5 542.55 PTS
-0.11 %
5 488.0
-0.16 %
SBF 120 PTS
4 430.65
-0.03 %
DAX PTS
12 938.01
+0.65 %
Dowjones PTS
24 753.09
-0.24 %
6 960.92
+0.16 %
Nikkei PTS
22 450.79
+0.06 %

19 mars 2016, le seul jour où Abdeslam a parlé aux enquêteurs

| AFP | 152 | Aucun vote sur cette news
Croquis d'audience réalisé le 5 février 2018 lors du procès de Salah Abdeslam devant un tribunal de Bruxelles
Croquis d'audience réalisé le 5 février 2018 lors du procès de Salah Abdeslam devant un tribunal de Bruxelles ( Benoit PEYRUCQ / AFP )

Avant de faire du silence sa stratégie judiciaire, Salah Abdeslam s'est livré une seule fois, en mars 2016, affirmant aux enquêteurs belges avoir "renoncé" à se faire exploser le 13 novembre 2015 et tentant de minimiser son rôle dans la cellule jihadiste.

A l'ouverture de son procès à Bruxelles en lien avec une fusillade à la fin de sa cavale en mars 2016, Salah Abdeslam a revendiqué lundi le quasi-mutisme qu'il oppose désormais à la justice. Mais il y a deux ans, au lendemain de son arrestation mouvementée à Molenbeek, le dernier suspect en vie des commandos des attentats parisiens s'était montré bien plus bavard.

Ce 19 mars 2016, c'est blessé à la jambe par une balle et allongé sur une civière qu'il livre son récit. Face à la police fédérale belge, il minimise son rôle et rejette la responsabilité sur son frère Brahim et son ami d'enfance, Abdelhamid Abaaoud, qu'il désigne comme "le responsable des attentats". "Je le sais de mon frère Brahim", affirme-t-il.

Celui qu'on présentait déjà comme un des logisticiens de la cellule reconnaît juste avoir "loué des voitures ainsi que des hôtels (...) à la demande" de son frère, un des kamikazes du 13-Novembre.

"Lors des attentats, j'avais une ceinture explosive (que son frère lui aurait donnée, NDLR). Toutefois, je n'ai pas voulu la faire exploser", indique-t-il, selon cette audition déjà révélée en mars 2016 et dont l'AFP a eu connaissance. Ce même 19 mars, il s'exprimera également devant une juge d'instruction belge.

Le soir du 13 novembre, Salah Abdeslam devait se rendre au Stade de France avec trois autres kamikazes pour se faire exploser. "J'ai renoncé lorsque j'ai stationné le véhicule. J'ai déposé mes trois passagers, puis j'ai redémarré". Il sera ensuite récupéré au sud de Paris par deux amis de Belgique appelés à la rescousse.

De retour en Belgique, il se cache à Bruxelles chez Mohamed Belkaid, tué le 15 mars dans la fusillade de Forest (Belgique) qui vaut à Abdeslam de comparaître à Bruxelles. Belkaid "n'était pas content de me voir revenir (...) je lui ai expliqué que je ne pouvais pas me faire sauter", affirme-t-il.

Cette ceinture constitue l'une des énigmes du tentaculaire dossier du 13-Novembre instruit à Paris. Les enquêteurs ont exhumé un texte attribué à Salah Abdeslam, où ce dernier assure avoir voulu actionner cette ceinture mais sans y parvenir à cause d'un "défaut". Si une expertise judiciaire a confirmé que ce dispositif était défectueux, elle ne permet pas de déterminer si le jeune homme a ou non tenté de l'enclencher.

Abdeslam avait également admis s'être rendu en Hongrie pour aller chercher des jihadistes, mais avait démenti connaître les futurs kamikazes du double attentat de Bruxelles du 22 mars 2016, les frères El Bakraoui, pourtant côtoyés pendant sa cavale.

Réentendu immédiatement après ces attentats, Salah Abdeslam avait refusé de faire la moindre déclaration. Aurait-il été influencé? D'après l'enquête franco-belge, le tireur présumé de l'attaque de 2014 au musée juif de Bruxelles, Mehdi Nemmouche, aurait conseillé à Salah Abdeslam, alors incarcéré dans la même prison, de ne plus parler à la police.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

ÉVÈNEMENT

IMMERSION EXCLUSIVE AU COEUR DE LA BOURSE
DU 28 MAI AU 1erJUIN 2018

EN PARTENARIAT AVEC

INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT ! Cliquez ici

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/05/2018

BLEECKER         COMMUNIQUE DE PRESSE         RESULTATS SEMESTRIELS AU 28.02.2018       Paris, le 25 mai 2018       Le Groupe BLEECKER publie aujourd'hui ses…

Publié le 25/05/2018

A la suite de l'accord du conseil d'administration de Beni Stabili, le 24 mai, le conseil d'administration de Foncière des Régions a approuvé à l'unanimité le projet de fusion entre les deux…

Publié le 25/05/2018

Safran annonce que son Assemblée générale des actionnaires 2018 a décidé le versement d’un dividende de 1,60 euro par action et approuvé l’ensemble des résolutions proposées. La mise en…

Publié le 25/05/2018

HF COMPANY Société anonyme au capital de 1 670 631.50 EUROS Siège social : Node Park Touraine 37310 Tauxigny 405 250 119 R.C.S. TOURS       Tauxigny, le 25 mai…

Publié le 25/05/2018

Faible croissance...