En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 408.60 PTS
-
5 407.5
-
SBF 120 PTS
4 340.39
-
DAX PTS
12 384.49
+0.43 %
Dowjones PTS
25 822.29
+0.25 %
7 397.23
+0.35 %
1.157
+0.05 %

Dure semaine pour le CAC40 qui abandonne 3%

| Boursier | 416 | Aucun vote sur cette news

Première semaine de l'année difficile pour le marché parisien...

Dure semaine pour le CAC40 qui abandonne 3%
Credits Reuters

Première semaine de l'année difficile pour le marché parisien. La brusque remontée des taux obligataires a en effet fortement pesé sur les places boursières occidentales ces derniers jours. Le CAC40 cède 2,97% sur cinq séances, à 5.365 points ce vendredi soir. Aux Etats-Unis, où la volatilité avait quasiment disparu, le Dow Jones enregistre sa plus mauvaise semaine depuis deux ans.

Le taux à 10 ans français a dépassé la barre des 1% sur le marché secondaire alors que le rendement du 10 ans américain a touché les 2,85%, au plus haut depuis janvier 2014. Si ce resserrement apparait somme toute logique compte tenu de la solidité de l'économie mondiale et du durcissement à venir de la politique monétaire des grandes banques centrales, Fed en tête, la vitesse de cette remontée des taux tend à rendre les opérateurs nerveux. La baisse des cours pétroliers a également pesé sur la tendance ces derniers jours alors que les publications d'entreprises se sont multipliées.

Des résultats diversement appréciés. Les géants pétroliers américains, Exxon Mobil et Chevron, ont par exemple déçu, tout comme Alphabet. A inverse, Facebook, eBay et Amazon ont rassuré. En France, les bonnes notes sont à attribuer à Nokia et Dassault Systèmes alors qu'Elis a été sanctionné.

ECO ET DEVISES

D'après le rapport du Département américain au travail ce vendredi, les créations de postes non-agricoles aux États-Unis pour le mois de janvier 2018 sont ressorties au nombre de 200.000, contre 175.000 de consensus de place et 160.000 un mois avant. Le taux de chômage américain ressort comme prévu à 4,1% en janvier, stable en comparaison du mois précédent. Les créations de postes non-agricoles du mois de décembre ont été révisées de 148.000 à 160.000. Les créations de novembre ont été ajustées à 216.000, contre 252.000 auparavant annoncé.

D'après le rapport gouvernemental, les dépenses de construction aux États-Unis pour le mois de décembre 2017 ont augmenté de 0,7% en comparaison du mois antérieur, contre +0,5% de consensus et +0,6% pour le mois de novembre. En glissement annuel, les dépenses de décembre s'affichent en hausse de 2,6%.

Le PIB, corrigé des variations saisonnières, a augmenté de 0,6% dans la zone euro au quatrième trimestre 2017 après avoir progressé de 0,7% au cours des trois mois précédents. Une évolution en ligne avec les attentes. Sur un an, la croissance ressort à 2,7% après 2,8% au troisième trimestre, selon les données préliminaires d'Eurostat. Sur l'ensemble de l'année 2017, le PIB affiche une hausse de 2,5%, du jamais vu depuis la crise de 2008.

L'Indice PMI final pour l'Industrie Manufacturière de l'Eurozone se replie de 60,6 en décembre à 59,6, identique à son estimation flash. Si les taux d'expansion de la production et des nouvelles commandes fléchissent par rapport aux niveaux quasi-record enregistrés en fin d'année, ils restent toutefois parmi les plus forts enregistrés depuis le début de l'enquête en 1997.

L'inflation ne parvient toujours pas à se redresser dans la zone euro. Selon l'estimation initiale d'Eurostat, le taux d'inflation annuel est estimé à 1,3% en janvier contre 1,4% le mois précédent. Une évolution en ligne avec les attentes. L'inflation 'core' progresse néanmoins légèrement, à 1%, contre 0,9% en décembre.

La forte croissance du secteur manufacturier français se poursuit en janvier, la production, les nouvelles commandes et l'emploi continuant d'enregistrer des taux d'expansion historiquement élevés bien qu'en léger repli par rapport à décembre. L'Indice PMI IHS Markit manufacturier ressort ainsi à 58,4 contre 58,8 en décembre (58,1 en première estimation) et 58,1 attendus par le marché.

La croissance française a légèrement accéléré en fin d'année 2017 pour atteindre 0,6% au quatrième trimestre, contre +0,5% au cours des trois mois précédents. En moyenne sur l'année, l'activité a nettement accéléré avec une hausse de +1,9 % après +1,1 % en 2016.

Sur le marché des changes, l'euro vaut désormais 1,244$, quasi stable sur la semaine. Du côté du pétrole, le baril WTI s'affiche à environ 64,7$ et le Brent ressort à 68$. L'once d'or s'échange autour des 1.330 dollars (-1,7%).

LES VALEURS

* EuropaCorp s'envole de 101% ! En difficultés financières, le studio de cinéma a été dopé par une information du magazine américain 'Variety' selon laquelle le groupe serait en négociations avec Netflix. Le géant américain aurait entamé des discussions avec Luc Besson à la fin 2017 concernant la production de films, mais depuis, le champ de ces discussions se serait élargi. Le magazine cite ainsi "trois sources" affirmant que Netflix pourrait racheter le catalogue d'Europacorp, qui inclut notamment les franchises "Taken", "Taxi" et "Le Transporteur". Europacorp, qui croule sous une lourde dette de l'ordre de 230 millions d'euros, a confirmé récemment avoir entamé des discussions avec divers partenaires financiers et/ou industriels en vue d'un renforcement de ses capacités financières.

* Nokia flambe de 13,4%. L'équipementier télécoms a clôturé un exercice 2017 plein de remous sur une performance contrastée. Le groupe délivre un discours assez confiant sur les déploiements 5G, sur lesquels il affirme clairement son leadership. En attendant qu'ils portent leurs fruits, le marché devrait baisser encore en 2018 et le renforcement des investissements dans la nouvelle technologie mobile va peser sur les marges cette année.

* Manitou (+10,4%), porté par un point annuel de très bonne facture. Le groupe industriel a dépassé les attentes en réalisant un chiffre d'affaires de 1.591 ME sur l'ensemble de l'exercice 2017, en croissance de 19% en données réelles et de 18% à périmètre et change constants.

* Dassault Systèmes prend 5,9%. Le spécialiste des logiciels de conception a fortement accéléré au quatrième trimestre, ce qui lui a permis de dépasser ses objectifs 2017. Une analyse affinée des chiffres est nécessaire pour comprendre les raisons de cette inflexion positive, mais la publication paraît solide en première lecture. Les effets de change et l'intégration des acquisitions vont toutefois peser sur la marge en 2018, qui sera en léger retrait par rapport à celle de 2017.

* Peugeot avance de 1,5%. Le marché automobile français a démarré 2018 du bon pied, puisque les immatriculations de véhicules neufs ont progressé de 2,49% en janvier, a fait savoir le Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). Cela correspond à 155.851 voitures particulières. Les immatriculations de PSA ont augmenté en janvier de 18,47%, toujours soutenues par Peugeot (+10,5%) tandis que Citroën a progressé de 2,72%.

* Alten termine en hausse de 0,5%. Le chiffre d'affaires 2017 est en hausse de 13% à 1,975 MdE, dont 10,4% sur une base constante. Selon la société, le début 2018 est dans la lignée de 2017.

A l'inverse, * Mauna Kea plonge de 23,9%. Le marché sanctionne l'érosion de l'activité au quatrième trimestre, période au terme de laquelle le spécialiste des outils dispositifs et d'outils de biopsie optique a réalisé un chiffre d'affaires de 6,6 ME, en recul de 30% par rapport à la même période de 2016.

* Eramet chute de 9,2%, victime de prises de bénéfices appuyées.

* Elis trébuche de 8,8%. Le groupe a pourtant délivré des résultats 2017 proches des attentes tout en relevant significativement les synergies envisagées avec Berendsen. Mais les analystes espéraient plus...

* Bic chute de 8,5%. Un dividende de 3,45 euros par action est proposé en marge des résultats 2017. La société prévient que sa croissance organique sera de 1 à 3% cette année et que la marge brute sera grevée par la hausse du coût des matières premières. La marge d'exploitation normalisée va reculer entre 17 et 18%.

* ArcelorMittal (-7,2%). L'aciériste a pourtant publié des résultats 2017 légèrement supérieurs aux attentes et affiche des perspectives solides. Le groupe va recommencer à verser un dividende dès cette année au titre de l'année 2017, avec l'objectif de le faire progresser sur les prochains exercices.

* Sodexo recule de 6%. Morgan Stanley est à l'origine de ce flux vendeur appuyé puisque la très influente banque américaine est passée de 'pondération' en ligne à 'sous-pondérer' sur le titre, valorisé 98 euros contre 114 euros précédemment.

* JCDecaux (-5,7%), malgré la belle fin d'année du groupe. La valorisation exigeante du dossier a entraîné des prises de bénéfices. Gilbert Dupont a d'ailleurs dégradé le titre d''accumuler' à 'alléger' malgré des fondamentaux solides (accélération du digital, position de leader, montée en puissance des nouveaux contrats Sao Paulo, Rotterdam, Melbourne, Dubaï).

* Orange (-4,6%) et TF1 (-4,7%) ne sont pas parvenus à s'entendre sur la diffusion des programmes de la filiale de Bouygues. En conséquence, le groupe TF1 a annoncé que les accords de distribution cessent avec l'opérateur télécoms, avec effet immédiat puisque l'échéance était au 31 janvier. La conséquence la plus visible de la non-reconduction des accords est la disparition de l'offre de TF1 (le service de replay MYTF1 et les chaînes en clair) pour les abonnés Orange.

* Renault perd 2,3%. Carlos Ghosn devrait rester au volant de Renault. Le conseil d'administration qui se réunira le 15 février devrait proposer de reconduire le dirigeant, croit savoir 'Le Figaro', qui cite des sources concordantes. Même l'Etat serait favorable à ce schéma, qui doit permettre de renforcer l'alliance avec Nissan et Mitsubishi, devenue en 2017 numéro un mondial pour les ventes de véhicules neufs, légèrement devant le groupe Volkswagen.

* Airbus abandonne 1,9%. Il s'agit surtout de prises de bénéfices après un récent plus haut à 94 euros. Le Crédit Suisse a dégradé de surperformance à neutre sa recommandation sur la valeur pour un objectif abaissé de 95 à 91 euros.

* Unibail-Rodamco (-1,9%). La foncière aura finalement dépassé son objectif de bénéfice net récurrent par action en 2017, en dégageant 12,05 euros, soit un peu plus que la fourchette annoncée en février 2017 (11,80 à 12 euros). Ce résultat est en ligne avec les attentes du consensus. Un coupon de 10,80 euros est proposé aux actionnaires.

* Aperam rend 0,9%. Le groupe a publié ses résultats 2017, un exercice très positif qui s'achève sur un copieux bénéfice de 361 millions de dollars, légèrement meilleur que prévu. Jefferies a réitéré sa recommandation à l'achat et son objectif de 55 euros à la vue des chiffres, qu'il salue, notamment au niveau du bilan et de l'impressionnante politique de rémunération des actionnaires.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/08/2018

   Bollène (France) - Le 21 août 2018 - 20:00 (CET)     EGIDE RENFORCE SON ORGANISATION COMMERCIALE AUX ETATS-UNIS   Le groupe Egide (ISIN: FR0000072373 - Reuters:…

Publié le 21/08/2018

Le montant du transfert s'élève à 6,5 ME auxquels pourront s'ajouter des incentives pour un maximum de 3,5 ME...

Publié le 21/08/2018

L'installation reflète l'adoption croissante de la technologie EOS en tant que standard de soin dans les centres orthopédiques...

Publié le 21/08/2018

Nacon officialise sa collaboration avec Marie-Laure 'Kayane' Norindr, joueuse professionnelle de eSport...

Publié le 21/08/2018

Entre le 13 et le 17 août, Bic a racheté pour près de 3,06 millions d’euros de ses propres actions. Ces transactions portent sur environ 39 000 titres rachetés à un prix moyen pondéré…