Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 559.57 PTS
-0.56 %
5 553.00
-0.59 %
SBF 120 PTS
4 415.62
-0.64 %
DAX PTS
13 873.97
-0.24 %
Dow Jones PTS
30 996.98
-0.57 %
13 366.40
-0.29 %
1.217
+0. %

Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC 40 s'affirme sur les 5.500 pts

| Boursier | 600 | Aucun vote sur cette news

Vaccins et plan de relance en renfort

Marchés / bilan hebdomadaire : le CAC 40 s'affirme sur les 5.500 pts
Credits Reuters

La cote parisienne s'est bien comportée cette semaine, soutenue notamment par l'action des banques centrales, ou encore les espoirs liés aux vaccins ou au plan de relance américain. L'indice phare parisien, le CAC 40, a pris 0,3% sur cinq jours et se maintient ce vendredi soir sur la barre des 5.500 pts malgré une consolidation de fin de semaine (-0,4% ce vendredi à 5.528 pts). Les opérateurs n'ont pas vraiment réagi aux échos souvent contradictoires relatifs aux négociations du Brexit. L'euro termine la semaine à 1,223$. Le baril de brut WTI s'affiche sur les 49$ et le Brent vers les 52$.

La campagne de vaccination contre le Covid-19 approche, avec le feu vert des autorités européennes attendu mercredi prochain. En France, où le président Macron vient d'être testé positif au virus, les pensionnaire des Ehpad seront prioritaires. Si comme c'est probable, l'agence européenne du médicament (EMA) donne son feu vert au vaccin de Pfizer et BioNTech à l'issue de sa réunion du 21 décembre, la vaccination débutera le 27 décembre. "Les 27, 28 et 29 décembre, la vaccination débutera à travers l'Union européenne. Nous protégeons nos citoyens. Nous sommes plus forts ensemble", a écrit Ursula von der Leyen, présidente de la Commission Européenne, sur Twitter.

Sous la pression des gouvernements, l'EMA a avancé au lundi 21 décembre l'examen du dossier du vaccin de Pfizer et BioNTech, déjà autorisé et utilisé au Royaume-Uni, aux Etats-Unis et au Canada. Si l'EMA approuve le vaccin, la Commission devra ensuite l'approuver après consultations avec les Etats membres. Selon un haut responsable de la Commission cité par Reuters, cette approbation définitive pourrait intervenir dès mercredi prochain. Dans cette optique, les livraisons au départ des sites de production de vaccins situés en Belgique et en Allemagne doivent débuter dès samedi, a-t-il précisé.

L'Union européenne continue de muscler ses commandes de vaccin afin d'assurer un approvisionnement suffisant pour sa population. D'une part, l'UE a indiqué qu'elle allait faire valoir son option d'achat pour 100 millions de doses supplémentaires du vaccin de Pfizer et de son associé allemand BioNTech. D'autre part, l'UE a conclu ses discussions préliminaires avec la société américaine Novavax (actuellement en phase 3 de son essai clinique) pour obtenir jusqu'à 200 millions de doses de son candidat vaccin. Le contrat envisagé prévoit la possibilité pour les Etats membres d'acheter 100 millions de doses avec une option d'achat pour 100 millions de doses supplémentaires. Enfin, l'UE a exercé une option sur une commande de 80 millions de doses supplémentaires du vaccin de Moderna. Avec cette option, l'UE a commandé au total 160 millions de doses à l'Américain. Les premières livraisons sont prévues pour début 2021. Le vaccin devrait recevoir une autorisation d'urgence de l'Agence européenne des médicaments, espère le laboratoire.

Les investisseurs préfèrent donc ignorer la propagation du virus ou son impact sur l'activité et se concentrer sur l'actualité plus favorable des vaccins. Pourtant, le dernier bilan fait frémir, puisque selon l'Université Johns Hopkins, le nombre de cas confirmés du nouveau coronavirus depuis le début de l'épidémie dépasse désormais les 75 millions à l'échelle mondiale, dont 17,2 millions aux Etats-Unis, près de 10 millions en Inde et plus de 7 millions au Brésil. Le virus a fait 1,66 million de morts dans le monde depuis son émergence, dont plus de 310.800 aux USA.

La cote américaine a inscrit pourtant de nouveaux records cette semaine, au plus haut dans l'attente du plan de relance du Congrès, le DJIA évoluant sur les 30.000 pts et le Nasdaq à plus de 12.700 pts.

Concernant le Brexit, le doute est mis après une conversation téléphonique entre le Premier ministre britannique Boris Johnson et Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne. Johnson a indiqué en effet que le 'no deal' restait l'hypothèse la plus probable, certains problèmes subsistant. Von der Leyen a mentionné des progrès, mais reconnu également des divergences persistantes.

A propos des tensions sino-américaines, l'administration Trump pourrait bien placer plus de compagnies chinoises, dont SMIC, sur la liste des entités du Département au Commerce visant des industries clés. Reuters croit savoir que les USA pourraient ajouter environ 80 compagnies à la liste, pratiquement toutes chinoises... Pendant ce temps, les liens économiques entre la Chine et l'Union Européenne se resserrent en revanche, et l'UE aurait conclu comme pressenti un accord de principe avec Pékin sur l'investissement.

Le catalyseur positif majeur demeure donc celui du plan de relance de l'activité outre-Atlantique. L'optimisme reste élevé concernant la perspective de ce package fiscal de stimulus. Les vaccins constituent l'autre moteur des marchés, avec une très probable approbation de celui de Moderna aux Etats-Unis puis en Europe. Ainsi, un panel consultatif de la FDA a recommandé comme prévu d'accorder l'autorisation d'utilisation d'urgence au candidat vaccin de Moderna contre le Covid-19.

Les investisseurs ont les yeux tournées vers le Congrès américain, où les négociateurs se sont montrés optimistes mercredi sur l'adoption d'un nouveau plan de soutien à l'économie américaine. Le plan de 900 milliards de dollars, élaboré par un groupe de sénateurs démocrates et républicains, prévoirait le versement d'une aide directe aux particuliers ainsi que d'indemnités de chômage technique. En revanche, il n'inclurait pas d'aide aux Etats ni aux municipalités, et ne serait assorti d'aucune garantie concernant la responsabilité des entreprises. Les discussions avaient bloqué ces derniers jours sur ces deux derniers sujets, les Républicains refusant d'approuver des aides directes aux Etats et collectivités, et exigeant des garanties pour les entreprises poursuivies en justice dans le cadre de la pandémie de Covid-19.

Le texte devrait être adopté en même temps que le projet de financement de l'Etat de 1.400 Mds$, qui doit être adopté avant ce vendredi minuit, faute de quoi, certaines administrations fédérales ne serait plus financées et devraient cesser de fonctionner ("shutdown").

A l'issue des dernières négociations, les leaders du Congrès ont paru optimistes. Mitch McConnell, le chef de file des Républicains du Sénat (dont le soutien est crucial) a déclaré que "nous sommes de plus en plus proches d'y arriver. Je suis optimiste, nous arriverons à une décision bientôt", a-t-il ajouté, alors qu'il s'était opposé jusqu'à présent au propositions qui lui étaient soumises.

Face à la crise sanitaire, le Congrès américain a déjà adopté environ 3.000 Mds$ d'aides aux particuliers et aux entreprises, dont un plan massif de 2.200 Mds$ voté en mars dernier, le CARES Act. Cependant, la plupart des programmes d'aide prendront fin le 31 décembre, ce qui priverait notamment 12 millions de personnes d'indemnités de chômage et mettrait aussi fin aux moratoires sur les crédits et loyers...

Mercredi soir, la Réserve fédérale américaine n'a pas modifié sa politique monétaire, mais elle s'est efforcée de rassurer les marchés sur le maintien d'un soutien massif jusqu'à ce que l'économie américaine ait surmonté la crise sanitaire actuelle. La Fed conservera ses taux directeurs proches de zéro au moins jusqu'à la fin 2023, et continuera ses achats d'actifs au rythme actuel tant que l'économie ne sera pas pleinement rétablie.

La Fed a aussi revu en légère hausse ses prévisions de croissance, même si son président, Jerome Powell, a rappelé que des incertitudes subsistent sur l'évolution de la situation sanitaire, malgré l'espoir que représente la campagne de vaccination qui a démarré cette semaine aux Etats-Unis. Powell a précisé que la banque centrale pourrait accroître encore son soutien, si nécessaire. "Nous continuons de penser que la politique actuelle est appropriée", mais "nous avons la flexibilité pour fournir davantage de mesures accommodantes... Et nous sommes conscients que les circonstances pourraient évoluer", a-t-il ajouté.

Valeurs en hausse

Neoen prend 12% sur la semaine.

Alten gagne 9% sur cinq jours, le secteur ayant profité cette semaine de la publication robuste d'Accenture.

Rexel monte de 9% sur cinq séances. SocGen est en effet passée à l''achat' sur le dossier avec un objectif porté de 11,4 à 15 euros.

Fnac Darty progresse de 8% sur la semaine. Ceconomy, son principal actionnaire, a annoncé le rachat des 22% qu'il ne détenait pas encore dans MediaMarketSaturn auprès du groupe Convergenta. Une opération de 815 ME dont seulement 130 ME seront payés en cash.

Eurofins Scientific s'adjuge 7% sur cinq jours. Le groupe a revu en hausse ses objectifs financiers 2020, lesquels avaient été fixés le 4 mars 2020, avant que les perturbations du Covid-19 ne commencent en Europe et en Amérique du Nord et étaient restés inchangés depuis...

Eramet grimpe de 7%. Le groupe minier s'est associé avec BASF en vue d'évaluer le développement d'une production de nickel-cobalt raffinés destiné au marché en croissance des véhicules électriques.

Nexity s'adjuge 6% sur la semaine. Nexity a validé les orientations d'un plan stratégique réactualisé, dont l'objectif est de préparer le groupe à saisir les opportunités de croissance qu'ouvre la période en capitalisant sur ses points forts. Nexity a confirmé les perspectives 2020 et 2021, annoncées le 28 octobre dernier à l'occasion de la publication du chiffre d'affaires 9 mois.

Korian avance de 7%. Le groupe Korian a confirmé l'acquisition définitive d'Inicea auprès d'Antin Infrastructure Partners après avoir obtenu les autorisations nécessaires en matière réglementaire et en droit de la concurrence.

Vivendi prend 5% sur la semaine, au plus haut de 13 ans. Le Consortium mené par Tencent se renforce au capital d'Universal Music Group. Vivendi a annoncé ce matin que le Consortium a exercé l'option dont il disposait depuis le 31 décembre 2019 à la suite de l'acquisition de 10% du capital d'UMG. Cette option lui permettait de prendre, sur la même base de valorisation (soit une valeur d'entreprise de 30 MdsE), jusqu'à 10% supplémentaires du capital du label de musique américain jusqu'au 15 janvier 2021.

Publicis s'adjuge 5%. Dans une étude consacrée au secteur à la suite de la présentation par la Commission européenne de deux projets de directives (DSA & DMA) concernant le numérique et les plateformes mondiales, Oddo BHF affirme que cette nouvelle réglementation participera à une inflexion structurelle pour les agences.

Nexans avance de 5%. Nexans va jouer un rôle clé dans la transition énergétique du Royaume-Uni en fournissant, dans le cadre d'un contrat d'environ 20 millions d'euros, des câbles spécialisés, destinés à la nouvelle centrale nucléaire de Hinkley Point C.

Valeurs en baisse

Genfit décroche de 10% sur la semaine.

Air France-KLM tombe de 8% avec le secteur. Air France-KLM, Delta Air Lines et Virgin Atlantic pourraient approfondir leur coopération avec Alitalia, notamment par le biais de leur alliance commerciale, a indiqué le transporteur franco-néerlandais. Une déclaration transmise à 'Bloomberg' qui intervenait au lendemain de l'annonce de Fabio Lazzerini, le futur patron de la nouvelle Alitalia. Ce dernier a affirmé être en pourparlers sur une possible alliance commerciale avec Air France KLM et la Lufthansa.

Elior abandonne 8% sur cinq jours. CGG rend 6% sur la semaine. Tarkett abandonne 6%.

Saint-Gobain recule de 5% sur la semaine. Plusieurs analystes expliquent cette chute par l'exposition du groupe à Celotex, dont les matériaux d'isolation ont été utilisés dans la tour Grenfell à Londres, dont l'incendie a fait 72 morts.

Airbus abandonne 4% sur la semaine, alors que Jefferies a dégradé le titre du géant de l'aéronautique à 'conserver' malgré un objectif rehaussé de 80 à 90 euros. Le broker estime qu'il faudra du temps au groupe pour se remettre complètement de la pandémie, dans un contexte de forte concurrence avec son rival Boeing et d'efforts supplémentaires à fournir pour réduire les émissions de CO2.

Total fléchit de 4%. Orange régresse de 4% également, comme Sanofi, Sodexo ou Klépierre.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2021

La Société des Bains de Mer a réalisé vendredi soir son point d’activité du troisième trimestre 2020-2021 (octobre-décembre). Ainsi, la société et ses filiales ont enregistré un chiffre…

Publié le 22/01/2021

Le CAC40 a terminé en repli de 0,56% ce vendredi, de retour à 5...

Publié le 22/01/2021

L'action Intel replonge vendredi de près de 9% après les premières déclarations de son nouveau directeur général, qui ont pris les marché à contre-pied...

Publié le 22/01/2021

BIGBEN INTERACTIVELe groupe spécialisé dans la distribution d'accessoires pour consoles et de jeux vidéo publiera son chiffre d'affaires du troisième trimestre.LUMIBIRDLe spécialiste des…

Publié le 22/01/2021

Alstom a signé un protocole d'accord avec le Gouvernement de la Serbie en vue de la construction de la phase 1 de la première ligne du futur métro de...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne