ses codétenus de "rejouer" l'attaque du Bataclan.

Michaël Chiolo, qui est suivi par le renseignement pénitentiaire, est inscrit au fichier pour la prévention et la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), a indiqué la ministre de la Justice. Selon une source policière, il s'est "radicalisé en prison".

Il n'est "pas simple à gérer, donc il fait l'objet d'un suivi extrêmement attentif", a indiqué Nicole Belloubet. Il n'était pas à l'isolement et ne se trouvait pas dans le quartier pour radicalisés (QPR) ouvert dans cette prison en septembre.

Me Pauline Brion, qui l'avait défendu lors de son procès en 2015, se souvient d'un garçon "intelligent, très cultivé", sans formation ni profession, "devenu un peu vagabond". Il avait selon elle rencontré sa compagne en prison: "Il avait écrit à quelqu'un après sa conversion pour qu'on lui trouve une épouse".

Les principaux précédents

En septembre 2016, un détenu marocain, Bilal Taghi, a tenté de tuer à l'arme blanche deux surveillants de la prison d'Osny (Val-d'Oise). Le détenu avait expliqué qu'"il voulait passer à l'acte immédiatement au nom de Daech", acronyme du groupe Etat islamique. Pour l'administration pénitentiaire, il s'agissait du "premier attentat jihadiste fomenté en prison".

En janvier 2018, l'organisateur de l'attentat contre la synagogue de Djerba en 2002, l'islamiste allemand Christian Ganczarski, avait blessé à l'arme blanche trois surveillants à Vendin-le-Vieil. Cette agression avait donné le coup d'envoi d'un vaste mouvement de protestation des agents pénitentiaires.

burs-ctx-jt/mig/cam

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 15 avril 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/03/2019

Rendez-vous le 16 avril...

Publié le 25/03/2019

AXA franchit une étape importante dans le cadre de sa transformation. La participation minoritaire conservée par AXA dans EQH sera déconsolidée et comptabilisée par mise en équivalence...

Publié le 25/03/2019

La firme à la pomme a présenté lundi son offre de vidéo à la demande, ainsi qu'une carte bancaire Apple, et des services d'abonnement à de l'information et à des jeux vidéo.

Publié le 25/03/2019

Ce nouveau rapport de KuppingerCole Analysts supporte et confirme la stratégie de développement annoncée par Wallix dans son plan 'Ambition 21' à devenir un leader Européen du marché de la…

Publié le 25/03/2019

Retour d'Assemblée générale...