En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.175
+0.00 %

Marchés / bilan hebdomadaire : l'envie de voir plus haut

| Boursier | 291 | Aucun vote sur cette news

Le CAC40 a repris sa marche en avant cette semaine, s'adjugeant 1,55% sur cinq séances, à 5...

Marchés / bilan hebdomadaire : l'envie de voir plus haut
Credits Reuters

Le CAC40 a repris sa marche en avant cette semaine, s'adjugeant 1,55% sur cinq séances, à 5.399 points ce vendredi soir. La nette avancée du projet de réforme fiscale de l'administration Trump a soutenu les indices en début de semaine alors que les statistiques économiques ont confirmé la bonne santé de l'économie de la zone euro en cette fin d'année. Le secteur bancaire a pris le relais ce vendredi après la signature d'un accord sur les normes de solvabilité "Bâle III", moins contraignantes que redouté, et dont l'entrée en vigueur sera progressive sur les dix prochaines années. L'accord arraché tôt ce vendredi matin entre Londres et Bruxelles sur le Brexit a également été bien accueilli puisqu'il va permettre la poursuite des négociations entre les deux parties.

Le regain de tensions géopolitiques suite à la décision unilatérale de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale israélienne ne semble pour le moment pas réellement inquiéter les opérateurs. Ce point hebdomadaire ne serait pas complet sans un mot sur le bitcoin qui continue à faire couler beaucoup d'encre. Simple phénomène de mode ou devise du futur, les débats sont encore intenses sur la reine des crypto-monnaie dont le cours a franchi cette semaine la barre des 17.000 dollars, soit 7.000$ de plus que vendredi dernier... Comme disait Johnny Hallyday en hommage à Bécaud, "Et maintenant"?

ECO ET DEVISES

D'après le Département américain au travail, les créations de postes non-agricoles du mois de novembre sont ressorties au nombre de 228.000 aux États-Unis, contre un consensus de 190.000 et une lecture révisée (en baisse) à 244.000 pour le mois antérieur. Le taux de chômage américain se maintient quant à lui à 4,1%, en ligne avec les attentes des économistes de la place. Les créations de postes dans le privé sont ressorties au nombre de 221.000 en novembre, dépassant facilement le consensus. Le taux de participation à la force de travail ressort globalement à 62,7%.

L'indice préliminaire du sentiment des consommateurs américains mesuré par l'Université du Michigan pour le mois de décembre est ressorti à 96,8, contre 98,8 de consensus de place et 98,5 pour sa lecture antérieure.

L'indice Markit PMI final des services américains pour le mois de novembre est ressorti à 54,5, contre 54,7 de consensus de place et 54,7 également pour la lecture flash. L'indicateur était logé à 55,3 en octobre.

Le PIB, corrigé des variations saisonnières, a progressé de 0,6% dans la zone euro au troisième trimestre après avoir augmenté de 0,7% au trimestre précédent. Une évolution en ligne avec les attentes. En glissement annuel, la croissance atteint 2,6% après +2,4% au deuxième trimestre et contre une hausse de 2,5% anticipée par les économistes.

Les ventes au détail, corrigées des variations saisonnières, ont diminué de 1,1% dans la zone euro en octobre, selon les estimations d'Eurostat. Le consensus tablait sur un repli de 0,7%. En septembre, elles avaient progressé de 0,8%. Sur un an, les ventes affichent une hausse limitée à 0,4% contre +4% le mois précédent et +1,5% attendu.

Sur le marché des changes, l'euro vaut désormais 1,176$, en recul de 1,2% sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s'affiche à environ 57,4$ et le Brent ressort à 63,2$. L'once d'or s'échange autour des 1.246 dollars (-2,7%).

LES VALEURS

* Crédit Agricole (+4,6%), Société Générale (+4,7%) et BNP Paribas (+3,5%). Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, a estimé que l'accord obtenu par le Comité de Bâle sur les règles dites "Bâle III" est le meilleur possible pour la France et pour l'Europe. La nouvelle réglementation vise notamment à obliger les établissements financiers à disposer des fonds propres suffisants pour faire face à des tempêtes financières, après les enseignements de la crise des subprimes. Les nouvelles normes sont moins contraignantes qu'anticipé par le marché.

* Tarkett avance de 6,4%. Bryan Garnier sort du bois en initiant la couverture du dossier avec une recommandation "achat" et une valorisation théorique de 40 euros : "Le momentum nous semble particulièrement opportun, alors que le groupe a perdu environ 25% depuis ses plus hauts début juin, pénalisé par une série d'infortunes : pression du dollar, inflation des coûts des matières premières, départ du CEO, amende de l'anti-trust, marché de la moquette commerciale US mal orienté", estime le broker.

* Derichebourg s'adjuge 5,7% après la confirmation d'une forte hausse des résultats annuels. Le groupe a amélioré de 70% son Ebitda au terme de l'exercice 2016/2017. Le bénéfice net passe de 12,9 à 76 ME. Un dividende de 0,14 euro sera proposé.

* Dassault Aviation (+5,3%). Emmanuel Macron n'est pas reparti les mains vides du Qatar. Outre les 12 Rafales commandés à Dassault Aviation, ou encore l'accord d'exploitation et de maintenance du métro de la capitale avec la SNCF et la RATP, l'émirat s'est également engagé sur 50 Airbus A321neo équipés de moteurs CFM. L'accord comprend 30 appareils en option.

* Rémy Cointreau prend 5,3%. Le groupe de spiritueux va intégrer le STOXX 600, l'indice large européen le plus utilisé par les professionnels.

* Air France KLM gagne 4,2%. Les indicateurs de trafic sont restés bien orientés en novembre. Le groupe a transporté 7,4 millions de passagers sur la période, soit une hausse de 5,9%. Mesuré en passager-kilomètre transporté, le trafic affiche une progression de 5,7% et le coefficient d'occupation s'améliore de 1,5 point à 85,5%. La compagnie précise que la recette unitaire au siège kilomètre offert (RSKO) hors change est en hausse par rapport à novembre 2016.

* CGG avance de 1,6%. Jean-Georges Malcor ne gèrera pas l'après-restructuration chez CGG. Le directeur général a annoncé à son conseil d'administration qu'il quittera ses fonctions à l'issue du processus de recapitalisation en cours. La recherche de son successeur va débuter. Le dirigeant quittera ses fonctions dès la nomination du nouveau directeur général, sans doute à l'issue du premier trimestre 2018.

A l'inverse, Erytech plonge de 30,7%. GRASPA (eryaspase) a échoué en phase IIb sur son critère principal, la survie des patients, dans le traitement de la Leucémie Aigüe Myéloïde (LAM). "Eryaspase a montré des résultats de sûreté et d'efficacité positifs dans le cancer du pancréas et dans la leucémie aigüe lymphoblastique. Nous restons déterminés à développer cette option de traitement pour les patients dans ces indications et potentiellement d'autres", a déclaré le management.

* Showroomprivé trébuche de 18,3%, victime collatérale du scandale des irrégularités comptables de Steinhoff, propriétaire de l'enseigne Conforama qui avait pris en mai dernier une participation de 17% au capital de Showroomprivé au prix de 27 euros l'action.

* Neopost chute de 12%, lourdement sanctionné après une publication trimestrielle décevante. Sur les trois mois clos fin septembre, le groupe a enregistré une décroissance organique de -2,5% contre -0,9% sur le premier semestre. Les revenus ressortent ainsi à 263 ME, là où le consensus était positionné à 269 ME.

* Elior tombe de près de 10%. La publication des résultats annuels 2016/2017 n'a pas réservé de surprises sans apporter non plus beaucoup d'enseignements sur la stratégie future. Il faut dire qu'un sévère avertissement avait été lancé mi-novembre et que le nouveau directeur général n'est entré en fonctions que cette semaine. Les objectifs 2020 sont abandonnés, sans suspense.

* Sanofi cède 2%, après la décision de Bank of America Merrill Lynch d'abaisser d'achat à neutre sa recommandation

* Carrefour perd 1,3%. Des dégagements provoqués par le bureau d'études Bernstein, qui a abaissé de performance en ligne à "sousperformance" sa recommandation, dans la mesure où le titre évolue désormais significativement au-dessus de l'objectif de cours qu'il avait fixé, 15,50 euros.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...

Publié le 21/09/2018

Gascogne a révélé ses résultats au titre de son premier semestre 2018. Ainsi, le spécialiste du papier et de l’emballage a publié un résultat net consolidé de 5 millions d’euros, un…

Publié le 21/09/2018

Amoeba vient de publier des résultats semestriels 2018 impactés par le repositionnement de la société. Ainsi, le groupe a dévoilé une perte nette de 4,497 millions d’euros sur la période,…