Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 509.46 PTS
+0.25 %
5 500.5
+0.27 %
SBF 120 PTS
4 354.33
+0.22 %
DAX PTS
13 126.97
-0.08 %
Dow Jones PTS
29 591.27
+1.12 %
11 980.50
+0.62 %
1.184
-0.16 %

Bilan hebdo : le CAC40 s'envooooooooooole

| Boursier | 891 | Aucun vote sur cette news

A ce rythme-là, le CAC40 aura effacé toutes ses pertes de l'année d'ici la fin du mois...

Bilan hebdo : le CAC40 s'envooooooooooole
Credits Reuters

A ce rythme-là, le CAC40 aura effacé toutes ses pertes de l'année d'ici la fin du mois. Encore une fois porté par les espoirs d'un rebond économique rapide avec la reprise progressive de l'activité et le soutien des Banques centrales, le marché parisien gagne 10,70% sur cinq séances, à 5.198 points ce vendredi soir. Près de 1.500 points ont désormais été repris depuis le point bas du 16 mars dernier. A Wall Street, le Nasdaq évolue carrément sur ses plus hauts historiques !

Après le renforcement des mesures de soutien à l'économie dévoilées jeudi par la BCE, le surprenant rapport mensuel de l'emploi aux Etats-Unis est venu donner un nouveau coup de fouet aux places boursières en cette fin de semaine. Contre toute attente, la première puissance mondiale a créé 2,51 millions d'emplois non agricoles en mai, contre 7,72 millions destructions attendues par le consensus et -20,6 millions un mois plus tôt !

Jeudi, Christine Lagarde avait 'fait le job' en annonçant une augmentation plus importante que prévu du 'programme d'achats d'urgence pandémique' (PEPP), un plan d'achats de dettes sur les marchés visant à faire baisser les coûts de financement des Etats, des entreprises et des ménages. Le PEPP a ainsi été accru de 600 milliards d'euros, à 1.350 MdsE. De plus, les achats réalisés dans le cadre de ce programme ont été prolongés d'au moins six mois, soit jusqu'en juin 2021, et le produit des échéances de titres de ce portefeuille sera réinvesti jusqu'à la fin 2022 voire au-delà.

Sur le plan sanitaire, à la suite de la pandémie de Covid-19, les dernières informations apparaissent également plus rassurantes. Si le bilan mondial continue à gonfler, notamment en Amérique du Sud, la situation est clairement à l'amélioration en Asie mais également en Europe. Selon le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, l'épidémie est d'ailleurs désormais "contrôlée" sur le territoire français. Dans ce contexte, un nombre croissant de pays européens sont en train d'ouvrir leurs frontières à l'approche de la saison estivale, vitale pour l'économie de nombreux Etats du Vieux-continent.

La nouvelle hausse des cours de l'or noir alors que les membres de l'Opep+ devraient prolonger d'un mois leur accord de réduction de la production a également soutenu les indices. Le WTI et le Brent se négocient sur des plus hauts de trois mois !

Ce flux de bonnes nouvelles a totalement éclipsé la vague de protestation massive, et parfois violente, aux Etats-Unis à la suite du décès de George Floyd, un homme noir de 46 ans tué par la police. Par ailleurs, si les indicateurs de conjoncture confirment que le trou d'air enregistré au deuxième trimestre sera sans précédent, les opérateurs semblent désormais croire en une reprise en 'V' de l'économie. Une simple possibilité à l'heure actuelle.

LES VALEURS

* Coface s'enflamme de plus de 45%. A la traine depuis le début de l'année, le titre du réassureur a été porté par la réouverture de l'économie et le vif regain d'appétit pour le risque des investisseurs. Exane BNP Paribas a par ailleurs réitéré son avis 'superformer' sur la valeur et sa cible de 9 euros.

* Airbus flambe de 43%. Confronté à une crise sans précédent, le géant aéronautique a déjà averti qu'il devrait se restructurer pour 'survivre'. Alors que l'avionneur a réduit sa production d'environ un tiers en avril pour faire face à la chute de la demande, Reuters croit savoir qu'Airbus pourrait maintenir pendant deux ans sa production d'avions commerciaux à un niveau inférieur de 40% à celui prévu avant la pandémie. Si cette base de 40% était retenue, les sources de l'agence affirment qu'Airbus pourrait devoir supprimer l'équivalent de quelque 14.000 postes à temps plein.

* Air France KLM s'envole de 37%. Si le titre a encore beaucoup de chemin à faire pour effacer les pertes essuyées sur les cinq premiers mois de l'année, les investisseurs semblent soulager par les signes d'amélioration de la demande à travers le monde. De quoi espérer un été plus ensoleillé pour le secteur. Aux Etats-Unis, American Airlines s'est envolé de 41% jeudi à Wall Street, signant la plus forte progression de son histoire, après avoir annoncé une hausse de 74% de son nombre de vols en juillet par rapport à ce mois-ci. Le transporteur réalisera environ 4.000 vols quotidiens le mois prochain, contre 2.300 en juin.

* Mercialys (+23%), Unibail-WFD (+48%) et Klepierre 33%. Les trois foncières ont été portées par la réouverture de l'économie et de leurs centres commerciaux. Klépierre a annoncé l'ouverture complète de l'ensemble de ses centres commerciaux en France tandis que Mercialys avait expliqué la semaine passée que les commerces désormais accessibles représentent 97% de sa base locative totale.

* Renault s'envole de 28%. Le constructeur a enfin officialisé la mise en place d'une convention d'ouverture de crédit d'un montant total maximum de 5 milliards d'euros bénéficiant d'une garantie à 90% de l'Etat français. Ce prêt pourra être tiré en tout ou partie et, en une ou plusieurs fois, d'ici le 31 décembre 2020. Il permettra "d'assurer le financement des besoins de liquidité du groupe, dans un contexte de crise sans précédent". Outre cette annonce attendue, le constructeur a également bénéficié du soutien de Goldman Sachs qui est passé à l''achat' sur le titre en visant 28 euros.

* Vallourec remonte de 27% dans le sillage des cours du brut, de retour sur leurs niveaux de début mars.

* AXA gagne 22%. Si l'assureur a annoncé une réduction de son dividende, les investisseurs apprécient que ce dernier n'ait pas été tout simplement supprimé. La décision du groupe fait suite aux recommandations de l'Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles et de l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) qui ont plaidé pour une approche prudente en matière de distribution de dividende. Le Credit Suisse a par ailleurs réitéré son avis 'surperformer' sur l'assureur avec une cible de 22 euros, considérant le rapport rendement/risque de l'action comme très attractif.

* Vivendi s'adjuge 11%. Le groupe de divertissement a bénéficié du très bon accueil réservé à Warner Music Group pour son retour en bourse. Lors de sa première journée de cotations hier à Wall Street, la major musicale s'est envolée de 20% pour clôturer au-dessus de la barre des 30$. Le troisième mastodonte de l'industrie musicale derrière Universal Music et Sony Music Entertainment a levé 1,93 milliard de dollars après avoir revu à la hausse la taille de son IPO. De bon augure pour UMG, la filiale de Vivendi, numéro un mondial du secteur, dont l'introduction sur le marché est prévue au maximum d'ici début 2023.

A l'inverse, * bioMerieux cède 12,5%, victime de dégagements après son incroyable parcours depuis le début de l'année. Le titre du spécialiste du diagnostic in vitro affiche un gain d'un peu plus de 50% depuis le premier janvier. Davantage tournés vers les valeurs délaissées au coeur de la crise, les investisseurs ont continué à réaliser des arbitrages ces derniers jours.

* Sartorius Stedim Biotech rend 12,5%, également pénalisé par des prises de bénéfices après sa folle ascension des dernières semaines.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/11/2020

Reflet du dynamisme et de la diversité des entreprises de la Tech française...

Publié le 23/11/2020

A ce stade, Freelance.com est confiant dans sa capacité à réaliser un exercice 2020 alliant croissance et rentabilité...

Publié le 23/11/2020

Thermador Group effectuera un nouveau point, le 9 décembre...

Publié le 23/11/2020

La Scor a de nouveau surperformé le marché en ce début de semaine, en hausse de 1,3% à 28,98 euros en clôture, aidé par Oddo BHF qui vise désormais un...

Publié le 23/11/2020

Birlasoft a choisi Esker pour sa solution intégrant des technologies d'Intelligence Artificielle capable d'éliminer rapidement les tâches inefficaces et répétitives...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne