Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 583.79 PTS
+0.79 %
6 577.50
+0.74 %
SBF 120 PTS
5 146.58
+0.68 %
DAX PTS
15 534.90
+0.1 %
Dow Jones PTS
35 080.28
+0.06 %
15 020.96
+0.43 %
1.179
-0.22 %

Bilan hebdo : semaine mouvementée pour le CAC 40

| Boursier | 317 | Aucun vote sur cette news

Petite semaine de consolidation pour le marché parisien qui aura fait du yo-yo ces derniers jours...

Bilan hebdo : semaine mouvementée pour le CAC 40
Credits Reuters

Petite semaine de consolidation pour le marché parisien qui aura fait du yo-yo ces derniers jours... Sur cinq séances, le CAC40 cède finalement seulement 0,3%, à 6.529 points ce vendredi soir. Si la nouvelle baisse marquée des rendements obligataires et plusieurs indicateurs économiques inférieurs aux attentes ont ravivé les doutes sur la solidité du rebond de l'activité et de l'emploi aux Etats-Unis, la propagation du variant Delta du coronavirus continue également à planer au-dessus de la tête des investisseurs.

Mais le marché résiste pour le moment assez bien avec en toile de fond une campagne de vaccination qui se poursuit à travers le monde et le soutien des Banques centrales toujours bien présent. A ce propos, la Banque centrale européenne a dévoilé, avec deux mois d'avance, sa nouvelle stratégie de politique monétaire. La BCE s'est notamment fixé un nouvel objectif d'inflation et a annoncé vouloir intégrer la lutte contre le dérèglement climatique dans sa politique monétaire. Concernant les prix, l'Institution a donc fait évoluer son objectif d'inflation qui est désormais fixé à 2% à moyen terme, et non plus "proche de, mais inférieur à 2%".

"Nous savons que les 2% ne seront pas atteints constamment, qu'il peut y avoir une déviation modérée, temporaire dans les deux sens par rapport à ces 2%. Et c'est très bien", a dit Christine Lagarde lors d'une conférence de presse. "Est-ce que nous visons une moyenne d'inflation comme la Fed ? La réponse est non, très clairement", a-t-elle ajouté en référence à la possibilité prévue par la Réserve fédérale américaine de laisser la hausse des prix dépasser le niveau visé pour compenser une période d'inflation trop faible.

La semaine a également été marquée par les mouvements assez erratiques des cours du brut. Mardi, le WTI a touché un plus haut à 77$ le baril en séance avant de retomber autour des 74$ ce vendredi. Lundi, les membres de l'alliance Opep+ se sont séparés sur un échec, sans entériner un projet d'accord qui envisageait de produire à partir d'août 400.000 barils par jour supplémentaires chaque mois jusqu'à la fin de l'année. Les Emirats arabes unis ont bloqué cet accord (qui doit être approuvé à l'unanimité) en exigeant une hausse de leurs quotas, ce qui a été refusé par l'Arabie saoudite. En outre, aucune nouvelle date n'a été fixée pour une autre réunion, ce qui est très rare au sein du cartel pétrolier. Mais des discussions officieuses ont depuis eu lieu et un compromis pourrait être trouvé dans les semaines à venir.

Enfin, l'actualité entreprises est restée assez limitées en ce début juillet. Virbac et Sartorius Stedim Biotech se sont néanmoins distingués en relevant leur guidance annuelle. A l'inverse, Alstom et CGG ont été chahutés.

LES VALEURS

* Virbac flambe de 11%, dopé par le nouveau relèvement de ses objectifs annuels. Porté par des performances très solides dans toutes les zones et un marché dynamique, le groupe vétérinaire vise désormais une croissance du chiffre d'affaires à taux et périmètre constants comprise entre 10% et 14% (soit entre 7% et 11% à taux constants et périmètre réel), contre 6 à 10% précédemment, ainsi qu'un ratio de 'résultat opérationnel courant avant amortissement des actifs issus d'acquisitions' sur 'chiffre d'affaires' qui devrait se situer autour de 15% à taux de change constants.

* Sartorius Stedim Biotech s'adjuge près de 10%. Le fournisseur de l'industrie biopharmaceutique a rehaussé ses objectifs annuels alors qu'il s'attend à des performances très solides sur son premier semestre. Pour les 6 premiers mois de l'année (clôture au 30 juin), la société anticipe une croissance de son chiffre d'affaires d'environ 61% à taux de change constant, et une marge d'Ebitda courant entre 36% et 36,5%. Ces performances, supérieures aux attentes, sont enregistrées dans l'ensemble des régions. Elles sont à mettre au crédit de prises de commandes toujours soutenues, de chaînes d'approvisionnement solides et de capacités de production étendues. Sur la base de cette croissance dynamique et de perspectives bien orientées pour le 2e semestre, le management a donc rehaussé ses prévisions pour l'ensemble de l'exercice. La société anticipe maintenant une croissance du chiffre d'affaires consolidé proche de 48% (auparavant de 38%) et une marge d'Ebitda courant d'environ 36% (contre 34 % environ auparavant). Comme toujours, tous les chiffres sont indiqués à taux de change constant.

* Eramet remonte de 9%. Portzamparc a rehaussé de 'conserver' à 'achat fort' sa recommandation sur le groupe minier qui fait son entrée dans la list 'high five' du mois de juillet du broker. Pour l'analyste, tous les feux sont au vert.

* Getlink prend 3%. En juin, Le Shuttle Freight a transporté 115.408 camions, soit une hausse de 7% sur un an (après +25% en mai). Le ralentissement de la croissance observé est la conséquence d'une réduction de capacité temporaire et annoncée, liée à la fin des travaux de raccordement du câble ElecLink en Tunnel, précise le groupe. Sur la même période, Le Shuttle a transporté 52.359 véhicules de tourisme. La baisse de 28% s'explique par un effet de base défavorable lié à l'assouplissement des restrictions de déplacement à la même époque l'année dernière et au rétablissement début juin 2021, par le gouvernement français, du motif impérieux pour les Britanniques souhaitant se rendre en Europe.

* Thalès (+3%) continue à être recherché à l'approche de sa publication semestrielle, le 23 juillet prochain. Le dossier a également été soutenu par la spéculation qui entoure la vente des activités de signalisation ferroviaire. Hier, Reuters a indiqué que Thalès avait sélectionné les offres présentées par Hitachi Rail, Stadler Rail et CAF. Selon l'agence, la société dirigée par Patrice Caine a demandé aux entreprises intéressées de lui soumettre une offre ferme d'ici la fin de la semaine. S'il juge le prix satisfaisant, Thales pourrait choisir le repreneur fin juillet ou début août. L'opération pourrait rapporter au moins 1,5 milliard d'euros à Thalès qui souhaite recentrer son portefeuille d'actifs.

A l'inverse, * Alstom décroche de 12%, plombé par ses dernières annonces. Le groupe ferroviaire a indiqué s'attendre pour l'année fiscale 2021-2022 à un flux de trésorerie libre négatif important, alors que le groupe se concentre sur les projets difficiles hérités de l'activité ferroviaire de Bombardier. Au cours du premier semestre de son exercice décalé, Alstom prévoit désormais un flux de trésorerie libre négatif à hauteur de 1,6-1,9 milliard d'euros, et qui devrait résulter en un cash-flow libre significativement négatif en 2021-2022. À moyen terme, l'horizon semble toutefois nettement plus dégagé. Entre 2020-2021 (chiffre d'affaires proforma de 14 MdsE) et 2024-2025, Alstom vise ainsi un taux de croissance annuel moyen supérieur à 5%, soutenu par une forte dynamique de marché et un carnet de commandes inégalé de 74,5 MdsE garantissant environ 30 MdsE de chiffre d'affaires sur les 3 prochaines années.

* CGG trébuche de 13 %. Moins de trois semaines avant la publication de ses comptes du deuxième trimestre, CGG a fait un point sur son activité et lancé un avertissement sur ses résultats annuels. Le groupe parapétrolier devrait réaliser un chiffre d'affaires des activités d'environ 158 millions de dollars sur les trois mois clos fin juin. Le carnet de commandes des activités du Groupe au 1er juillet s'élève à 360 M$, en hausse de 4% sur un an. Dans un contexte de prix du pétrole élevé mais cependant de retards dans les dépenses des clients, CGG anticipe en 2021 une reprise progressive trimestre après trimestre de l'activité Géosciences, une croissance d'environ 25% des ventes d'Equipements sur un an, des investissements cash Multi-Clients d'environ 165 M$ soutenus par un taux de préfinancement de plus de 75% et des après-ventes Multi-Clients moindres que prévu mais en hausse d'une année sur l'autre.
CGG anticipe ainsi désormais pour l'année 2021 un chiffre d'affaires des activités stable d'une année sur l'autre (contre une croissance à un chiffre visée auparavant) et un EBITDAs des activités d'environ 310 M$ (contre environ 361 M$ précédemment) en raison de la lente reprise des achats de données multi-clients notamment par les grandes compagnies internationales.

* Solutions 30 (-10%) a mandaté Rothschild & Cie pour l'accompagner dans sa réflexion stratégique afin de renforcer sa structure actionnariale. Ce choix fait à la suite de l'annonce du 21 mai dernier selon laquelle Solutions 30 disait avoir engagé un processus de sélection de banquiers conseils afin d'initier une recherche d'actionnaire(s) de référence. Solutions 30 indiquait alors que ce projet pourrait aller jusqu'à un retrait de cote...

* EDF perd 6%, alors que le projet de nouvelle régulation du parc nucléaire français et de réorganisation du groupe énergétique semble désormais avoir clairement du plomb dans l'aile. Du moins à court terme. "Officiellement les discussions continuent, mais je pense que le projet est déjà enterré", a indiqué à 'Reuters' une source proche des promoteurs du projet. "Il est probable que rien ne se fasse avant la présidentielle et qu'EDF fasse l'objet d'un projet des candidats", selon Marie-Noëlle Battistel, députée PS spécialiste de l'énergie, qui fait partie des élus consultés au cours des derniers mois sur le sujet. D'autres sources au fait du dossier sont plus catégoriques et jugent que l'opération n'interviendra pas avant la fin du mandat actuel d'Emmanuel Macron, en raison notamment d'un recul des défenseurs du projet qui confirment leur volonté d'aboutir. "Ça ne se fera pas", estime ainsi une source proche du gouvernement à propos d'une potentielle décision favorable avant la prochaine élection présidentielle".
EDF a par ailleurs rehaussé sa guidance d'Ebitda annuel après avoir relevé son objectif de production nucléaire en France pour l'ensemble de 2021. L'énergéticien table désormais sur un Ebitda à plus de 17,7 milliards d'euros contre une prévision de plus de 17 milliards d'euros précédemment.

*Renault se replie de 5,6%. Luca de Meo affirme qu'il ne faut pas aller plus vite que la musique en matière de transition énergétique. Le directeur général de Renault a indiqué lors d'une audition devant la Commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale qu'un bousculement trop rapide vers les véhicules électriques menacerait 50.000 emplois dans la filière mécanique en France, mais que 350.000 emplois pourraient être créés s'il était bien géré. Le dirigeant espère notamment que les véhicules hybrides échapperont à l'interdiction des moteurs thermiques en 2035 actuellement discutée en Europe. "Notre position est de pouvoir, à cette échéance-là, sauver pas seulement l'électrique, mais aussi l'hybride et l'hybride rechargeable", a dit Luca de Meo. "Nos pensons qu'avec une configuration comme celle-là, nous pourrons gérer parce que nous sommes préparés".
Le président du constructeur automobile, Jean-Dominique Senard, a pour sa part indiqué que Renault a utilisé quatre milliards d'euros sur les cinq milliards du prêt garanti par l'Etat obtenu l'an dernier face à la crise du coronavirus. "Ce prêt bancaire sera remboursé et l'Etat n'aura pas un euro à verser pour aider Renault à rembourser ce prêt", a-t-il dit.

* TechnipFMC rend 7% avec le recul des cours du pétrole.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 juillet 2021 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 28/07/2021

Pilotage confirmé

Publié le 28/07/2021

Le groupe britannique Jet2 et sa compagnie aérienne à bas coût serait en discussions avancées pour l'achat de dizaines d'avions avec Airbus qui serait...

Publié le 28/07/2021

Pfizer vient de relever ses estimations de ventes annuelles de vaccins anti-covid à 33,5 milliards de dollars pour cette année...

Publié le 28/07/2021

Les tests de vol effectués en fin de semaine ont démontré la qualité du travail effectué qui permet d'envisager une accélération de la cadence de production américaine à brève échéance...

Publié le 28/07/2021

Engie pourrait céder une partie de sa participation de 75% au capital de GRTgaz au consortium public qui détient le solde de la société en charge de...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne