5 317.37 PTS
+0.15 %
5 334.5
+0.52 %
SBF 120 PTS
4 256.95
+0.13 %
DAX PTS
12 483.79
+0.18 %
Dowjones PTS
25 309.99
+1.39 %
6 896.60
+1.99 %
Nikkei PTS
21 892.78
+0.72 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Afrique du Sud: les encombrantes casseroles du président Zuma

| AFP | 127 | 5 par 1 internautes
Le président sud-africain Jacob Zuma au parlement sud-africain le 12 février 2015
Le président sud-africain Jacob Zuma au parlement sud-africain le 12 février 2015 ( NIC BOTHMA / POOL/AFP/Archives )

Le président sud-africain Jacob Zuma, que son parti a sommé mardi de quitter le pouvoir, traîne derrière lui une réputation sulfureuse nourrie de nombreuses accusations de corruption.

Voici les principaux scandales qui ont émaillé sa carrière:

- Une "douche anti-sida"

Alors qu'il n'est pas encore président, Jacob Zuma est accusé de viol par une jeune femme séropositive. Il est blanchi par la justice en 2006, mais scandalise le pays en affirmant pendant son procès qu'il a "pris une douche" pour éviter toute contamination par le virus VIH. Il est alors à la tête du Conseil national contre le sida.

Cette histoire a fait le bonheur de Zapiro, le plus célèbre dessinateur de presse sud-africain, qui croque depuis le président surmonté d'un pommeau de douche.

Le vice-président Cyril Ramaphosa, élu en décembre à la tête du Congrès national africain (ANC), a relancé la polémique en décembre en affirmant "croire" la victime présumée de M. Zuma.

- 783 pots-de-vin

Une affaire de vente d'armes hante le président depuis une bonne dizaine d'années.

En 2006, Jacob Zuma est inculpé pour avoir accepté des pots-de-vin de la société française d'armement et d'électronique Thales, en marge d'un contrat d'armement. Il est soupçonné d'avoir reçu 783 versements de son conseiller financier, Schabir Shaik, condamné par la suite à quinze ans de prison.

Juste avant les élections de 2009, toutes les charges retenues contre Jacob Zuma sont abandonnées pour vice de forme.

Mais en octobre 2017, la justice, saisie par l'opposition, a rouvert la voie à un procès. La balle est désormais dans le camp du parquet, dont le procureur général Shaun Abrahams est surnommé par ses détracteurs le "mouton" de Zuma.

- Un ami encombrant

Le président soudanais Omar el-Béchir, recherché par la justice internationale pour génocide et crimes de guerre au Darfour (ouest du Soudan), participe en 2015 à un sommet de l'Union africaine (UA) à Johannesburg.

La justice sud-africaine lui interdit de quitter le pays, mais le gouvernement le laisse repartir en arguant de son "immunité présidentielle".

La Cour pénale internationale (CPI) a jugé en 2017 que Pretoria avait manqué à ses obligations. Le gouvernement sud-africain a en retour confirmé son intention de la quitter le tribunal.

- Piscine et poulailler

La résidence privée de Jacob Zuma à Nkandla (est), dans la campagne du pays zoulou, est remise à neuf aux frais du contribuable pour 20 millions d'euros.

Parmi les travaux figurent une piscine, un enclos pour le bétail et un poulailler. Face aux critiques, le ministre de la Police assure sans se démonter qu'il s'agit de travaux "de sécurité". Dans un rapport au vitriol, la médiatrice de la République dénonce un "détournement de fonds" et exige un remboursement.

Le chef de l'Etat fait la sourde oreille mais l'opposition saisit la Cour constitutionnelle, qui dénonce un "viol" de la loi fondamentale. M. Zuma est finalement contraint de reverser à l'Etat l'équivalent de 480.000 euros.

- Trois frères sulfureux

Ses détracteurs accusent Jacob Zuma d'être depuis le début de ses mandats présidentiels sous l'influence d'une très riche famille d'hommes d'affaires, les Gupta.

Symbole de cette emprise, l'avion privé de la fratrie est autorisé en 2013 à atterrir sur une base militaire sud-africaine et ses passagers, invités à un mariage, dispensés de contrôle et escortés par la police jusqu'au lieu de la noce. L'affaire fait scandale.

Fin 2016, un rapport de la médiatrice de la République détaille par le menu l'implication des Gupta dans la gestion des affaires de l'Etat, des pressions pour obtenir des contrats publics jusqu'à la nomination de ministres.

Sommé de s'expliquer, le président reconnaît ses liens d'amitié avec la famille mais dément leur accorder le moindre passe-droit.

Jacob Zuma a annoncé en janvier la mise en place d'une commission d'enquête judiciaire chargée d'examiner les conclusions de ce rapport. Elle n'a pas commencé ses travaux.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/02/2018

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000…

Publié le 23/02/2018

Eiffage, au travers de sa filiale Eiffage Énergie Systèmes, a conclu un accord en vue d’acquérir 51 % du groupe Kropman, basé à Nimègue, aux Pays-Bas, spécialisé dans les domaines multi…

Publié le 23/02/2018

AXA a annoncé avoir publié au Bulletin des annonces légales obligatoires les résolutions que le Conseil d'administration soumettra à la prochaine Assemblée générale annuelle des actionnaires,…

Publié le 23/02/2018

BLEECKER   Société Anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance Au capital de 20.787.356,70 EUR 39, Avenue George V - PARIS (75008) 572 920 650 RCS PARIS       Paris, le 23…

Publié le 23/02/2018

Natixis soumettra au vote de ses actionnaires, le 23 mai, le versement d'un dividende ordinaire, payé en numéraire, de 0,37 euro par action, au titre de l'année fiscale 2017. Le dividende sera…

CONTENUS SPONSORISÉS