En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 378.25 PTS
-0.37 %
5 371.50
-0.45 %
SBF 120 PTS
4 299.13
-0.50 %
DAX PTS
12 545.25
-0.13 %
Dowjones PTS
25 028.46
-0.12 %
7 336.24
-0.19 %
1.170
-0.16 %

Marchés / bilan hebdomadaire : prises de bénéfices sur le CAC40

| Boursier | 719 | Aucun vote sur cette news

Semaine de prises de bénéfices sur le marché parisien à l'approche de la fin d'année...

Marchés / bilan hebdomadaire : prises de bénéfices sur le CAC40
Credits Reuters

Semaine de prises de bénéfices sur le marché parisien à l'approche de la fin d'année. Sur cinq séances, le CAC40 cède 0,92% à 5.349 points ce vendredi soir. Les décisions des trois banques centrales occidentales intervenues cette semaine ont dominé l'actualité même si la Fed, la Banque d'Angleterre et la Banque centrale européenne n'ont pas réservé de surprises aux investisseurs. Les opérations de fusion-acquisition de grosse envergure sont également revenues sur le devant de la scène cette semaine puisque Atos a lancé une offre OPA, avec le caractère désormais hostile, sur Gemalto tandis que Unibail-Rodamco va racheter son concurrent australien Westfield pour 24,7 milliards de dollars, dette incluse. A moindre échelle, TF1 va mettre la main sur Aufeminin.com.

ECO ET DEVISES

D'après le rapport gouvernemental américain, les ventes de détail du mois de novembre ont progressé de 0,8% en comparaison du mois antérieur, contre +0,3% de consensus de place. Les ventes 'core' (hors automobile) ont progressé quant à elles de 1% par rapport au mois précédent, contre +0,6% de consensus. Enfin, hors automobile et essence, les ventes de détail de novembre se sont affichées en hausse de 0,8%, contre un consensus de +0,4%.

D'après la Fed, la production industrielle américaine pour le mois de novembre a progressé de +0,2% en comparaison du mois antérieur, contre un consensus de +0,3%. La production manufacturière est également en hausse de +0,2%, contre 0,3% de consensus. Enfin, le taux d'utilisation des capacités de production est ressorti à 77,1%, contre 77,2% de consensus.

L'indice manufacturier "Empire State" de la Fed de New York est ressorti à 18 en novembre, en ligne avec le consensus de place, contre un niveau de 19,4 rapporté un mois auparavant.

La croissance continue d'accélérer en décembre dans le secteur privé de la zone euro comme en attestent les indices PMI flash. L'Indice PMI Flash Composite de l'activité globale s'inscrit ainsi à 58 (57,5 en novembre), au plus haut depuis février 2011. Le consensus attendait un indice à 57,2. L'indice PMI flash relatif à l'activité dans les services atteint pour sa part 56,5 (56,2 en novembre), au plus haut depuis 80 mois, et supérieur aux attentes du marché (56,1). Enfin, l'indice PMI Flash de l'industrie manufacturière ressort à 60,6 (60,1 en novembre), au plus haut historique.

Indice ZEW mitigé en décembre en Allemagne. L'indice ressort à 17,4 points après 18,7 en novembre, et contre 18 de consensus. L'indice relatif à la situation actuelle s'établit en revanche à 89,3 contre 88,8 le mois précédent et 88,5 de consensus.

L'Indice Flash Composite IHS Markit de l'activité globale en France atteint 60 en décembre et ne se replie ainsi que très légèrement par rapport au 60,3 de novembre. Il signale l'une des plus fortes expansions mensuelles du secteur privé depuis le lancement de l'enquête en mai 1998.

Les prix à la consommation ont augmenté de 0,1% en France en novembre, comme en octobre. Cette progression s'explique notamment par une accélération des prix de l'énergie et une hausse de ceux du tabac. Les prix des services et ceux des produits manufacturés se replient légèrement. Ceux de l'alimentation ralentissent nettement du fait du recul des prix des produits frais qui avaient fortement rebondi en octobre, précise l'Insee. L'indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) croît également au même rythme qu'en octobre (+0,1%). Sur un an, il augmente de +1,2% comme le mois précédent.

Sur le marché des changes, l'euro vaut désormais 1,178$, quasi stable sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s'affiche à environ 57,3$ et le Brent ressort à 63,3$. L'once d'or s'échange autour des 1.254 dollars (+0,7%).

LES VALEURS

* Gemalto flambe de 44% alors que le spécialiste de la sécurité numérique fait l'objet d'une OPA de la part d'Atos à hauteur de 46 euros par action, dividende attaché, représentant une valeur totale des fonds propres d'environ 4,3 milliards d'euros. Une proposition rejetée par Gemalto... Une source bien informée a laissé entendre à Bloomberg ce vendredi que des dirigeants de Gemalto ne seraient pas opposés à la discussion.

* Aufeminin.com s'envole de 45% suite à l'offre du groupe TF1 pour reprendre la participation (78,4% du capital) du groupe Axel Springer au prix de 38,74 euros. Une fois cette acquisition réalisée, TF1 déposera une offre publique d'achat obligatoire simplifiée au même prix sur le solde du capital. La finalisation de la transaction pourrait intervenir dans le courant du 1er semestre 2018.

* Abivax bondit de 8%. Le laboratoire a annoncé que les résultats initiaux de la première cohorte de patients traités par ABX464-005 en phase IIa montrent une réduction statistiquement significative du réservoir viral du VIH dans le sang chez les participants et confirment la réduction du réservoir de VIH.

* Compagnie des Alpes grimpe de 11,3%. Il faut remonter au 1er décembre pour voir la valeur clôturer dans le rouge. L'action reste portée par la publication des résultats annuels de la société qui ont fait ressortir une sensible amélioration de l'exécution opérationnelle, notamment dans les Destinations de Loisirs.

* GTT prend 7,6% après avoir remporté plusieurs contrats cette semaine.

* LafargeHolcim gagne 2,7%. Le conseil d'administration du cimentier va modifier en profondeur son organisation, en vue de la rendre "plus agile" et "davantage tournée vers les marchés", explique-t-il dans un communiqué. Dans le nouveau schéma, "les pays auront la responsabilité de leurs résultats, tout en mettant un accent plus important sur le développement et l'exécution de stratégies de marché gagnantes". Les trente principaux pays rapporteront directement au comité exécutif et les fonctions business globales seront rassemblées sous une direction unique. Le comité exécutif ne comprendra plus que neuf membres, contre dix actuellement. Les modifications interviendront dès le 1er janvier prochain.

A l'inverse, EDF chute de 7,2%. La firme sera bien en mesure de délivrer un Ebitda compris entre 13,4 et 14 milliards d'euros en 2017, a fait savoir le groupe ce matin. En revanche, et "suite aux différents aléas de production des dernières semaines", l'énergéticien ne parviendra pas à tenir l'objectif de production nucléaire de 383 à 387 TWh. Le bilan sera au final "légèrement" inférieur à cette fourchette déjà plusieurs fois réduite cette année, puisqu'EDF avait à l'origine mis le curseur à 390 à 400 TWh de production nucléaire (et entre 13,7 et 14,3 MdsE d'Ebitda). Plusieurs avertissements ont émaillé l'année.

* Unibail-Rodamco perd 5,5%. Le groupe brigue désormais le titre de numéro un mondial des centres commerciaux, avec le rachat de l'australien Westfield Corporation, présent aux Antipodes mais surtout au Royaume-Uni et aux Etats-Unis. L'opération divise néanmoins la communauté financière comme en attestent les nombreux commentaires publiés par plusieurs bureaux d'analyses ces derniers jours.

* Nexans se replie de 8,5%, victime de plusieurs notes d'analystes après la présentation de son plan stratégique à horizon 2022. Barclays notamment a ramené sa recommandation de surpondérer à pondération en ligne, pour un objectif réduit de 61 à 54 euros, ce qui explique l'accès de faiblesse.

* Airbus (-2,9%). La grande purge a démarré chez l'avionneur, comme les dernières rumeurs le laissaient penser. Mais le grand ménage ne commencera pas par Tom Enders, qui conservera les commandes jusqu'au terme de son mandat actuel, en avril 2019. En revanche, et comme les derniers bruits de couloirs le laissaient penser, Fabrice Brégier ne passera pas l'hiver. Le bras droit d'Enders et patron opérationnel du groupe va démissionner en février prochain et sera remplacé par l'actuel CEO de la filiale Airbus Helicopters, Guillaume Faury. Ces décisions spectaculaires ont été prises hier par le conseil d'administration, pour "garantir une succession ordonnée du leadership exécutif d'Airbus". Une façon pudique d'évoquer un grand coup de balai.

* Worldline cède 7,3%, alors que certains opérateurs pensent que les ambitions de croissance externe du groupe seront contrariées par la proposition de rachat de Gemalto formulée par la maison-mère Atos...

*Carrefour rend 3,4%. Selon un article publié par 'Le Figaro', la CGT est déterminée à "pourrir" le Noël du distributeur, en organisant des mobilisations en magasins les 22, 23 et 24 décembre prochain, notamment dans des hypermarchés emblématiques. En période de fêtes, ces actions peuvent évidemment avoir des conséquences néfastes sur ces temples de la consommation. FGTA-FO, le syndicat majoritaire, a prévu d'être moins virulent, du moins d'ici la fin de l'année. Son représentant ne veut pas ajouter aux difficultés de l'enseigne, car "c'est une erreur de croire que les gens sont prêts à détruire leur outil de travail sans savoir vraiment ce qui les attend". Les deux centrales se rejoignent en revanche sur un point : Alexandre Bompard, PDG depuis l'été, n'a pas intérêt à refuser le dialogue en vue de l'annonce de son plan stratégique le 23 janvier.

* Ubisoft trébuche de 4,3%, victime de prises de profits appuyées. Depuis le sommet touché à 71,10 euros en clôture le 8 novembre, certains actionnaires ont lancé des prises de bénéfices sur un dossier qui avait gagné, à cette date, 103,5% depuis le 1er janvier.

* Safran perd 3,3%. Dassault Aviation a enterré hier son programme de bimoteur Falcon 5X, qui aurait dû entrer en service en 2016 mais dont le développement avait pris tant de retard que l'appareil avait réalisé son vol inaugural en juillet dernier avec des moteurs non-définitifs. Un échec dû aux réacteurs Silvercrest de Safran, qui n'ont jamais atteint les performances prévues.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/07/2018

Le titre en forte hausse avant le point semestriel

Publié le 23/07/2018

A 08h45 en FranceIndice du climat des affaires de juillet.A 09h00 en FranceIndice flash des directeurs d'achats (PMI) Composite de juillet.A 09h30 en AllemagneIndice flash des directeurs d'achats…

Publié le 23/07/2018

EDENREDLe spécialiste des services prépayés pour les salariés détaillera ses résultats du premier semestre.ERAMETLe groupe minier communiquera ses résultats du premier semestre.LVMHLe n°1…

Publié le 23/07/2018

C’est désormais officiel. La Commission européenne a ouvert une enquête approfondie afin d'apprécier le projet d'acquisition de Gemalto par Thales au regard du règlement de l'Union européenne…

Publié le 23/07/2018

Recovery à jouer ?