En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 860.09 PTS
+0.21 %
5 861.5
+0.24 %
SBF 120 PTS
4 614.27
+0.2 %
DAX PTS
13 156.60
+0.66 %
Dow Jones PTS
27 833.94
-0.17 %
8 377.80
+0.28 %
1.109
-0.03 %

Assassinat de Khashoggi: le patron d'Uber s'excuse d'avoir parlé "d'erreur"

| AFP | 730 | 1 par 1 internautes
Dara Khosrowshahi, le 26 septembre 2019 à San Francisco
Dara Khosrowshahi, le 26 septembre 2019 à San Francisco ( Philip Pacheco / AFP/Archives )

Le patron d'Uber, Dara Khosrowshahi, s'est excusé lundi après avoir déclaré dans une interview que l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, dans lequel Ryad a reconnu sa responsabilité, était une "erreur".

"Il ne peut y avoir de pardon ou d'oubli de ce qui est arrivé à Jamal Khashoggi et j'ai eu tort d'appeler cela +une erreur+", a tweeté M. Khosrowshahi lundi matin pour expliquer ses propos de la veille dans un entretien à Axios.

"J'ai dit quelque chose sur le moment que je ne pense pas. Nos investisseurs connaissent mon point de vue depuis longtemps sur ce point et je suis désolé de n'avoir pas été aussi clair sur Axios", a encore expliqué le patron du groupe.

L'Arabie saoudite, à travers son fonds d'investissement souverain, est le cinquième actionnaire du numéro un de la location de voitures avec chauffeur et le gouverneur du fonds, Yasir al-Rumayyan, siège à son conseil d'administration.

Les déclarations du patron d'Uber ont provoqué un tollé aux Etats-Unis, où M. Khashoggi collaborait au Washington Post et où son assassinat dans des conditions atroces avait suscité des critiques sévères contre le pouvoir saoudien, y compris au Congrès.

"Je pense que le gouvernement (saoudien) a dit qu'il avait fait une erreur", a déclaré dimanche M. Khosrowshahi, avant de se lancer dans une comparaison hasardeuse.

"C'est une erreur grave, mais nous aussi avons fait des erreurs, dans la conduite automatique (...) et nous nous remettons de cette erreur", a-t-il ajouté, faisant allusion à un incident dans lequel une voiture autonome d'Uber avait tué accidentellement une piétonne en mars 2018.

Interloqué, le journaliste d'Axios a interpellé le PDG sur cette comparaison entre un accident et un assassinat. "Je pense que les gens font des erreurs et cela ne veut pas dire qu'on ne peut jamais leur pardonner. Je pense qu'ils ont pris ça (le pouvoir saoudien) sérieusement", a répondu M. Khosrowshahi.

"Les Saoudiens sont comme n'importe quel actionnaire. Puisque nous sommes maintenant cotés en Bourse, n'importe qui peut investir. Et ils sont un gros investisseur, comme vous pourriez l'être", a-t-il encore rétorqué au journaliste.

L'entrée en bourse d'Uber est un fiasco du point de vue des actionnaires. Introduit à 42 dollars, le titre a terminé lundi à 27,14 dollars.

Karen Attiah, une écrivaine et collègue de Jamal Khashoggi au Washington Post, s'est indignée des propos du patron d'Uber, en rappelant que le journaliste saoudien se déplaçait en Uber quand il s'était volontairement exilé aux Etats-Unis. "Quelle terrible ironie que nous devions envisager le pardon", a lancé Karen Attiah, avant de conclure une série de tweets par le mot-dièse #BoycottUber sur Twitter.

Des documents déposés vendredi auprès du gendarme de la Bourse ont par ailleurs montré que le cofondateur et ex-patron d'Uber, Travis Kalanick, avait récemment vendu 21% de ses parts dans l'entreprise pour quelque 547 millions de dollars.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2019

Des perturbations et des retards restent néanmoins possibles...

Publié le 11/12/2019

Solocal accompagne les agences IN&FI Crédits dans leur stratégie de présence digitale...

Publié le 11/12/2019

Plus forte baisse du SMI, Credit Suisse (-0,39% à 12,86 francs suisses) est sous pression après avoir abaissé ses objectifs de rentabilité pour 2019 et 2020. A l’occasion d’une journée…

Publié le 11/12/2019

DMS Biotech, division de Diagnostic Medical Systems Group consacrée aux biotechnologies et spécialisée dans le développement de solutions techniques innovantes pour l’utilisation du tissu…

Publié le 11/12/2019

Mais des volumes aux abonnés absents...