Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 410.58 PTS
+1.78 %
6 398.0
+1.98 %
SBF 120 PTS
4 985.55
+1.73 %
DAX PTS
14 231.29
+1.59 %
Dow Jones PTS
32 637.19
+1.61 %
12 276.79
+2.79 %
1.073
+0.45 %

Bilan hebdo : le CAC40 résiste

| Boursier | 411 | Aucun vote sur cette news

Le marché parisien termine cette semaine écourtée, mais mouvementée, proche de son niveau de clôture de jeudi dernier...

Bilan hebdo : le CAC40 résiste

Le marché parisien termine cette semaine écourtée, mais mouvementée, proche de son niveau de clôture de jeudi dernier. Sur quatre séances, le CAC40 cède en effet 0,12%, à 6.581 points ce vendredi soir. Malgré un environnement adverse marqué notamment par la poursuite de la guerre en Ukraine et ses nombreuses conséquences, l'incertitude liée au résultat de l'élection présidentielle de dimanche, les tensions sur le marché obligataire en lien avec le resserrement à venir des politiques monétaires des grandes Banques centrales, la recrudescence de la pandémie de Covid-19 en Chine, ou encore la révision à la baisse des prévisions de croissance de la Banque mondiale, les investisseurs ont trouvé du réconfort auprès des entreprises, dont les publications sont jusqu'ici plutôt solides : Rexel, Bureau Veritas, Ipsos ou encore Danone ont par exemple assuré. Au contraire de Kering et Eurofins Scientific qui ont plutôt déçu.

Du côté de la politique monétaire, Jerome Powell a durci le ton et les taux d'intérêt ont connu une nouvelle flambée des deux côtés de l'Atlantique en milieu de semaine. Le patron de la Fed a reconnu pour la première fois en public qu'il était possible que la Fed relève ses taux directeurs d'un demi-point lors de sa réunion des 3 et 4 mai. Résultat, le rendement du T-Bond à 10 ans est désormais proche de 3%, au plus haut depuis novembre 2018 ! En France, l'OAT 10 ans évolue autour de 1,40%.

LES VALEURS

* Verallia flambe de plus de 13%. Le marché a salué la très belle publication trimestrielle du premier producteur européen d'emballage en verre pour les boissons et les produits alimentaires. Sur les trois premiers mois de l'année, la firme a réalisé un EBITDA ajusté de 183 ME, contre 152 ME un an plus tôt, pour un chiffre d'affaires de 750 ME, en hausse de 24% (+23,9% à taux de change et périmètre constants). Des résultats supérieurs aux attentes des analystes. "La publication met en évidence le pouvoir de tarification de l'entreprise et la 'prometteuse' dynamique de croissance des volumes", a par exemple indiqué Citi.

* Rexel s'adjuge 10%. Le spécialiste de la distribution de matériel électrique a réitéré ses objectifs 2022 après un très bon début d'année. Sur le premier trimestre, la firme a généré des revenus de 4,38 MdsE, en hausse de +16% à jours constants avec des tendances positives sur toutes les zones géographiques. Le consensus, fourni par la société elle-même, attendait un chiffre d'affaires de 4,06 milliards d'euros, en croissance organique de 7,9% (à jours constants). "Le bon début d'année de Rexel démontre que nous continuons de bénéficier d'une solide demande sous-jacente liée aux tendances à l'électrification, qui devraient s'accélérer dans l'environnement actuel", a souligné Guillaume Texier, DG de Rexel.

* Ipsos bondit de 9,5% après avoir fait état d'un chiffre d'affaires en hausse de 12,3% en données organiques au premier trimestre et maintenu ses objectifs pour l'année 2022. Les effets de change ont eu un impact positif de 4,3%, compte tenu notamment de la hausse du dollar et de la livre sterling. Les effets de périmètre s'élèvent à +0,9%, correspondant aux acquisitions menées dans la deuxième partie de 2021.

* Virbac prend 7,5%. Les opérateurs ont salué la belle dynamique du groupe de santé animale au premier trimestre avec un chiffre d'affaires de 318 millions d'euros, en progression de 19,3%. À parités constantes, la croissance ressort à +16,2%, portée par une très bonne performance dans le segment des animaux de compagnie. Fort de cette performance, mais considérant les incertitudes des mois à venir ainsi que la normalisation attendue du marché, Virbac a élargi sa perspective de croissance du chiffre d'affaires à taux et périmètre constants à une fourchette comprise entre 5% et 10% contre 5% à 8% précédemment. Le groupe a également confirmé que son ratio de "résultat opérationnel courant avant amortissement des actifs issus d'acquisitions" sur "chiffre d'affaires" devrait se consolider autour de 15% à taux de change constants.

* Bureau Veritas grimpe de près de 7%. Le leader mondial des prestations d'évaluation de conformité et de certification a dévoilé un chiffre d'affaires trimestriel de 1,29 milliard d'euros, en hausse de 11,7% par rapport à l'exercice précédent et de 8% sur une base organique, contre un consensus de 4,4%. Bureau Veritas prévoit toujours pour 2022 d'atteindre une croissance organique modérée à un chiffre et d'améliorer sa marge opérationnelle ajustée.

* Renault avance de 6%. Outre une publication trimestrielle supérieure aux attentes des analystes, même si le constructeur n'avait plus vendu aussi peu de véhicules à l'échelle mondiale depuis 13 ans (-17,1% à 552.000 unités), le titre a bénéficié d'une importante vague spéculative : possible introduction en Bourse des véhicules à batterie et évolution de la participation dans Nissan ont particulièrement fait parler.

* Danone gagne 4,5%. Outre le très bon début d'année du groupe dirigé par Antoine Saint-Affrique, la valeur a également été portée par un petit vent spéculatif. Selon 'La Lettre A', qui ne précise pas où elle a obtenu cette information, Lactalis envisagerait une éventuelle offre sur la totalité ou une partie de Danone, même si l'opération serait difficile à réaliser. Lactalis étudie toutes les options possibles depuis plusieurs mois, précise la publication numérique. Réagissant à cette information, un porte-parole de Danone a indiqué à 'Bloomberg' que le groupe est "pleinement engagé" dans tous ses métiers et voit un potentiel de croissance pour toutes les branches.

A l'inverse, * Eurofins Scientific consolide de 7%. La société de tests et de diagnostics a dévoilé des ventes trimestrielles globalement en ligne avec les attentes du marché et a légèrement rehaussé sa prévision de chiffre d'affaires 2022 lié au COVID-19 mais certains investisseurs espéraient plus. Sur les trois premiers mois de l'année, la société a enregistré un chiffre d'affaires de 1,76 milliard d'euros, en progression de 9,1%, dont +1,1% en organique. L'activité principale (hors tests cliniques liés au COVID-19 et revenus des réactifs) a généré des revenus en croissance organique de 6,5%, en ligne avec les plans de croissance récemment revus à la hausse.

* Stellantis recule de 6,5%. Le marché automobile européen accélère son déclin. Les immatriculations de voitures neuves sur le Vieux continent (UE) ont chuté de 20,5% en mars à 1,063 million de véhicules, a annoncé l'Association des constructeurs automobiles européens. Ce repli porte la baisse du marché sur l'ensemble du premier trimestre à 12,3% (2,25 millions d'unités). Les perturbations continues au niveau de la chaîne d'approvisionnement, exacerbées par l'invasion de l'Ukraine par la Russie, ont eu un impact négatif sur la production automobile.

* Hermès perd 4%. Les investisseurs s'inquiètent d'une inflation galopante et des hausses de taux d'intérêt à venir même si les grands acteurs de l'industrie du luxe sont jusqu'ici parvenus à répercuter la hausse des prix sur leurs tarifs. Invest Securities a réduit sa cible de 1.016 à 990 euros avec un avis maintenu à 'vendre'. "Il y a des inquiétudes persistantes concernant la guerre en Ukraine, qui connaît une recrudescence, ainsi qu'une aggravation des données sur la pandémie en Chine", qui pèsent toutes deux sur le secteur du luxe, affirmait de son côté Bernstein en début de semaine.

* Carrefour abandonne 3%. Le distributeur subit des prises de profits après sa belle performance boursière depuis le début de l'année. La publication trimestrielle du groupe d'Alexandre Bompard est globalement conforme aux attentes des analystes même si certains pointent la relative déception de l'activité en France. Sur les trois premiers mois de 2022, le numéro un européen de la distribution alimentaire a enregistré un chiffre d'affaires de 20,239 milliards d'euros, en hausse de 3,4% en données comparables. Les ventes sont restées stables en France, alors qu'elles affichent une croissance de 3,4% en Espagne et de 7,5% au Brésil. Le groupe a confirmé viser un flux de trésorerie disponible supérieur à un milliard d'euros cette année et, face à l'accélération de l'inflation, il a porté son objectif annuel de réduction des coûts à 900 millions d'euros, dans le cadre du plan d'économies en cours, porté à 2,7 milliards pour la période 2021-2023.

* Kering (-1%) rate le coche. Contrairement à ses deux rivaux Hermès et LVMH, le groupe de François-Henri Pinault a déçu sur les trois premiers mois de l'année. C'est plus précisément la marque phare de la société Gucci qui ne confirme pas son excellente dynamique du dernier trimestre 2021 (+31%), particulièrement impactée depuis mars par les restrictions dues au Covid-19 en Chine. Sur le premier trimestre, Gucci voit en effet sa croissance interne ralentir à 13,4%, là où le consensus 'Bloomberg' tablait sur +18,5%. Grâce au dynamisme des autres maisons (les ventes de la griffe Yves Saint Laurent ont progressé de 37,2% et celles de Bottega Veneta de 16,3%), Kering enregistre une hausse de 21% de ses ventes globales au premier trimestre (en données comparables) à 4,96 milliards d'euros. Un niveau légèrement supérieur aux attentes des analystes.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 mai 2022

CODE OFFRE : INVESTIR22

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : INVESTIR22 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/05/2022

Calme en ce jeudi de l'Ascension pour débuter la séance, la bourse de Paris a malgré tout accéléré dans l'après-midi avec l'aide de Wall...

Publié le 26/05/2022

14h30 aux Etats-UnisRevenu et consommation des ménages en avrilIndice des prix PCE en avril16h00 aux Etats-UnisIndice de confiance des consommateurs de l'Université du Michigan en maisource : AOF

Publié le 26/05/2022

Macy's, la chaîne américaine de magasins, s'enflamme de 12% à Wall Street...

Publié le 26/05/2022

STMicroelectronics (-1,58% à 35,22 euros) ferme la marche de l'indice CAC 40 au lendemain de la présentation par Nvidia de perspectives décevantes. Sur le trimestre en cours, le spécialiste des…

Publié le 26/05/2022

Vallourec chute de 6,96% à 12,98 euros et est relégué à la dernière place du marché SRD à la suite d'un placement de titres. Le spécialiste des tubes en acier sans soudure fait l'objet d'un…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne