5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC fléchit de 1%, de retour sur les 5.300 pts

| Boursier | 132 | Aucun vote sur cette news

Une semaine de consolidation pour la place parisienne

Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC fléchit de 1%, de retour sur les 5.300 pts
Credits Reuters

La semaine s'est révélée morose sur les places financières. Les publications du troisième trimestre sont ressorties mitigées dans l'ensemble sur la cote parisienne, provoquant quelques dégagements sélectifs, sur certains dossiers qui avaient d'ailleurs parfois beaucoup progressé. Sur cinq séances, le CAC 40 s'affiche en retrait d'environ 1,1%, de retour dans la zone des 5.300 pts. L'indice phare parisien cède 0,32% ce soir à 5.319 pts.

Wall Street affiche une semaine également hésitante. Le DJIA s'affiche pratiquement inchangé, alors que le Nasdaq parvient à une modeste hausse, aidé notamment par Cisco et ses solides résultats. Les investisseurs restent préoccupés par la réforme fiscale américaine.

Une étape notable a été franchie, puisque la Chambre des représentants a adopté hier un package de mesures, dans l'esprit des promesses de Donald Trump. Est notamment prévue, une réduction du nombre de tranches d'imposition de 7 à 4 pour les Américains, et une baisse de 35 à 20% du taux d'imposition des entreprises. Mais un panel du Sénat propose de son côté sa propre version, compliquant la validation d'une nouvelle législation.

Après la saison des résultats trimestriels outre-Atlantique, la semaine prochaine devrait se révéler relativement calme, les marchés étant d'ailleurs fermés jeudi aux Etats-Unis pour Thanksgiving. La cote américaine ne rouvrira d'ailleurs que pour une moitié de séance vendredi.

LES VALEURS

Vivendi (+8% sur la semaine). Le groupe a annoncé hier 8,62 MdsE de revenus sur neuf mois, en progression de 4,1% sur une base constante, pour un résultat opérationnel ajusté de 645 ME, en retrait de -8,6% sur une base comparable en glissement annuel. Le bénéfice net ajusté ressort à 593 ME, en baisse de -5,2%. Vivendi a confirmé viser cette année une croissance de plus de 5% de son chiffre d'affaires et un résultat opérationnel ajusté en progression d'environ 25%. Ces objectifs sont donnés avant intégration d'Havas. Dans le détail, UMG est attendu sur une croissance d'environ 10% de ses ventes et sur un résultat opérationnel ajusté en progression d'environ 20%. Canal + devrait générer autour de 350 ME de résultat opérationnel ajusté, entre 240 ME en 2016.

Le groupe a aussi annoncé qu'il n'a pas l'intention de lancer d'OPA sur Ubisoft dans les six prochains mois, mais juge toujours que le secteur est stratégique. Sa plus-value latente sur ce dossier est colossale, puisqu'elle dépasse le milliard d'euros.

Bolloré (+7% sur cinq jours) a publié son information financière du troisième trimestre. A périmètre et taux de change constants, le chiffre d'affaires du troisième trimestre 2017 du groupe est en progression de 5% à 5,18 MdsE. Cette évolution intègre principalement la croissance de 10% de l'activité transport et logistique, la progression de 10% de l'activité logistique pétrolière, ainsi que la progression des activités communication (+2%) et la hausse du stockage d'électricité et solutions (+2%).

En données publiées, le chiffre d'affaires progresse de 115% compte tenu d'un effet de périmètre de 2,59 MdsE correspondant à l'intégration globale de Vivendi sans la contribution de Havas déjà intégré globalement dans les comptes Bolloré de 2016. Les variations de devises ont un effet négatif de 60 millions d'euros sur le chiffre d'affaires du troisième trimestre 2017.

A périmètre et taux de change constants, le chiffre d'affaires à fin septembre 2017 est en hausse de 5% à 12,23 MdsE. En données publiées, il augmente de 66%, en raison des variations de périmètre principalement liées à l'intégration de Vivendi, et d'un effet de change négatif de 83 millions d'euros.

Ingenico (+6% sur la semaine). Ingenico a annoncé cette semaine la finalisation de l'acquisition de la société Bambora, après avoir obtenu l'aval des autorités réglementaires et antitrust concernées. Cette acquisition doit permettre d'accélérer le développement de la division Retail, grâce à un accès direct aux PME dans les pays nordiques, et de s'appuyer sur le succès du modèle Bambora pour le déployer sur de nouveaux marchés.

Bouygues (+5% sur cinq jours). La direction a confirmé les perspectives de hausse de la rentabilité cette année, avec la bonne orientation dans le BTP et la révision en hausse de l'objectif de marge d'Ebitda chez Bouygues Telecom, qui se situera entre 26% et 27% (contre "légèrement supérieur à 25%" précédemment). Par ailleurs, environ 220 ME de produits non courants liés à Cellnex sont attendus sur 2017. Enfin, TF1 devrait réaliser 25 à 30 ME d'économies récurrentes dès cette année, ce qui accentuera le redressement de ses résultats. La filiale médias devrait maintenir, sur la période 2017-2019, le coût annuel moyen des programmes à 980 ME pour les cinq chaînes gratuites et devrait améliorer sa profitabilité, avec un objectif de taux de marge opérationnelle courante à deux chiffres en 2019. Enfin, Bouygues Telecom confirme son objectif de 300 ME de cash-flow libre à horizon trois ans.

Elior Group (-16% sur cinq séances). Elior a révisé ses perspectives de rentabilité pour l'exercice 2016-2017. Le groupe anticipe désormais pour l'exercice 2016-2017 :
- une croissance publiée d'environ 8,9% ;
- une croissance organique d'environ 3,6% hors effet des sorties volontaires de contrats dont l'impact est estimé à 130 points de base ;
- un taux de marge d'Ebitda retraité de 8,3% (incluant 5 points de base d'effet dilutif des acquisitions réalisées au cours de l'exercice), correspondant à une croissance proche de 6% de l'Ebitda retraité par rapport à l'exercice 2015-2016.
L'objectif de croissance significative du résultat net par action ajusté ne sera pas réalisé.

Cette actualisation reflète principalement les coûts de démarrage de nouveaux contrats, les conséquences du passage de l'ouragan Irma en septembre sur l'activité, ainsi que la moindre contribution des plans d'actions et d'économies dont les bénéfices étaient attendus au quatrième trimestre. Le conseil d'administration a par ailleurs prévu, lors de sa séance du 5 décembre prochain, de nommer Philippe Guillemot au poste de directeur général d'Elior Group.

EDF (-13% sur la semaine). L'énergéticien a publié en début de semaine ses résultats sur neuf mois, juste après avoir alerté sur ses objectifs 2018. Les comptes sont ressortis légèrement inférieurs aux attentes de Natixis, qui reste neutre avec une valorisation de 9,50 euros. Le bureau d'études a surtout noté les commentaires effectués lors de la conférence téléphonique, notamment celui tenant à la limitation de ses perspectives de rentabilité par le mécanisme de l'Arenh. "A travers les réponses du groupe nous comprenons que sa stratégie de ventes à terme couvre une période de deux ans", explique l'analyste, ce qui signifie que la remontée des prix de gros n'aura pas d'impact positif avant 2019, si la production se redresse.

Si l'énergéticien "confirme un rebond marqué de l'EBITDA 2018 par rapport à 2017", les vents contraires souffent toujours sur le groupe, donc les objectifs ne seront pas respectés l'année prochain.

Pour expliquer son avertissement initial, la direction citait l'érosion de la consommation d'électricité en France, avec une baisse des volumes acheminés en 2018 de l'ordre de -0,3%, selon Enedis. A cela s'ajoutent une moindre disponibilité de certaines tranches nucléaires au début de l'année à venir et une baisse de la rémunération de la capacité au Royaume-Uni. Pour couronner le tout, les investissements vont s'accélérer dans les énergies renouvelables, l'entretien du parc nucléaire et le réseau de distribution, ce qui portera l'enveloppe à 11 MdsE contre 10,5 MdsE projeté. Pour compenser, EDF va renforcer son plan de performance au niveau des dépenses de fonctionnement (OPEX), avec un objectif d'économies porté à 800 ME en année pleine en 2018 contre 700 ME projetés (par rapport à 2015). En outre, le plan de cessions de 10 MdsE qui devait se terminer en 2020 sera achevé en quasi-totalité fin 2018.

TechnipFMC (-9% sur cinq jours). Le titre a encaissé l'abaissement de la recommandation de Goldman Sachs d'achat à neutre, pour un objectif de cours inchangé voisin de 25,78 euros. Mais la banque américaine n'est pas la seule à avoir changé son opinion sur l'action. Bernstein ayant ramené son objectif de cours de 20 à 19 euros en début de semaine, sur un dossier qui figure en avant-dernière position du palmarès des 10 valeurs du secteur suivies actuellement par le bureau d'études. Pour le spécialiste, le dossier offre de belles perspectives à long terme, mais le risque sur le court terme est plus élevé que jamais. Hormis le coup de pouce des cours pétroliers, l'action n'a pas beaucoup de soutiens, car l'analyste pense que le résultat 2018 et 2019 constitueront de cruelles déceptions pour les investisseurs. Bernstein est assez sévère vis-à-vis du dossier, puisqu'il indique que le modèle intégré prôné par Technip et FMC paraît peu efficace à ce stade du cycle...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Le Conseil d'Etat a confirmé que la mise en œuvre du contrat d'itinérance (partage de réseaux) entre Orange et Iliad, en date de 2012, n'a pas eu "des effets anticoncurrentiels sur le marché de…

Publié le 15/12/2017

  Cooptation de nouveaux Administrateurs indépendants au Conseil d'Administration de Fnac Darty     Suite aux départs d'Alexandre Bompard, de Marie Cheval et…

CONTENUS SPONSORISÉS