En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 550.94 PTS
+0.01 %
5 560.50
+0.17 %
SBF 120 PTS
4 385.67
+0.27 %
DAX PTS
12 264.80
+0.30 %
Dowjones PTS
27 222.97
+0.01 %
7 904.13
+0.00 %
1.124
-0.33 %

Arbitrage Tapie: des cas retentissants de relaxes générales depuis dix ans

| AFP | 613 | Aucun vote sur cette news
L'avocat de Bernard Tapie, Hervé Temime, au palais de Justice de Paris, le 9 juillet 2019.
L'avocat de Bernard Tapie, Hervé Temime, au palais de Justice de Paris, le 9 juillet 2019. ( Thomas SAMSON / AFP )

Le jugement prononcé mardi par le tribunal correctionnel de Paris dans l'affaire de l'arbitrage Tapie rappelle d'autres cas retentissants de relaxe générale intervenus depuis dix ans, dont certains ont été infirmés par la suite.

En voici quelques exemples:

Affaire Wildenstein

Guy Wildenstein,  un héritier du collectionneur Daniel Wildenstein, le 4 juillet 2006 à Paris
Guy Wildenstein, un héritier du collectionneur Daniel Wildenstein, le 4 juillet 2006 à Paris ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

Poursuivis pour une fraude fiscale de plusieurs centaines de millions d'euros, les héritiers de la famille de marchands d'art Wildenstein et leurs conseillers sont relaxés en première instance en 2017, puis en appel en 2018. La cour d'appel de Paris a notamment jugé que le délit de fraude fiscale à l'encontre du principal prévenu Guy Wildenstein était prescrit.

Le parquet général, qui avait pris de lourdes réquisitions, en première instance comme en appel, s'est pourvu en cassation.

Tarnac

Le leader du
Le leader du "groupe de Tarnac", Julien Coupat, le 13 mars 2018 à Paris ( ALAIN JOCARD / AFP/Archives )

En avril 2018, le tribunal correctionnel de Paris tire le sévère bilan juridique des errances de l'enquête sur le sabotage en 2008 de lignes SNCF, en relaxant la quasi totalité des huit prévenus du groupe libertaire de Tarnac.

Initialement poursuivis pour terrorisme avant d'être jugés pour dégradation d'une ligne SNCF et association de malfaiteurs, les principaux prévenus Julien Coupat et Yildune Lévy ne sont reconnus coupables que d'avoir refusé un prélèvement biologique lors de leur garde à vue mais sont dispensés de peine.

Un seul prévenu est condamné à quatre mois de prison avec sursis pour recel de vols et tentative de falsification de documents administratifs.

Le parquet n'a pas fait appel.

Pétrole contre nourriture

Le siège de Total à La Défense, le 3 novembre 2008.
Le siège de Total à La Défense, le 3 novembre 2008. ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

En 2013, le tribunal correctionnel prononce une relaxe générale contre vingt prévenus, dont le groupe pétrolier Total, dans l'affaire "Pétrole contre nourriture", estimant qu'aucune des infractions de "corruption d'agent public étranger", "trafic d'influence" ou "abus de biens sociaux" n'était constituée.

Ce programme onusien, en vigueur de 1996 à 2003, était destiné à atténuer les effets de l'embargo imposé à l'Irak après l'invasion du Koweit en 1990. Il permettait au régime de vendre du pétrole en échange de biens humanitaires et de consommation. Bagdad avait contourné ce programme par le biais de ventes parallèles et de surfacturations.

En 2016, Total est condamné en appel à 750.000 euros d'amende pour corruption d'agent public étranger. Le pétrolier suisse Vitol et onze autres prévenus, dont des ex-diplomates ou hommes d'affaires, sont également condamnés.

La condamnation de Total devient définitive après le rejet de son pourvoi en cassation en 2018.

L'hormone de croissance

Fernand Dray, ancien responsable d'un laboratoire de l'Institut Pasteur relaxé dans l'affaire des hormones de croissance, le 13 octobre 2010 à Paris
Fernand Dray, ancien responsable d'un laboratoire de l'Institut Pasteur relaxé dans l'affaire des hormones de croissance, le 13 octobre 2010 à Paris ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

Entre 1983 et 1985, 1.698 enfants en insuffisance hormonale sont traités par injection d'hormones à partir de prélèvements contaminés par la maladie de Creutzfeld-Jacob, qui détruit de manière irréversible le système nerveux.

En 2009, le tribunal correctionnel de Paris relaxe les six médecins et pharmaciens (un septième prévenu est mort avant le procès) accusés d'avoir provoqué par "négligence" la mort d'une centaine de jeunes traités à l'hormone de croissance, faute d'avoir clairement établi que ces spécialistes connaissaient les risques.

Deux ans plus tard, la justice confirme la relaxe pour les deux prévenus encore en vie à l'encontre desquels le parquet avait fait appel.

En 2016, ces deux derniers prévenus, le professeur Fernand Dray et l'ancienne pédiatre Elisabeth Mugnier, sont mis hors de cause au civil.

- Explosion d'AZF -

Vue générale du site de l'usine chimique AZF de Grande Paroisse (groupe Total) à Toulouse, le 22 septembre 2001, au lendemain de l'explosion de 300 tonnes d'ammonitrates stockés dans le hangar 221
Vue générale du site de l'usine chimique AZF de Grande Paroisse (groupe Total) à Toulouse, le 22 septembre 2001, au lendemain de l'explosion de 300 tonnes d'ammonitrates stockés dans le hangar 221 ( ERIC CABANIS / AFP/Archives )

Le 21 septembre 2001 à Toulouse, une très violente explosion dans l'usine chimique à haut risque AZF entraîne la mort de 31 personnes et fait des milliers de blessés.

En 2009 en première instance, le directeur de l'usine, Serge Biechlin, et la société exploitante Grande Paroisse bénéficient d'une relaxe générale au bénéfice du doute.

Ils sont lourdement condamnés en appel en 2012. Mais cette condamnation est annulée par la Cour de cassation pour défaut d'impartialité d'un magistrat.

En 2017, lors d'un troisième procès, M. Biechlin est condamné en appel à 15 mois avec sursis pour "homicides involontaires" et Grande Paroisse à l'amende maximale. Ils se sont pourvus en cassation.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2019

Le CAC40 a frôlé les 5.600 points ce matin mais réduit nettement ses gains vers la mi-journée

Publié le 19/07/2019

Faurecia et Valeo grimpent !

Publié le 19/07/2019

La perspective du développement des voitures autonomes se traduit par la multiplication des accords entre les groupes automobiles historiques et les sociétés technologiques. BMW (+0,92% à 66,76…

Publié le 19/07/2019

Somfy a affiché, au titre de son deuxième trimestre, un chiffre d’affaires de 332 millions d’euros en croissance de 5,3% en termes réels et de 5,1% à données comparables. Sur l’ensemble du…

Publié le 19/07/2019

Publicis chute de 8,69% à 43,36 euros à la Bourse de Paris et prend la dernière place l'indice CAC 40 après avoir abaissé sa prévision de croissance pour l'année 2019. Le groupe publicitaire…