En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 372.31 PTS
+0.00 %
5 392.50
+0.50 %
SBF 120 PTS
4 310.01
+0.00 %
DAX PTS
12 695.16
-
Dowjones PTS
24 657.80
-0.17 %
7 280.70
+0.00 %
Nikkei PTS
22 693.04
+0.61 %

Al-Walid ben Talal: un prince milliardaire saoudien haut en couleur

| AFP | 367 | Aucun vote sur cette news
Le prince saoudien Al-Walid ben Talal, lors d'une conférence de presse, le 11 mai 2017 à Jeddah
Le prince saoudien Al-Walid ben Talal, lors d'une conférence de presse, le 11 mai 2017 à Jeddah ( Amer HILABI / AFP/Archives )

Cette fois, le prince Al-Walid ben Talal ne fait pas la Une pour une extravagance ou un tweet acerbe sur Donald Trump: ce milliardaire haut en couleur fait partie des personnalités arrêtées en Arabie saoudite dans une vaste opération anticorruption.

Classé parmi les plus importantes fortunes du monde, cet homme d'affaires de 62 ans est le petit-fils de deux figures historiques du monde arabe: le roi Abdelaziz al-Saoud, fondateur de l'Arabie saoudite, et Riad al-Solh, premier chef de gouvernement de l'histoire du Liban.

Après des études de commerce et de sciences sociales aux Etats-Unis, le prince Al-Walid a fait sa première apparition dans le monde politico-économique à la fin des années 1980 lorsqu'il a commencé à construire ce qui est devenu un empire mondial comprenant des banques, des hôtels de luxe et des médias.

Il a cultivé ces dix dernières années l'image d'un investisseur rusé, partisan d'une modernisation de l'Arabie saoudite. Il est apparu plus récemment comme un pourfendeur du nouveau locataire de la Maison Blanche, Donald Trump.

En décembre 2015, il s'en était vivement pris à M. Trump pour avoir proposé, alors qu'il était en campagne pour les primaires républicaines, d'interdire aux musulmans d'entrer aux Etats-Unis. "@realDonaldTrump Vous êtes une honte, non seulement pour le GOP (parti républicain), mais aussi pour toute l'Amérique", avait écrit le neveu du roi Salmane d'Arabie saoudite.

"Le stupide prince @Alwaleed_Talal veut contrôler nos hommes politiques américains avec l'argent de son papa", avait rétorqué M. Trump. A l'opposé, son cousin, le jeune prince héritier Mohammed ben Salmane, homme fort de l'Arabie saoudite qui a joué un rôle clef dans la purge actuelle, est un allié de M. Trump.

- Franc-parler -

L'annonce de l'arrestation du prince milliardaire n'a pas tardé à faire des remous sur les marchés financiers. Le cours des actions de Kingdom Holding Company, la société internationale d'investissements que le prince Al-Walid détient à 95%, a dévissé dimanche de 9,9% à l'ouverture de la Bourse de Ryad avant de terminer la séance sur une chute de 7,6%.

Le groupe a affirmé dans un communiqué être "au fait" des développements en cours tout en assurant que les affaires se poursuivaient.

La Kingdom Holding Company possède notamment le célèbre hôtel de luxe George-V sur les Champs-Élysées à Paris. Le prince Al-Walid, connu pour son franc-parler, possède aussi des actions dans le réseau social Twitter et le studio de cinéma américain 21st Century Fox.

Le magazine Forbes estime que le prince pèse 18,7 milliards de dollars (16,1 mds EUR), ce qui le met à la 45e place de son dernier classement des fortunes mondiales.

Al-Walid est aussi philanthrope: La fondation "Alwaleed Philanthropies" s'engage notamment à activer ses réseaux pour financer notamment des projets d'énergies renouvelables en Afrique.

Défenseur des droits des femmes, il avait lancé en novembre 2016 un vibrant appel pour que les femmes obtiennent le droit de conduire et déploré "le coût économique" de l'interdiction de volant pour les Saoudiennes. Près d'un an plus tard, son appel a été entendu.

Preuve de son engagement et en guise de défi à une société saoudienne qu'il juge trop conservatrice, il avait dit avoir financé une formation de pilotage pour une femme aspirant à devenir pilote. Si en surface, Al-Walid et Mohamed ben Salmane semblent partager les mêmes idées, notamment sur les questions de société, des rumeurs circulent depuis longtemps dans les cercles du pouvoir sur une intense rivalité entre les deux cousins.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/06/2018

Incapable de se reprendre, la Bourse de Paris a inscrit une quatrième séance d’affilée de baisse.

Publié le 21/06/2018

Biocorp a signé un contrat développement et de production avec Ferring. Les deux entreprises ont en effet signé un contrat portant sur la conception puis la production d'un bouchon au design sur…

Publié le 21/06/2018

Fortune Fountain Capital, société d'investissement majeure en Asie ayant la forme d'un family office, a annoncé ce jour avoir finalisé l'acquisition...

Publié le 21/06/2018

EDF Renewables va céder au gestionnaire de fonds de pension néerlandais PGGM 50% d'un portefeuille de projets de centrales solaires aux Etats-Unis...

Publié le 21/06/2018

EDF s'est réjoui hier de la confirmation par le Président de la République, Emmanuel Macron, des trois projets éoliens en mer de Fécamp, Courseulles-sur-Mer et Saint-Nazaire que sa filiale EDF…