En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 569.67 PTS
-0.03 %
4 572.50
+0.13 %
SBF 120 PTS
3 624.38
+0.01 %
DAX PTS
11 598.07
+0.32 %
Dow Jones PTS
26 659.11
+0.52 %
11 350.74
+1.87 %
1.167
-0.63 %

Bilan hebdo : le CAC40 reprend 2% malgré Trump et le Covid-19

| Boursier | 499 | Aucun vote sur cette news

Semaine de rebond pour le marché parisien avec un CAC40 qui remonte de 2,01% à 4...

Bilan hebdo : le CAC40 reprend 2% malgré Trump et le Covid-19
Credits Reuters

Semaine de rebond pour le marché parisien avec un CAC40 qui remonte de 2,01% à 4.825 points ce vendredi soir. Les indices continuent à naviguer à vue tant les incertitudes, sanitaires comme politiques, restent nombreuses, notamment aux Etats-Unis. Donald Trump, qui a minimisé pendant de longs mois la gravité de la pandémie en cours, a indiqué ce vendredi avoir été testé positif au nouveau coronavirus, tout comme son épouse Melania. De quoi accroître la nervosité ambiante et rendre encore un peu plus sombre l'horizon et l'issue du scrutin présidentiel du 3 novembre. D'autant que le premier débat télévisé entre Donald Trump et Joe Biden a viré au fiasco, la presse américaine n'hésitant pas à parler de "pire débat de l'histoire".

Les chiffres mensuels de l'emploi, toujours très surveillés par les opérateurs, ont par ailleurs montré que la reprise du marché du travail commençait à s'essouffler outre-Atlantique. Les créations de postes sont ressorties moins élevées que prévu en septembre, et si le taux de chômage a nettement diminué (-0,5 point à 7,9%), cela s'explique principalement par une baisse du taux de participation. Un mauvais présage alors que sans nouvelles aides de l'Etat, un grand nombre d'entreprises ont averti qu'elles allaient devoir massivement licencier au cours des prochaines semaines. Rien que dans le secteur aérien, ce sont près de 40.000 emplois qui sont en danger.

Dans la zone euro, l'inflation est tombée sur un nouveau plus bas historique en septembre. Une mauvaise nouvelle de plus pour la BCE qui, malgré une politique monétaire ultra-accommodante, a toutes les peines du monde à faire remonter les prix à la consommation. Par ailleurs, les relations entre le Royaume-Uni et Bruxelles continuent de se dégrader, augmentant la probabilité d'un 'hard Brexit'.

A Paris, le trio Engie/Suez/Veolia continue à faire couler beaucoup d'encre alors que la bataille autour de Lagardère se poursuit avec la nouvelle montée au capital de Vivendi.

LES VALEURS

* Tarkett s'envole de 38%, soutenu par le relèvement de ses objectifs annuels. Le spécialiste des revêtements de sol et des surfaces sportives anticipe désormais des résultats 2020 supérieurs aux attentes du marché compte tenu des niveaux actuels d'activité et du rythme de réduction des coûts depuis le début du troisième trimestre. Si le management reste prudent sur la fin de l'année compte tenu du manque de visibilité et s'attend à une baisse du chiffre d'affaires au second semestre 2020 globalement en ligne avec celle du premier semestre, il prévoit désormais une marge d'EBITDA ajusté en 2020 globalement en ligne avec celle de 2019 (marge 2019 : 9,4% des ventes) et un levier financier inférieur à 3 fois à fin décembre.

* Lagardère bondit de 16%, toujours porté par la bataille autour de son capital. Quelques jours après la prise de participation directe de Bernard Arnault dans le groupe d'édition et de distribution spécialisée, Vivendi a annoncé avoir franchi les seuils de 25% du capital et de 20% des droits de vote de Lagardère et détenir 26,7% du capital et 20,2% des droits de vote de la société.

* EDF grimpe de 13%. Citant deux sources au fait du dossier, 'Reuters' a indiqué que l'électricien estime que la réforme de la régulation du parc nucléaire français aboutira rapidement et compte lancer sa propre réorganisation dans la foulée. Après un coup d'arrêt dû à l'épidémie liée au coronavirus, la France a repris ces derniers mois ses discussions avec la Commission européenne autour de son projet de réforme du dispositif de l'Accès régulé à l'électricité nucléaire historique (Arenh), visant à garantir la couverture des coûts d'EDF tout en préservant les consommateurs de hausses de prix trop importantes. La direction de l'électricien public, qui réclame de longue date cette réforme, pense que les discussions aboutiront "très vite", potentiellement d'ici à "quelques semaines ou quelques mois", selon les sources de l'agence. L'une d'entre elles a ajouté que la réorganisation d'EDF, qui vise à renforcer ses capacités d'investissement et de financement, serait lancée dans la foulée.

* STMicroelectronics gagne 10,6% à après avoir relevé son objectif de revenus annuels. Fort d'un solide troisième trimestre, le spécialiste des semi-conducteurs vise désormais un chiffre d'affaires 2020 au-dessus de 9,65 milliards de dollars, contre une précédente fourchette comprise entre 9,25 et 9,65 Mds$. Le groupe a par ailleurs dévoilé un chiffre d'affaires net préliminaire du troisième trimestre de 2,67 milliards de dollars, en hausse de 27,8 % en séquentiel et 690 points de base au-dessus du niveau supérieur de la fourchette de prévisions.

* EssilorLuxottica prend 9,4%. Quelques jours après que Oddo BHF eut débuté le suivi du titre à l''achat' avec une cible de 138 euros, HSBC a rehaussé sa recommandation de 'conserver' à 'acheter'. Le courtier affirme que l'assemblée générale annuelle du géant franco-italien de la lunetterie prévue en mai 2021 devrait apporter une meilleure gouvernance et une organisation plus légère. Les ventes du troisième trimestre devraient être "globalement" conformes aux attentes et l'acquisition de GrandVision reste incertaine, mais HSBC préfère se concentrer sur les perspectives à long terme plutôt que de jouer un catalyseur à court terme.

* Suez avance de 6,8%. Et si Veolia se faisait coiffer au poteau ? Jusqu'ici seul en lice pour reprendre la participation d'Engie dans Suez avant de lancer une éventuelle OPA sur ce dernier, le numéro un mondial des services à l'environnement pourrait devoir faire face à la concurrence d'Ardian. Le fonds français s'est dit intéressé par un éventuel rachat des actions Suez détenues par Engie. "Ardian a fait part à Engie de son intérêt pour l'acquisition d'une participation de 29,9% de Suez détenue par Engie", affirme le fonds. "Cette marque d'intérêt est soutenue par le conseil d'administration de Suez, et par l'administrateur représentant les salariés", poursuit Ardian qui dit souhaiter "constituer un consortium d'investisseurs institutionnels privés et publics, à dominante française, pour réaliser ce projet et lancer une offre publique amicale".

Rien ne semble donc jouer alors qu'Engie a favorablement accueilli mercredi soir l'offre améliorée de rachat par Veolia de l'essentiel de sa participation dans Suez mais a demandé et obtenu que sa durée de validité soit prolongée de cinq jours, jusqu'au 5 octobre.

A l'inverse, * Maurel et Prom chute de 8,6% dans le sillage de la chute du brut.

* Elior trébuche de 5,8%, le titre du spécialiste de la restauration collective se négociant sur un nouveau plancher historique. Le groupe a présenté aux partenaires sociaux un plan de sauvegarde de l'emploi, qui prévoit la suppression de 1.888 postes au sein de sa branche restauration d'entreprise, soit 20% des effectifs de cette branche, qui emploie 9.500 salariés en France, au sein d'Elior Entreprises et Arpège. La crise du coronavirus a fait plonger l'activité de restauration d'entreprise de 45% en un an, mais la direction prévoit que dans "le monde d'après" la pandémie, l'activité ne reviendra pas à son niveau antérieur. Le plan de restructuration actuel est ainsi "calibré sur une baisse d'activité de 20%" après la crise sanitaire, dans une situation où la restauration d'entreprise devrait rester durablement affectée par les changements de mode de travail.

* Korian décroche de 5,7%. Le spécialiste de la prise en charge globale de personnes dépendantes est entré en négociation exclusive avec Antin Infrastructure Partners, un fonds d'investissements spécialisé dans le domaine des infrastructures, en vue de l'acquisition d'Inicea, 3e opérateur psychiatrique privé en France, pour une valeur totale d'environ 360 millions d'euros, dont environ 140 ME d'investissement immobilier. Pour financer la transaction, qui s'inscrit dans la stratégie de croissance de 'Buy and Build' engagée par la firme depuis 3 ans, Korian va lancer une augmentation de capital de 400 ME. Elle sera lancée dès que seront réunies les conditions de marché appropriées et avant la fin de l'année 2020. Les deux principaux actionnaires de Korian, qui détiennent environ 32% du capital social, ont confirmé leur soutien à l'acquisition et à l'appel au marché.

* Air France KLM rend 3%. Les derniers commentaires de la direction de la compagnie française ne portent guère à l'optimisme mais sont sans réelle surprise. Dans un entretien accordé à la 'Corriere della Sera', Anne Rigail a affirmé qu'Air France avait subi une perte de revenus de 70% au mois d'août et n'avait rempli qu'environ 30% de ses avions sur les vols intercontinentaux. "En août, nous avons volé à 70% de la capacité de l'an dernier sur les trajets nationaux, à 55% sur les moyen-courriers (en particulier l'Italie, la Grèce, l'Espagne et le Portugal), tandis qu'à cause des différentes restrictions dans les pays, le segment intercontinental n'est pas allé au-delà de 30%. Le tout avec des taux de remplissage plus bas et des revenus en baisse de 70%", a souligné la dirigeante.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Suivez la tendance avec
Nicolas PAGNIEZ,

du lundi au vendredi à 9h55, 12h30, 14h55 et 18h30 sur

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 29/10/2020

Quadient obtient le statut "Prime" d'ISS ESG pour son engagement en matière de responsabilité sociétale d'entreprise...

Publié le 29/10/2020

Au 3e trimestre 2020, le chiffre d'affaires de Guillemot Corporation progresse de 85% à 39,3 millions d'euros...

Publié le 29/10/2020

Malgré la crise sanitaire, les sociétés du Groupe mettent tout en oeuvre pour assurer la continuité des activités...

Publié le 29/10/2020

Le carnet de commandes recule mais reste ferme avec 39 mois d'activité sécurisés...

Publié le 29/10/2020

Le Groupe Gaussin a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 3,02 millions d'euros au cours du 1er semestre 2020 (2,2 ME au 30 juin 2019), soit une...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne