5 256.18 PTS
-
5 252.0
-
SBF 120 PTS
4 213.66
-
DAX PTS
12 385.60
-0.53 %
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
+0.00 %
Nikkei PTS
21 961.32
-0.85 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Semaine noire pour le CAC40

| Boursier | 159 | Aucun vote sur cette news

L'euphorie du début d'année semble bien loin dans les salles de marché...

Semaine noire pour le CAC40
Credits Reuters

L'euphorie du début d'année semble bien loin dans les salles de marché. A Paris, le CAC40 affiche un déficit de 5,33% sur cinq séances, à 5.079 points ce vendredi soir. Les craintes d'une accélération de l'inflation, après l'annonce d'une croissance sans précédent en neuf ans du salaire horaire moyen aux Etats-Unis en janvier, et d'un resserrement monétaire plus rapide qu'escompté de part et d'autre de l'Atlantique ont été à l'origine de fortes tensions sur les marchés obligataires et de lourds dégagement sur les places boursières. C'est même un euphémisme tant la chute fut violente. A Wall Street notamment, où le Dow Jones a lâché 1.175 points lundi, signant la plus forte perte quotidienne en points de son histoire. Jeudi, c'est la Banque d'Angleterre qui a créé des remous en annonçant que la remontée des taux d'intérêt pourrait être plus forte et intervenir plus rapidement que prévu...

Malgré ces secousses, et le retour de la volatilité, l'optimisme reste de mise chez les professionnels de la finance qui évoquent majoritairement une correction, avant tout technique, et normale au regard de l'évolution des indices au cours des derniers trimestres... D'autant que l'économie mondiale se porte bien (la Commission européenne a encore revu à la hausse ses prévisions de croissance) et que les publications d'entreprises sont plutôt de bonne facture. Pernod Ricard, Publicis, Lagardère, Total ou encore L'Oréal se sont notamment distingués à Paris.

ECO ET DEVISES

L'indice ISM américain des services pour le mois de janvier est ressorti assez nettement supérieur aux attentes, à 59,9, contre un consensus de place d'environ 56 et un niveau comparable pour le mois antérieur.

L'Indice PMI Final IHS Markit Composite de l'Activité Globale dans l'Eurozone se redresse par rapport à son estimation flash (58,6) et s'établit à 58,8, son plus haut niveau depuis juin 2006. Il signale ainsi la 55ème hausse mensuelle consécutive de l'activité dans la région. Le consensus tablait sur un indice à 56,6.

Les ventes au détail, corrigées des variations saisonnières, ont diminué de 1,1% dans la zone euro en décembre après avoir progressé de 2,0% le mois précédent. En glissement annuel, les ventes progressent de 1,9%. Des données en ligne avec les attentes du marché.

L'indice final IHS Markit Composite de l'Activité Globale en France, mesurant l'activité combinée du secteur des services et de l'industrie manufacturière, s'établit à 59,6 en janvier, restant ainsi stable par rapport au mois dernier et ne se repliant que légèrement par rapport au plus haut de 6 ans et demi enregistré en novembre (60,3).

Sur le marché des changes, l'euro vaut désormais 1,223$, en repli d'environ 1,8% sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s'affiche à environ 59,7$ et le Brent ressort à 63,4$. L'once d'or s'échange autour des 1.314 dollars (-1,5%).

LES VALEURS

* Akka Technologies avance de 2,8%, dopé par une solide publication annuelle. Le groupe a dévoilé un chiffre d'affaires 2017 en hausse de 18,9% à 1,33 milliard d'euros en 2017, soit +7% en données organiques. Oddo BHF évoque une fin d'année meilleure qu'attendu et de bonnes perspectives 2018.

* Publicis prend 2%, après être parvenu à accélérer sa croissance organique au quatrième trimestre et à repasser dans le vert en 2017. Mais cela ne suffira pas au groupe pour atteindre cette année les objectifs fixés dans son plan stratégique 2013. Mais comme personne n'attendait qu'ils soient atteints, la remise à plat sera positive. Publicis propose également le versement d'un dividende de 2 euros par titre, en hausse de 8,1%.

* Fnac Darty gagne 2%. Le courtier en assurances SFAM a pris 11% de la société pour 335 ME, devenant son second actionnaire. SFAM est notamment connu pour proposer des solutions d'assurance pour les téléphones portables et les produits multimédia et des extensions de garanties.

* Tarkett (+1%) après une publication annuelle marquée par une solide croissance organique mais également par une baisse du résultat opérationnel, rogné par les effets de changes et le renchérissement de ses coûts de matières premières. Si le groupe a confirmé sa volonté d'atteindre ses objectifs 2020, l'atteinte des objectifs de profitabilité et de rendement (marge d'EBITDA ajusté 12 % et ROIC 9 %) s'avèrera plus difficile en 2018 compte tenu du contexte actuel d'inflation du prix des matières premières et des évolutions défavorables des taux de change.

* Pernod Ricard grignote 0,3%. Les résultats publiés par le groupe de spiritueux pour le premier semestre 2017-2018 sont ressortis conformes voire légèrement supérieurs aux attentes : le chiffre d'affaires a progressé de 5,1% en organique là où le consensus escomptait +4,6% et le résultat opérationnel a bondi de 5,7% (estimation de consensus : +4%). Le groupe tricolore a en outre gratifié le marché d'un relèvement de sa guidance annuelle de profitabilité. Le PDG, Alexandre Ricard, a porté l'objectif de croissance interne du résultat opérationnel courant à 4-6 %, contre une fourchette de 3 à 5 % précédemment.

A l'inverse, * Marie Brizard chute de 28,4%. Les revenus 2017 baissent après une mauvaise fin d'année, en particulier en Pologne. Les résultats seront déficitaires de -6,5 ME sur l'exercice au niveau de l'Ebitda et les objectifs du plan 2020 ne seront pas tenus.

* Bonduelle plonge de 17,1%. Le roi de la conserve a dévoilé des revenus semestriels de 1,420 milliard d'euros, en progression de 38,5% grâce à l'intégration de Ready Pac Foods sur six mois et à une croissance en données comparables de 1,6%. Le management a confirmé son objectif de croissance annuelle du CA de 25% mais pas celui d'évolution de sa rentabilité (+25%).

* Air France KLM trébuche de près de 14%. Malgré un trafic toujours dynamique et la poursuite de l'amélioration du coefficient d'occupation en janvier, les investisseurs s'inquiètent de la stabilité de la recette unitaire après plusieurs mois de hausse. La détérioration sur le marché domestique français est notamment mise en avant par les analystes. Une menace de grève générale le 22 février couve par ailleurs au sein de la compagnie.

TechnipFMC plonge de 10,8% et accuse ainsi la plus forte baisse hebdomadaire sur le CAC40. Vallourec (-11,8%), Bourbon (-7,8%) et CGG (-5,6%) n'ont pas non plus été épargnés par la chute des cours de l'or noir.

* Bénéteau perd 10,6%. Les prévisions annuelles n'ont pas convaincu le marché, qui espérait un peu mieux. Les prises de profits continuent après les sommets historiques signés au milieu du mois de janvier.

* Korian se replie de 10,3%. Le groupe a publié des résultats annuels plutôt conformes aux attentes, mais ses prévisions ont beaucoup déçu les analystes.

Sanofi rend 9,7%. Les résultats 2017 sont en baisse, sans grande surprise. Le laboratoire compte sur ses dernières acquisitions pour retrouver cette année le chemin de la croissance, avec un objectif prudent de progression de 2 à 5% du bénéfice net. Les résultats du quatrième trimestre sont inférieurs aux attentes.

* Amundi (-9,4%), victime de prises de bénéfices. La maison de gestion a placé la barre à au moins 1,05 MdE de bénéfice net ajusté à l'horizon 2020, en marge de la publication de ses résultats 2017. Cela revient à dire que la société espère doubler ses profits par rapport à 2015. Un coupon de 2,50 euros sera proposé.

* Vinci rend 8,3% malgré une solide publication annuelle. Le groupe a dévoilé des résultats 2017 supérieurs aux attentes et s'est dit confiant pour 2018 malgré un ralentissement en vue du trafic autoroutier et aéroportuaire. Il anticipe ainsi une nouvelle progression de ses résultats cette année et a rehaussé son dividende 2017 de 16,7%, à 2,45 euros.

* Airbus redonne 5,3%. Au cours du premier mois de 2018, l'industriel a reçu 20 commandes et a livré 27 appareils. Au 31 janvier, il disposait en carnet d'environ neuf années de production sur la base des cadences actuelles. Le groupe sera particulièrement suivi la semaine prochaine avec la publication de ses résultats annuels (le 15 février).

* L'Oréal rend 5,1%. Le groupe a dégagé une croissance organique de ses ventes de 4,8% en 2017. Le bénéfice net hors exceptionnels se monte à 3,749 MdsE. Un dividende de 3,55 euros sera proposé. Bernstein note que les revenus ont dépassé les attentes mais que les marges et les résultats du second semestre sont conformes aux anticipations voire un peu courts. En outre, le groupe se tient prêt à racheter la part de son capital détenue par Nestlé, si le groupe suisse venait à la céder. "Nous disposons de ce qu'il faut pour le faire", a expliqué le PDG du géant des cosmétiques, Jean-Paul Agon, dans un entretien accordé au 'Financial Times.

* BNP Paribas recule de 4,8%. La banque considère que l'exercice 2017, le premier de son nouveau plan stratégique 2020, est conforme à ses attentes, malgré un contexte de taux et de marché peu favorable. Les résultats du dernier trimestre sont conformes aux attentes de la place au niveau du bénéfice net. Même si la banque a publié des comptes sans grand éclat, inférieurs au consensus sur certains indicateurs, les analystes se montrent relativement indulgents en évoquant l'importance des éléments non récurrents comme la hausse des coûts de transformation et restructuration ou celui sur les risques.

* Société Générale (-4,5%). Difficile de s'y retrouver dans les résultats 2017, tant les exceptionnels sont nombreux. Mais la banque a publié des revenus plus élevés que prévu au dernier trimestre, qui permettent d'éviter au résultat net publié de passer dans le rouge malgré les multiples charges de fin d'année. Le dividende de 2,20 euros est conforme aux attentes.

* Total (-3,5%). Portée par la hausse des cours du brut et de sa production, la major a pourtant dévoilé des résultats trimestriels en forte progression. Sur les trois derniers mois de 2017, la société enregistre un résultat net ajusté 2,872 Mds$, en hausse de 19%.

* Lagardère (-2,6%). Le groupe, en marge de ses revenus annuels, a confirmé l'objectif de croissance du Résop 2017, attendue entre + 5% et + 8% par rapport à 2016.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/02/2018

  Démission de Madame Nicole LOWE de son mandat d'administrateur   Suresnes - 19 février 2018 Madame Nicole Tinkham LOWE, qui travaillait à la direction…

Publié le 19/02/2018

Biocorp reprend la main sur ses systèmes Newseal et Carpseal

Publié le 19/02/2018

Le nouveau design de référence IoT basse consommation s'inscrit dans la stratégie de Kerlink d'accompagner les fabricants d'équipements, les fabricants d'objets électroniques et...

Publié le 19/02/2018

Gaussin Manugistique a signé deux contrats avec le Groupe Bolloré...

Publié le 19/02/2018

BURELLE SA Siège social : 19 boulevard Jules Carteret 69007 LYON Société anonyme au capital social de 27 799 725…

CONTENUS SPONSORISÉS